FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» Le 62è Musc'art à Côté Mer
Mer 13 Déc 2017 - 13:28 par P.Aime

» Jardinage: étude du sol, avec Robert Morez et le CPIE
Lun 11 Déc 2017 - 22:52 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Dim 19 Nov 2017 - 22:18 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète à Sète
Mer 15 Nov 2017 - 19:37 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Lun 13 Nov 2017 - 20:39 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète aux Halles de Sète ce mardi 14
Lun 13 Nov 2017 - 14:46 par P.Aime

» Musc'art 61 sur Médiaterranée
Jeu 9 Nov 2017 - 14:53 par P.Aime

» A la salle Izzo, une exposition en or.
Sam 21 Oct 2017 - 10:54 par P.Aime

»  60è Musc'art: pour la Guadeloupe et une Dame aux yeux verts
Jeu 12 Oct 2017 - 17:28 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[ France ] José Bové peut être le candidat de l’alternative

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
APPEL NATIONAL



José Bové peut et doit être le candidat de l’alternative à gauche !
Un immense espoir est né le 29 mai 2005 : la majorité de la gauche française a dit «Non» au projet libéral de constitution européenne. Cette majorité va-t-elle manquer le rendez-vous de 2007 et laisser le champ libre aux battus de 2005 ? La logique du « chacun pour soi » l’emportera t-elle finalement sur l’aspiration unitaire qui n’a cessé de grandir et de s’exprimer dans le mouvement des collectifs ?
Nous ne pouvons pas nous résigner à ce gâchis historique.

Il est encore temps d’éviter ce scénario-catastrophe si nous nous rassemblons autour de la seule candidature qui peut encore porter notre projet commun dans la bataille de l’élection présidentielle : celle de José Bové.

José Bové est dans notre pays la principale figure de la résistance populaire à la mondialisation libérale. Il est l’un des acteurs de premier plan de cette résistance à l’échelle internationale. Connu de tous nos concitoyens pour ses combats de militant syndical et altermondialiste, il est l’un des plus à même de faire entendre et partager au plus grand nombre nos propositions pour en finir avec le chômage, la précarité, la misère, le pillage et la destruction de la planète.

Il peut ainsi être le trait d’union entre tous ceux qui veulent que ça change vraiment. Un trait d’union entre les différents courants politiques de la gauche antilibérale. Un trait d’union entre ces courants politiques et le mouvement social, associatif, citoyen et altermondialiste qui s’est affirmé sur la scène publique ces dernières années. Un trait d’union entre les exigences sociales, écologiques et démocratiques qui ont convergé dans le « Non » en 2005.

José Bové s’est depuis longtemps déclaré disponible pour être le candidat de notre rassemblement.

Nous pensons qu’il doit l’être. Non pour ajouter de la division à la division, mais pour retrouver ensemble le chemin de l’union et de l’espoir et poursuivre l’expérience précieuse de centaines de collectifs unitaires.

Nous voulons l’unité de la gauche antilibérale, alternative, solidaire et écologique. Pour tous ceux qui souffrent de l’injustice et de la régression sociale. Pour ceux qui n’en peuvent plus des bas salaires et des petits boulots précaires. Pour tous les laissés pour compte, les sans emploi, les sans logis, les sans-papiers. Pour les jeunes qui galèrent. Pour tous ceux qui ont peur du lendemain. Pour répondre à l’attente de ceux qui risquent de se tromper de colère ou de baisser les bras...

C’est vital et c’est urgent.

Appel à signer : http://www.unisavecbove.org

Vidéo à voir, José Bové au grand journal sur canal + : http://www.dailymotion.com/video/xy6bw_jose-bove-au-grand-journal-8-janv-0

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Contribution de Xavier Marchand, membre du cual de Mèze.

LA GAUCHE DE TRANSFORMATION SOCIALE IMMEDIATEMENT EN ACTION

Travaux pratiques de la GTS sous la direction de M. Yves Salesse.

Démontrons à tous immédiatement (y compris à ses auteurs et tenants, dont Y. Salesse qui s’est exprimé sur les présidentielles le 10 janvier) que la théorie de la Gauche de Transformation Sociale fonctionne.

F. Soltic vient de rapporter que José Bové aimerait bien autant de signatures sur l’appel qui lui est adressé qu’il y a d’adhérents au PC. Mettons 90 000...

Chiche !

Montrons, que la mobilisation populaire peut forcer, renforcer, conforter une décision politique qui semble audacieuse ou ne pas aller de soi.

Imposons l’unité, d’abord à Bové en rendant le refus d’y aller inconcevable, puis à Salesse, Autain et les autres qui croient que pour les présidentielles il est trop tard. Les directions de la LCR et du PC pourront encore nous rejoindre.

Par l’expression de notre soutien et de notre volonté de gagner en signant et en faisant signer encore plus massivement cet appel (en nous donnant un tout petit peu plus de temps, puisque l’objectif des 10 000 est déjà atteint), nous pouvons peser sur les décisions des individus. Peser sur les décisions des appareils. Et plus encore... C’est manifeste.

C’est cela même le principe de la Gauche de Transformation Sociale !

Nous sommes pour le moment confrontés à nos chefs, nos appareils qui ne veulent plus aller à la bataille ou bien veulent y aller en ordre dispersé... Ils ne pourront pas laisser plus longtemps passer la chance historique qui s’offre à tous.

Imposons leur notre volonté en la manifestant concrètement. Comme nous imposerons ensuite nos points de vue au MEDEF, à l’UE, à l’OMC... Manifestons et manifestons nous !

Car la Gauche de Transformation Sociale est immédiatement opérationnelle.

Montrez ça à ceux qui ne le savent pas encore...

Merci Xavier pour cet optmimisme et enthousiasme contagieux.
Laughing

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
OUI, JOSÉ BOVÉ DOIT ÊTRE CANDIDAT !



En une semaine, plus de 10 000 personnes ont signé l’appel « José Bové peut et doit être le candidat de l’alternative à gauche ». Ce succès, qui a dépassé nos espérances les plus optimistes, montre que les forces vives de la gauche antilibérale, alternative, écologique et solidaire aspirent massivement à l’unité que ses responsables n’ont pas su réaliser. Il montre que la candidature de José Bové a la capacité de rassembler et de mobiliser largement ces forces vives.

Mais ces 10 000 signatures ne sont que le début d’un mouvement qui ne saurait se fixer de limites et qu’il est maintenant nécessaire d’amplifier partout dans le pays.

Nous appelons nos concitoyens qui veulent une véritable alternative au libéralisme à continuer à signer par milliers sur le site www.unisavecbove.org. Nous les appelons à faire signer l’appel dans les lieux publics, dans les rues, sur les marchés, sur les lieux de travail.

Nous appelons les collectifs unitaires antilibéraux à prendre en compte cet appel et à relancer leur action dans la perspective qu’il est en train d’ouvrir.

Nous appelons toutes les forces de la gauche antilibérale à se rencontrer sans attendre pour reconstituer autour de José Bové le front unitaire qui avait permis la victoire du « Non » le 29 mai 2005.

Pour les coordinateurs de l’appel, les porte-parole :
Rémy Jean et Yannis Youlountas



Précisions concernant certaines erreurs trouvées dans les médias :

- Notre démarche est collective, métissée, spontanée et vient de la base des collectifs unitaires, notamment de personnes non encartées pour une majorité (ceux qu'on surnomme parfois électrons libres).
- Il ne s’agit pas d’un appel lancé par des membres d’un seul parti ni d’une seule ville.
- José Bové n'est pas à l’origine de cet appel dont il a été informé après coup.
Il s’agit d’un phénomène nouveau très significatif d'une volonté populaire de refuser la confiscation de la chose politique et plus particulièrement l'impasse actuelle.


Parmi les signataires
: Michel Onfray (philosophe), Ridan, Magyd Cherfi et Jean Ferrat (chanteurs), Gustave Parking (humoriste), Etienne Chouard (résistant cybernétique), Patrick Silberstein (éditeur), Siné (dessinateur), Raoul-Marc Jennar (chercheur, militant altermondialiste), Gilles Clément (paysagiste), Christine Delphy (chercheuse et militante féministe), Jo Le Guen (navigateur), et ce n'est pas fini !

En raison de l'immense succès de l'appel, la liste complète et détaillée des signataires a du être désactivée sur le site (mais pas le compteur). Elle sera à nouveau disponible en début de semaine prochaine. Merci de votre compréhension. Continuez à signer et à faire signer...

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Lettre de José Bové aux 15 000 signataires



Montredon, le 15 janvier 2007,

Chers amis, chers camarades,

La pétition « José Bové peut et doit être le candidat de l’alternative à gauche » est déjà un immense succès : 15000 signatures en neuf jours !

Je tiens à remercier tous les signataires de la confiance qu’ils me font et, surtout, du geste citoyen qu’ils accomplissent pour forcer les appareils politiques à faire le choix d’une candidature unitaire à l’élection présidentielle.

J’ai toujours dit que j’étais disponible pour incarner, sur le bulletin de vote, une campagne collective et unitaire de la gauche antilibérale, écologique, alternative et solidaire, si deux conditions étaient remplies : une dynamique populaire pour légitimer cette candidature ; une démarche de rassemblement avec toutes les forces du « non » de gauche à la Constitution européenne.

La dynamique populaire est en marche, la démarche unitaire reste un combat. Je n’ai pas l’intention de fuir mes responsabilités. C’est pourquoi je voudrais lancer aujourd’hui un appel à l’espérance.

J’appelle tous les citoyens qui se reconnaissent dans la mobilisation unitaire pour en finir avec la logique de chômage, de précarité et d’inégalités sociales à signer massivement la pétition. Notre objectif doit désormais être de plusieurs dizaines de milliers de signatures avant la fin du mois de janvier.

J’appelle tous les jeunes et habitants des quartiers populaires, toutes les victimes de discriminations à prendre part activement au débat électoral. J’entends bien les aider à ce que leurs préoccupations soient au centre de la campagne.

J’appelle tous les citoyens écologistes à considérer que le combat pour sauver la planète est indissociable d’un combat contre l’économie libérale et productiviste. Nous ne pouvons faire confiance ni à la gauche traditionnelle ni à la droite pour mettre en œuvre un véritable pacte écologique.

J’appelle tous les militants des collectifs unitaires de la gauche antilibérale à mettre la richesse de leur expérience et de leur diversité au service de la mobilisation unitaire. La réunion nationale des 20 et 21 janvier doit être l’occasion de poursuivre le combat pour une candidature de rassemblement, sur la base de la pétition, avec l’ensemble des sensibilités et des personnalités qui ont participé à cette démarche depuis le printemps 2006.

J’appelle tous les élus antilibéraux à manifester leur solidarité en offrant publiquement leur parrainage pour une candidature unitaire de la gauche antilibérale. Je pense plus particulièrement aux élus communistes, aux élus verts et aux élus « divers gauche » qui se sentent privés de cette perspective.

J’appelle Olivier Besancenot et Marie-George Buffet à construire ensemble une campagne unitaire sur les bases suivantes : programme antilibéral des 125 propositions, meetings communs reflétant toutes les sensibilités du rassemblement, partage équitable des temps de parole officiels. Je leur propose une rencontre dans les meilleurs délais pour examiner toutes les dispositions pratiques d’une telle campagne.

J’appelle tous les collectifs unitaires à se préparer à mener campagne pour l’élection présidentielle, mais aussi pour les élections législatives. Notre objectif doit être de présenter dans toutes les circonscriptions des candidats unitaires de la gauche antilibérale.

Chers amis, chers camarades,

Au vu de la poursuite de la mobilisation populaire et unitaire autour d’une candidature de l’alternative à gauche, je dirai, à la fin du mois de janvier, si je reste disponible pour l’incarner sur le bulletin de vote. Un formidable mouvement est en passe de ruiner les logiques de division qui ont prévalu jusqu’alors. Amplifions-le encore et nous gagnerons !

Fraternellement,

José

http://www.unisavecbove.org/spip.php?article138&var_mode=calcul

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
IRRESISTIBLE PROGRESSION



Lettre de la coordination unisavecbové adressée à tous les signataires de l'appel ce dimanche à 5h du mat !

Grâce à nous tous, au nombre de 24000 signataires, la candidature collective de José Bové est sur le point de devenir l'évènement politique et social de cette fin janvier 2007.

A mi-chemin de la rencontre des collectifs unitaires à Montreuil, l'appel "José Bové peut et doit être LE candidat de l'alternative à gauche" que vous soutenez a été le fil conducteur de la majorité des interventions. L'élan populaire qu'il a rassemblé a été largement reconnu dans sa diversité. Votre demande a été entendue.

Parmi les conditions proposées par la minorité qu'il reste à convaincre, la principale est sans doute que la candidature de José soit bien collective, et plus encore, confirmée par la poursuite de la dynamique engagée. Il en va donc de notre responsabilité à tous : continuons à amplifier cette invitation à prendre la parole.

A l'heure (tardive) d'écrire ce courriel, la commission de synthèse n'a pas encore acté cette progression irrésistible.

L'histoire est en marche. Ce phénomène politique nouveau, hors des procédures traditionnelles, porte en lui l'émergence d'alternatives prometteuses.

Merci à vous tous d'en être les pionniers.

Pour les coordinateurs:

Yannis Youlountas, Richard Cagny, Minga, Jean-Marc Philibert, Vincent Lucas, Lionel Gouésigoux, François Soltic, Gérard Delbreil, Nathalie Harran, Hubert Leray, Pierre Labro, Maud Guenfoud, Laurent Prodeau, Sonya et Christian Laborde, Nathalie Ovion, Jean-Marc Jacquot.

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
2 heures de direct Antilibéral sur Zalea TV




Zalea tv, la fameuse tv libre propose ce soir dimanche 21 janvier de 20h à 22h une emission consacrée à la réunion de travail de Montreuil.

Seront présents Yves SAlesse, Raoul Marc Jennar, Chrsitian Piquet, des membres du site "unisavecbove" des membres d’alterekolo, etc...

Ce soir à partir de 20h tout le monde sur le net et la TNT.

http://www.zalea.org/

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Je m'épuise un peu toute seule ici.... Y'A quelqu'un ?????? pale

Voir le profil de l'utilisateur

8 tv zaléa le Dim 21 Jan 2007 - 22:37

frountil claude


Membre chevronné
Membre chevronné
Bonsoir , je ne parviens pas à écouter cette chaîne.J'attends avec impatience le compte-rendu de la réunion de Montreuil; aprés analyse je déciderai de mon intention de vote .

frountil claude

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Interventions de José Bové lors de la réunion nationale du collectif antilibéral, à Montreuil
samedi : http://www2.unisavecbove.org/IMG/mp4/intervention-bove-montreuil-20-01-2007.mp4
dimanche : http://www2.unisavecbove.org/IMG/mp4/intervention-bove-montreuil-21-01-2007.mp4

Candidature de José Bové sur Zaléa TV :
Nous tenterons de faire le point sur cette candidature en présence de nombreux invités :
Hendrik DAVI, LCR Unitaire
Philippe STIERLIN, PCF Unitaire
Franck MÉRAT, Collectif Unitaire Paris Centre
Jérome DESQUILBET, Alter Ekolo (Les Verts)
Isabelle BARTHÉLÉMY, Collectif Unitaire de Pignan (34)
Raoul MARC JENNAR, altermondialiste
Jean-Marc JACQUOT, www.unisavecbove.org et Collectif Unitaire Paris 18
Yves SALESSE, Fondation Copernic

production : Zalea TV ; coordination :michel fiszbin ; presentation :michel fiszbin ;
http://www.zalea.org/spip.php?article1097 (Ne vous inquiétez pas, le son arrive un peu après le début de la vidéo)

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Nouvelle lettre aux signataires de l'appel "José Bové peut et doit être le candidat de l'alternative à gauche"

Comme vous le savez peut-être par les médias, la rencontre nationale des collectifs unitaires antilibéraux qui s'est tenue ce week-end à Montreuil a décidé de demander à José Bové d'être candidat à l'élection présidentielle et d'appeler toutes les forces de la gauche antilibérale, alternative, écologique et solidaire à se rassembler autour de cette candidature. L'appel que vous avez signé avec 26 000 autres personnes a joué un rôle déterminant pour relancer la dynamique unitaire et aboutir à cet engagement sans réserve des collectifs. Tous ceux qui ont participé à cette réunion garderont longtemps en mémoire l'enthousiasme communicatif et la détermination collective qui s'y sont exprimés.

José Bové, qui était présent à la rencontre, annoncera sa décision à la fin du mois. Mais il est certain qu'un nouveau pas en avant vers sa candidature a été franchi ce week-end.

Pour plus d'informations, nous vous invitons à vous reporter au site de l'appel
http://www.unisavecbove.org
ainsi qu'aux sites des collectifs unitaires
http://www.alternativeunitaire2007.org ou
http://www.alternativeagauche2007.org

Dans les jours qui nous séparent de la fin du mois, il est important de continuer à recueillir des milliers et des milliers de signatures dans tout le pays. Nous comptons sur vous tous pour y contribuer. Notamment en mettant en place lors du prochain week-end des "points signatures" de l'appel dans les rues et les marchés partout où c'est possible.

Ensemble, nous pouvons atteindre les 50 000 signatures à la fin du mois.

Salut et fraternité.

Pour les coordinateurs de l'appel : Rémy Jean et Yannis Youlountas, porte parole

NB. Une maquette de l'appel "prêt à signer" est téléchargeable sur le site. L'adresse d'envoi des signatures collectées y est indiqué.

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Intervention de José Bové samedi 20 janvier à Montreuil (images et son ! ! ! )

http://www.unisavecbove.org/squelettes/flvplayer.swf?file=/IMG/flv/jose-bove.flv

Voir le profil de l'utilisateur

12 Nicolas Hulot renonce à la candidature.... le Mer 24 Jan 2007 - 17:46

frountil claude


Membre chevronné
Membre chevronné
Les autres candidates écologistes s'en réjouissent telles Madame Dominique Voynet et Madame Corinne Lepage ainsi que les deux principaux candidats Madame Ségolène Royal et Nicolas Sarkosy.

Crédité de minimum 10% d'intention de vote Nicolat Hulot aurait inévitablement empiété sur leur électorat.

Les composantes de la droite s'unissent conscientes de cette électionPrésidentielle à mon sens historique , contrairement à cette gauche totalement divisée comme jamais; la stratégie adoptée est un suicide collectif.

Un sursaut est-il encore possible?...je ne le pense pas....Suis -je pessimiste?..peut-être.....

Messieurs les Financiers, messieurs les Banquiers, messieurs les gros Actionnaires dormaient tranquilles... votre Patrimoine, vos Privilèges seront préservés...

Et les 12 millions de Français et de Françaises avec un revenu qui ne dépasse pas 850 Euros mensuels attendrons des jours meilleurs...les calendes Grecques....


frountil claude

Voir le profil de l'utilisateur

13 Tous dans la rue ! le Ven 26 Jan 2007 - 19:59

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Nous sommes maintenant près de 30000 à avoir signé l'appel "José Bové peut et doit être le candidat de l¹alternative à gauche !".

Nous avons été nombreux, le week-end dernier, à nous rendre de tous les coins de France à Montreuil pour réclamer une candidature qui saurait répondre à nos attentes. Une candidature des défavorisés et de tous ceux qui vivent dans la crainte de le devenir. Une candidature des sans-logis et de tous ceux qui craignent de le devenir. Une candidature des sans-emploi et de tous ceux qui craignent de perdre leur emploi. Une candidature des parents qui s'inquiètent pour l'avenir de leurs enfants et petits-enfants. Une candidature de tous ceux qui refusent la violence de ce monde dominé par la tyrannie du marché.

José Bové l'a dit à Montreuil : il est prêt à répondre à cet appel. En privilégiant clairement l'unité. Il propose une campagne dont nous serons tous les acteurs et les metteurs en scène. Il souhaite que le mouvement de signatures débuté le 6 janvier 2007 s'amplifie. Que cette goutte d'eau tombée le 6 janvier devienne une déferlante et envahisse les foyers, les rues, les marchés. Pas pour légitimer José Bové ou ceux qui ont lancé le mouvement "unisavecbové". Mais pour démontrer que c'est du plus profond de la France que monte cette volonté de résister. S'opposer ne suffit plus : il faut agir ensemble. Agir pour changer la donne. Agir pour que l'économie soit au service de l'homme et pas le contraire. Agir pour un développement respectueux de l'humanité et de l'environnement. Agir pour un monde juste et solidaire.

Pour celà il nous faut diffuser partout l'appel national pour la candidature collective de José Bové. Faisons signer nos parents, nos amis, nos voisins, nos collègues de travail, nos connaissances, toutes nos relations. Allons sur les marchés, sur les campus universitaires, dans les cafés, chez l'épicier, le boucher et à la poste. Allons aussi là où la misère et la révolte se font le plus sentir : à l'entrée des magasins "hard-discount", dans les cités, devant les ANPE et les ASSEDIC.

Cessons d'être passifs, mobilisons-nous, joignons-nous à la protestation l'action citoyenne pour que cette vague populaire de toutes les couleurs porte toujours plus loin notre espoir de changer les choses. C'est le moment. Ne ratons pas cette occasion historique. Descendons tous dans la rue pour faire signer l'appel.

Vous trouverez ci-dessous le lien avec l'appel à imprimer et à distribuer.
Allons avec nos proches sur les marchés de ce samedi 27 et dimanche 28. Et partageons notre expérience de campagne, comme Xavier l'a fait sur http://www.unisavecbove.org/spip.php?article41 Il est enthousiaste, drôle et vivant ! Comme devrait l'être cette campagne créative qui nous mènera tous ensemble au 22 avril 2007.

TOUS DANS LA RUE ! Faisons signer l'appel autour de nous !

Lien vers l'appel à imprimer :
http://www.unisavecbove.org/IMG/pdf/appelpourbove_02.pdf (format pdf, qui se lit avec le logiciel "Acrobat Reader" sur http://www.adobe.com/fr/products/acrobat/readstep2.html).


Pour les coordinateurs:
Nathalie Harran, Maud Guenfoud, Richard Cagny, Minga, Valentin Lacambe, Christian Denis, Christian et Sonja Laborde, Vincent Courtin, Jean-Marc Jacquot, et Hubert Leray.

Voir le profil de l'utilisateur

jeozhou


Membre actif
Membre actif
Salut aline
merci pour les infos sur José et les liens, je connais bien le bonhomme, c'est un pote j'envoie les mails.

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
DECISION DE JOSE CE JEUDI 1ER FEVRIER A 11H

RENDEZ-VOUS À SAINT-DENIS

Suite à l'appel que nous avons signé et à la proposition qui lui a été faite par l'Alternative unitaire, José Bové nous fera part de sa décision ce jeudi 1er février 2007 à 11 heures, à la Bourse du Travail de Saint-Denis (93). Nous y serons nombreux. Tous les signataires disponibles seront les bienvenus.

À SUIVRE DANS LES MÉDIAS

Le soir même, José sera l'invité du JT de 20h sur TF1. Le lendemain matin, il ira aux 4 vérités sur FR2. Il s'exprimera également sur des médias alternatifs, notamment Zalea TY. Plusieurs dossiers seront consacrés à cet événement dans la presse, notamment dans l'hebdomadaire Politis de ce jeudi.

FAIRE CONNAÎTRE AUTOUR DE NOUS

Cette campagne sera la nôtre. À nous tous de l'imaginer, de la faire vivre et d'en être les porte-parole autour de nous. Continuons à faire connaître la pétition de soutien, ainsi que les sites www.unisavecbove.org et www.alternativeunitaire2007.org.

SOUSCRIRE POUR AFFIRMER NOTRE INDÉPENDANCE

Sans assise financière, nous avons les avantages et les inconvénients de l'indépendance. Chacun d'entre nous peut contribuer librement, quels que soient ses moyens, à la souscription qui va commencer. Il suffit d'envoyer un chèque à l'ordre de "Roland Merieux, mandataire financier de José Bové", à l'adresse de "souscription campagne collective José Bové 2007, chez Lionel Gouésigoux, Les Pradiés, 46150 LES JUNIES". Tous les montants, même les plus humbles, seront les bienvenus. Cette souscription représente aussi notre volonté de reprendre notre destin en main.

RECHERCHER DES PARRAINAGES

La date limite de réception des 500 parrainages au Conseil Constitutionnel est le 16 mars. Le formulaire de promesse de parrainage est disponible sur le site www.unisavecbove.org. Le centralisateur est Clément Aumenier. Son adresse mail est : clement.aumeunier@gmail.com. Il est disponible pour répondre aux questions éventuelles.

RÉSISTER ENSEMBLE

Telle est l'une des devises imaginées pour cette campagne. Parmi les autres idées : "demain nous appartient", "résistons ensemble", "un autre monde est possible", "résister maintenant", "un autre monde est en marche", "résister pour construire", "unis pour gagner", "vivement maintenant"... Le site www.unisavecbove.org recueille actuellement d'innombrables suggestions dans tous les domaines. Cette boîte à idées est à la disposition de tous (notamment dans la nouvelle rubrique CIELs : Collectes des Idées Enthousiastes et Libres). Faisons de cette campagne une fête par tous et pour tous. Libérons la parole et l'imaginaire. Rapprochons-nous de nos utopies.

Un autre monde est en marche...

Pour les coordinateurs :
Maud Guenfoud, Richard Cagny, Nathalie Harran, Yannis Youlountas, Xavier Dupenloup et Lionel Gouésigoux

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Déclaration de candidature de José Bové

La France n’a jamais été aussi inégalitaire.



Un grand patron gagne 300 fois ou plus qu’un smicard. Les plus riches désertent leur devoir fiscal quand 100.000 personnes dorment dans la rue. Les stocks-options récompensent les licenciements boursiers.

Il est temps de mettre fin à un système qui entraîne la grande majorité des salariés vers la précarité et l’insécurité sociale. Il est temps de décréter l’insurrection électorale contre le libéralisme économique.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes m’ont proposé d’être candidat à l’élection présidentielle. J’ai décidé d’accepter que mon nom incarne, sur le bulletin de vote, la volonté commune de battre la droite et l’extrême droite et de redonner l’espoir d’une alternative à gauche. J’ai décidé d’accepter pour que continue le combat pour le rassemblement de toutes les forces de la gauche de la transformation sociale, solidaire, écologiste, antiraciste et féministe. Nous ne nous résignons pas à la division actuelle de ces forces. Nous voulons être le trait d’union entre toutes celles et tous ceux qui veulent que la vie change vraiment.

Je ne suis pas le candidat d’un parti. Je ne suis pas un professionnel de la politique. Ma candidature est celle d’un rassemblement de forces et de citoyens issus du mouvement social, du monde syndical, de courants politiques et des associations de l’immigration qui aspirent à l’unité de cette gauche-là. Cette candidature est une candidature collective portée par de nombreuses voix.

J’appelle aujourd’hui les élus communistes, écologistes, alternatifs, socialistes anti-libéraux à nous permettre, grâce à leurs parrainages, de participer à la campagne officielle.

***
Nous voulons être les porte-voix des sans-voix, de ces millions de citoyennes et de citoyens qui souffrent de la précarisation sociale et des discriminations. Nous voulons leur dire que l’abstention ou le vote Le Pen conduisent tout droit à l’élection de Nicolas Sarkozy.

Monsieur Sarkozy est un homme dangereux pour notre pays. Sous couvert de promesses multiples, son projet est d’aller encore plus loin dans la voie d’une logique économique qui favorise les plus forts et pénalise les plus faibles. Il est le candidat du MEDEF, du contrat précaire généralisé, du démantèlement progressif du code du travail et des services public, de la suppression de fait de l’impôt sur les fortunes, de l’insulte contre les jeunes des quartiers, du mépris contre les agents des services publics. C’est l’homme de la dissolution de l’Etat social et de sa transformation en Etat policier et carcéral. Cet ami de Blair et de Bush nous prépare une République communautariste et atlantiste.

Nous voulons aussi défendre un projet et des solutions pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent que la vie change vraiment. Nous voulons dire qu’une alternative est possible à celles et ceux qui ne croient plus à la gauche traditionnelle, qui se sont insurgés en votant massivement « non » au projet de traité constitutionnel européen, en se révoltant dans les quartiers populaires, en rejetant le CPE.

Madame Royal incarne une gauche qui a renoncé. Face au social-libéralisme qui a conduit toute la gauche au désastre électoral en 2002, face au projet d’un parti socialiste autiste, qui manifeste un refus de rompre avec la logique économique libérale, nous voulons opposer une gauche de transformation sociale et, démocratique, une gauche antiraciste, féministe et écologique. Une vraie gauche.

***
Notre projet est le fruit d’une expérience et d’une réflexion menées par les militants et les acteurs du changement social. Il résulte d’un travail collectif sans équivalent qui a rassemblé toutes les composantes de la gauche antilibérale et qui a fait l’objet de textes adoptés les 10 septembre et 15 octobre de l’an passé. Il n’est pas le résultat d’une approche technocratique qui vise à concilier les dures lois du profit avec un peu d’ordre juste. Nous voulons que les citoyennes et les citoyens soient démocratiquement appelés à conduire et à contrôler la transformation sociale. Notre programme est un outil à la disposition des électeurs et des électrices pour qu’ils se réapproprient l’exercice du pouvoir.

Premièrement, nous voulons l’élaboration d’un plan d’urgence sociale. La réduction massive du chômage et de la précarité est une priorité, ce qui suppose de développer des activités utiles, créatrices d’emplois, d’imposer une stricte réglementation des licenciements et d’instaurer un système de sécurisation professionnelle tout au long de la vie. La revalorisation des minima sociaux et des bas salaires doit être accompagnée d’une fiscalité fortement progressive pour les hauts revenus afin de limiter les inégalités indécentes de revenus. C’est l’exigence de nouvelles relations dans le travail et de nouveaux droits sociaux que nous voulons porter. C’est la nécessité de lutter contre la spéculation financière et de contrer la puissance de l’actionnariat.

Deuxièmement, nous voulons instaurer un nouveau modèle de développement. C’est à la redéfinition du type de croissance, de production, d’échange et de consommation qu’il faut s’atteler. Il faut s’attaquer à la toute puissance des firmes transnationales et des marchés financiers, car leur soif de profit et leur mépris de l’humanité mettent la planète en péril. La question du nucléaire comme celle des OGM doivent être soumises à un débat citoyen qu’il faut conduire et trancher démocratiquement, en toute transparence.

Troisièmement, nous voulons que les millions de personnes qui vivent dans les cités de banlieues, dans les quartiers populaires - quelles que soient leurs origines et leurs croyances - ne soient plus considérés comme des sous-citoyens dans ce pays qui est le leur. Ils ont droit à la justice, à l’égalité et à la dignité. Il n’est pas acceptable que l’accès aux droits fondamentaux, à la santé, à l’éducation, à l’emploi, au logement leur soit restreint, et que la seule réponse aux problèmes qu’ils rencontrent soit celle de la répression policière et sécuritaire qui aboutit souvent, en toute impunité, à des violences, voire des morts.

Quatrièmement, nous réaffirmons que tout être humain, parce que c’est un être humain, doit être reconnu dans son humanité. Nous refusons qu’on continue de priver un être humain de sa dignité en le privant de papiers.

Cinquièmement, la transformation démocratique et sociale exige d’en finir avec le régime de la Ve République. C’est la démocratie toute entière qui doit être vivifiée. Nous voulons une nouvelle République laïque, ouverte sur la société telle qu’elle est, ouverte sur le monde, une démocratie politique, sociale et citoyenne qui élargisse le socle des droits fondamentaux, à commencer par les droits sociaux.

Sixièmement, dès 2007, dans la cohérence avec le « non » du 29 mai 2005, nous entendons que la France propose la refondation de la construction européenne sur des bases démocratiques et sociales. Nous demandons la fin des traités existants et nous proposerons un nouveau texte fondateur. Nous n’accepterons pas que la nouvelle politique qui aurait été choisie par notre peuple soit interdite par les décisions européennes. La présidence française de l’Union, au second semestre 2008, est l’occasion de porter plus largement l’exigence d’un tel changement.

Septièmement, nous nous engageons à pratiquer l’équité pour les départements et territoires d’outre-mer et leur laisser le choix de l’autodétermination,

Huitièmement, nous voulons, avec tous les peuples qui souffrent, combattre et faire reculer les politiques de libéralisation qui favorisent la guerre économique, l’exacerbation des concurrences, les privatisations et les déréglementations. Nous contribuerons avec les pays du Sud à mettre fin à la capacité de nuisance des institutions (Banque Mondiale, Fonds Monétaire International, Organisation Mondiale du Commerce) qui renforcent les inégalités et provoquent des souffrances à l’origine de guerres. Nous défendrons le droit à la souveraineté alimentaire et le libre accès pour tous aux biens communs de l’humanité dont l’eau.
Enfin, parce que les femmes assument de multiples responsabilités, au travail, à la maison, vis-à-vis des enfants et des proches dépendants, parce qu’elles sont majoritaires parmi les chômeurs, les précaires et les bas salaires, nous voulons qu’elles soient les premières bénéficiaires de l’amélioration de nombreux services publics, de la priorité accordée à un service public de la petite enfance et des mesures contre le chômage et la précarité. L’objectif de l’égalité entre les femmes et les hommes doit être poursuivi dans toutes nos décisions, Il est grand temps d’en faire une réalité.

Ce que nous souhaitons est possible, ici et maintenant, à condition de mettre fin au dogme économique libéral.

Ce que nous souhaitons est possible, ici et maintenant, à condition d’assumer une véritable transformation sociale.

Ce que nous souhaitons est possible, ici et maintenant, à condition que nous nous rassemblions, dans l’unité, pour faire avancer la gauche alternative, écologiste, antiraciste, féministe et solidaire.


Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
jeozhou a écrit:Salut aline
merci pour les infos sur José et les liens, je connais bien le bonhomme, c'est un pote j'envoie les mails.

Salut Jeozhou,

Tu prendras bien une petite coupe, chère amie !



Il faut entretenir les bonnes relations...
On sait jamais, ça peut toujours servir d'être pote avec une pote du futur Président !



Dernière édition par le Dim 4 Fév 2007 - 1:04, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
L'intégralité du débat que José a eu avec les internautes sur le Monde.

"Il faut remettre en cause notre modèle de développement"



Adrien, étudiant à Tours : Ne pensez-vous pas que la multiplication des candidatures de l'extrême gauche va diviser vos électeurs et ainsi les chances de parvenir à emporter les élections ?

José Bové : Je crois que ma candidature est une candidature qui veut être utile à la gauche pour battre Sarkozy et Le Pen. C'est une candidature qui s'inscrit dans la dynamique des collectifs unitaires et des 125 propositions qui ont été élaborés par ceux-ci.

Vince : Vous considérez-vous comme un candidat écologiste ?

José Bové : Je me considère comme un candidat qui ne peut pas séparer la lutte écologique de la lutte contre un modèle économique, modèle économique productiviste et libéral. La crise écologique aujourd'hui est le fruit d'un modèle de développement qui s'est accentué par la logique de la mondialisation libérale.

Marcie : Comment allez-vous donner du travail aux Français ?

José Bové : Il y a plusieurs pistes. D'abord, il faut que le travail soit revalorisé par rapport au capital. Il y a 150 millions d'euros, dans les dix dernières années, qui sont passés du travail vers le capital, c'est-à-dire vers les actionnaires. Il faut que cet argent permette de revaloriser les bas salaires et les minimas sociaux.
Un autre type de mesure, par exemple : à cause du problème climatique et de la nécessité de la maîtrise de l'énergie, il est indispensable de réhabiliter tous les logements qui ont été construits avant 1975. Si on réhabilite 400 000 logements par an pendant quarante ans, cela permettrait de créer au moins 100 000 emplois.

Banlieue78 : Peux-tu clairement énoncer ta vision concernant le "sort" des quartiers populaires jetés dans l'anathème et la source de tous les maux de la République ? Quelle transformation sociale dans les quartiers populaires ?

José Bové : La question des banlieues ou des quartiers populaires est une question centrale, tant au point de vue de l'emploi que du logement et du respect de toutes les personnes qui y vivent dans leurs différences, qu'elles soient culturelles ou sociales. On ne réglera pas la question par une simple réunion interministérielle. Il y a nécessité de faire avec l'ensemble des populations de ces quartiers, des élus, des véritables états généraux des banlieues.
Et au niveau du budget de l'Etat, si on veut sortir de la ghettoïsation, il faut que cela soit une priorité.

Benjamin : N'avez-vous pas l'impression d'être obscurantiste en arrachant des plants transgéniques destinés à produire des médicaments ?

José Bové : Aujourd'hui, la fédération des producteurs d'OGM au niveau international a pris une position très claire en disant qu'il ne fallait pas utiliser des plants en plein air pour produire des médicaments, parce que les risques de transferts de ces gènes à d'autres plantes pouvaient créer des risques pour la population qui n'est pas malade.
Deuxième raison : il existe des méthodes beaucoup plus fiables pour produire ces molécules, en utilisant les fermenteurs en milieu confiné. C'est d'ailleurs ce que choisissent les laboratoires.

Ganz : Serez-vous le candidat de la "décroissance" ?

José Bové : Dans le projet que nous avons avancé, nous avons dit très clairement qu'il fallait remettre en cause le modèle de développement dans lequel nous sommes, tant au niveau de la production que de la consommation et des transports. Cette question touche à la fois l'avenir du travail et la pénibilité du travail, mais aussi l'avenir de la planète et la possibilité pour les générations futures de pouvoir vivre de manière décente.
Il est certain que, de toutes les manières, les ressources fossiles seront épuisées d'ici une cinquantaine d'années. Il est nécessaire de mettre en œuvre les alternatives dès aujourd'hui plutôt que d'attendre un conflit lié à la pénurie.

Enrique : Je travaille dans une centrale nucléaire. Quelle est ta position sur ce thème ? Le rien nucléaire ?

José Bové : Dans le cadre des collectifs, les positions sont divergentes entre ceux qui sont favorables à la poursuite de la politique nucléaire de la France et ceux qui prônent la sortie du nucléaire. La position que j'ai adoptée est de dire que ce débat énergétique ne peut pas être simplement réglé par des experts dans des cabinets ministériels, mais doit faire l'objet d'un débat public et d'un référendum.
Pour que ce débat puisse se dérouler de manière sereine, il est indispensable d'arrêter le chantier de l'EPR et de décréter un moratoire sur toute nouvelle construction de centrales nucléaires en France.

Seb : Quelle est votre opinion sur l'Europe et l'avenir de la Constitution européenne ?

José Bové : Je crois qu'il faut être clair. Les Français ont voté "non" en mai 2005. Pour nous, il est clair qu'il faut proposer un nouveau texte fondateur qui tourne radicalement le dos au tout-marché. Nous proposons que, dès la fin du processus électoral, la France s'engage à relancer un processus pour la rédaction d'un nouveau traité qui devrait prendre toute sa dimension au moment de la présidence française de l'UE en 2008.

Erick,_etudiant : Quelle est votre position par rapport à l'immigration ?

José Bové : Sans aucune ambiguïté, je suis pour la régularisation de tous les sans-papiers. Les immigrés ne sont pas une menace. Ils sont une chance.

Oualid : Avez-vous une idée pour régler le problème du logement ?

José Bové : Il faut, entre autres, lancer un grand projet de construction. En même temps, on ne peut pas accepter que des logements vides puissent continuer à le rester en toute impunité. Il faut donc rendre effective la réquisition.

Flobé : Quels seraient les fondements de la VIe République ?

José Bové : Je parlerai plutôt de Ire République. On ne peut pas se contenter d'un replâtrage de la Ve République. Il faut modifier les rapports du pouvoir et des citoyens. Il faut mettre de manière très claire un terme au cumul des mandats, limiter le renouvellement, permettre aux citoyens de pouvoir déposer des projets de loi. Il faut mettre sous contrôle les élus et rendre possible leur révocation en cas de contradiction avec leurs électeurs.
D'autres réformes sont indispensables, comme le rééquilibrage des pouvoirs vers l'Assemblée nationale, la dissolution du Sénat, et son remplacement par une Assemblée qui prenne en compte les citoyens à travers leurs formes organisées dans la société.
Voilà quelques projets dans le cadre d'une refonte de la Constitution.

Nathalie : Te considères-tu comme antimilitariste ?

José Bové : Je suis contre la militarisation de la société. Depuis plus de trente-cinq ans, je me bats contre la logique de guerre. Quand on dit que le pouvoir est au bout du fusil, c'est toujours le peuple qui est au bout du canon.
Je pense qu'il y aura besoin de s'interroger sur la nécessité de maintenir ou non l'armement nucléaire. La France, contrairement à ses discours apaisants, relance la course à la modernisation et à l'augmentation de son arsenal nucléaire. Nouveaux missiles, nouveaux sous-marins et simulation sur les bombes atomiques au centre Laser Mégajoule en Gironde. Ceci est dangereux et contraire à un esprit de paix entre les peuples. Et contraire aux engagements internationaux de la France.

PD : Etes-vous favorable au vote des immigrés ?

José Bové : Je suis favorable au droit de vote de toutes les personnes résidant dans notre pays, qu'elles fassent partie de la Communauté européenne ou de tout autre pays d'origine.
A partir du moment ou on paye les impôts, les taxes, il est légitime que l'on ait le droit de choisir la façon dont l'argent est utilisé. C'est un principe élémentaire de démocratie.

Ralph : Votre accolade avec "l'obscurantiste" Tariq Ramadan au Forum social européen en 2003 [à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis] a fait couler beaucoup d'encre. Vous soutient-il dans cette campagne ? Surtout, êtes-vous favorable au maintien de la laïcité comme principe fondamental de notre République ?

José Bové : Je l'ai réaffirmé hier : nous sommes pour une France laïque, démocratique, féministe, antiraciste et écologiste. Le principe de la séparation entre l'Etat et toutes les formes de religion doit être un principe fondamental qui ne mérite aucune concession.
Sur la première partie de la question, nous n'avons pas le soutien de M. Ramadan et nous ne l'avons pas sollicité.

Yo2007 : Que faudrait-il faire, selon vous, pour limiter les délocalisations d'entreprises dans des pays plus attractifs économiquement ?

José Bové : La réponse est à plusieurs niveaux. Au niveau international et national. Aujourd'hui, il faut refuser la logique des transnationales qui se servent des salariés comme facteur d'ajustement pour préserver les intérêts des actionnaires.
La majorité des délocalisations est uniquement le fruit de jeux financiers pour des retours sur investissements rapides.
Il faut donc, au niveau national, prendre des mesures pour qu'une entreprise qui décide de délocaliser soit obligée de créer sur le territoire national autant d'emplois qu'elle veut en faire disparaître. A ce niveau-là, la liberté d'entreprise doit être limitée par l'intérêt général.

Julien : Faut-il promouvoir et protéger les logiciels libres ?

José Bové : Le combat pour la défense des logiciels libres est quelque chose d'aussi important que la défense du droit pour utiliser en tant que paysan ses propres semences. On ne peut pas accepter le pouvoir exorbitant des firmes comme Microsoft qui, à travers leur outil industriel, imposent leurs produits.
C'est le message que j'ai donné hier soir à M. Bill Gates, que j'ai croisé dans les locaux de TF1, où j'étais interviewé. Il n'a visiblement pas apprécié mes propos.

Mos : Peut-on connaître votre patrimoine en quelques mots ?

José Bové : Mon patrimoine : j'ai une maison qui m'est revenue à 120 000 euros et pour laquelle j'ai emprunté 90 000 euros. J'ai, avec ma compagne, un petit bateau, qui nous a coûté 30 000 euros. Et pour me déplacer, j'ai une Clio.

Zaza : Quelle est votre stratégie d'alliance pour les législatives ? Avec le PS, le PC, la LCR ?

José Bové : Dans le cadre des collectifs unitaires, nous envisageons de présenter des candidats dans un maximum de circonscriptions. Nous verrons si une dynamique unitaire, comme nous la souhaitons toujours, y compris pour les présidentielles, pourra se développer aux législatives.

Yann._R : Etes-vous pour ou contre le mariage homosexuel ?

José Bové : Je suis favorable au mariage homosexuel. Il n'y a pas de raison de faire de ségrégation en amour...

Ketq : Seriez-vous pour une dépénalisation de la culture personnelle du cannabis pour les majeurs ?

José Bové : On est dans une situation tout à fait hypocrite dans ce pays. On sait qu'une grande majorité de jeunes adultes fument du cannabis et qu'ils sont nombreux à en faire pousser pour leur propre consommation. Il est donc ridicule de criminaliser une pratique qui, aujourd'hui, ne s'inscrit pas dans une logique qui soit contraire au bon fonctionnement de la société.

Miguel : Quel est l'objectif en pourcentage que vous vous donnez au premier tour ?

José Bové : Pour moi, ce qui est important, c'est qu'on fasse le pourcentage le plus élevé possible. Je ne me présente pas dans l'objectif de me satisfaire d'un sondage le plus limité possible. Ce qui est important, c'est que les thèmes que nous portons soient présents de toutes les manières dans le débat et qu'il puisse ensuite se concrétiser après les présidentielles et les législatives.

Merci aux internautes qui ont bien voulu me poser des questions et en espérant que mes réponses ont permis de les éclairer un peu plus.

Sources Le Monde / http://josebove.over-blog.com/

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
J'irai voter...



Bien que totalement dépitée par la division de la gauche antilibérale qui se voulait unitaire, j’irai voter pour José Bové. Impossible pour moi de voter PCF, que je tiens pour responsable de l’éclatement du mouvement. Je ne peux pas non plus voter pour Besancenot qui s’est retiré d’emblée du processus unitaire. Je ne parle même pas des autres, Lutte Ouvrière et son infatigable Arlette Laguillers, le Parti des travailleurs représenté par Gérard Schivardi qui n'ont jamais voulu s'associer au rassemblement unitaire... Vu le nombre de candidatures à la gauche de la gauche (au moins 5 !), la tentation de ne pas voter serait grande tant l’espoir semble inutile.

Pourtant, je ne peux pas me résigner, je ne peux pas cesser de résister, je ne peux pas renoncer à rêver d’un autre monde et à agir pour le construire.

José Bové n’est pas l’homme providentiel et je ne pratique pas le culte de la personnalité. Ce qui m’intéresse, c’est la démarche citoyenne qu'il continue de prôner, au-delà des partis, avec un programme collectif et des comités citoyens partout dans le pays, et les combats qu’il incarne qui sont aussi les miens.

En vrac,
Insurrection contre l’idéologie marchande mondialisée, résistance philosophique et physique (désobéissance civile) aux puissances multinationales et à la société de l’argent roi (fondateur d’Attac, forum social…), solidarité humaine (sans logis, sans emploi, sans papiers…) et économique (voir ses positions sur l’Europe, les organismes financiers mondiaux et les propositions en matière d’économie solidaire), combat écologiste (mal-bouffe, OGM, nucléaire, décroissance…)



D’aucun lui reproche de ne penser qu’à passer à la télé ; moi je trouve qu’il a parfaitement raison de se servir des médias pour faire, par des actions symboliques et spectaculaires, avancer la prise de conscience de tous et de chacun.

Le bonhomme a également une grande connaissance de ce qui se passe au niveau international (forum social, via campesina…).

Altermondialiste, écologiste, solidaire, féministe, pacifiste, antiraciste… tous ces mots ont du sens pour moi.

Bref, encore une fois loin de l’idolâtrie aveugle, José Bové s’est engagé sur une démarche avant tout citoyenne et collective.
Rien ne se fera sans nous !


En plus, il a des belles moustaches !

Voilà pour moi. Et vous, irez-vous voter ? Pour qui ? Pourquoi ?

Quelques liens :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Bov%C3%A9
http://josebove.over-blog.com
http://www.unisavecbove.org/spip.php?article1
http://blog.environnemental.info/?cat=12&paged=2

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Message de ma copine Sonia qui habite Romainville dans le 93, envoyé par mail

Pour qui voter ? Bonne question. Personnellement j'aime bien les cocos avec leurs qualités et leurs défauts. J'aime bien aussi le bonhomme Bové, dommage qu'il ne soit pas pour l'union de la gauche. Le problème aujourd'hui, en France, si l'on veut détruire le capitalisme, qui nous tue tous à petit feu, il faut que la gauche s'unisse vraiment ! Commençons par ça ! Malheureusement on fait tout le contraire et la vraie gauche se fragilise d'autant. Mais pour l'instant je suis plus dans les municipales que dans les présidentielles , mais pour répondre à ta question, Marie George Buffet pour l'instant me rassure plus que Bové. Bové est trop impulsif à mon goût, ce qu'il l'a mené quand même droit en prison pendant quelque temps. Ce n'est pas très constructif tout ça. Difficile d'élire président un ancien prisonnier, non ? La lutte continue, courage. Union, action avec les communistes ! BISOU-OUS !!!--

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Lettre ouverte du Yéti

Voilà, c’est fait, José Bové a annoncé officiellement sa candidature ce jeudi 1er février à St Denis (dans le neuf-trois, pas loin de l’endroit où il y a quelques mois, un sale crétin menaçait de "karchériser" une partie de la population).

"Un candidat de plus !" hurlent en choeur les trois candidats uniques de la gauche et celui des verts pâlichons qui, depuis des années, débitent leurs clichés dans l’indifférence générale.

"Un pitre hors-la-loi !", braille la droite qui n’en finit plus de traîner ses casseroles judiciaires et de s’auto-amnistier.

"C’est comme ça qu’on organise le bordel !" clame le socialiste Julien Dray pendant que son insignifiante candidate implose comme prévu sitôt après le décollage.

"Qui nous dit que ce Bové sera différent des autres politicards ?", ronchonne un pêcheur à la la ligne.

Eh bien justement, rien ne nous le dit... mais rien ne nous dit non plus le contraire ! Ce qui n’est pas le cas des autres qui nous ont tous, à un moment ou à un autre, montré leur inconsistance ou leur capacité de nuisance.

À défaut de pouvoir anticiper l’attitude future de José Bové, penchons-nous sur ses actes passés. Le moins qu’on puisse dire, c’est que lui n’a pas hésité à mouiller sa chemise pour défendre ses idées, au péril même de son confort personnel.

En attendant, cher Français majoritaire, dis-moi donc pour quel autre candidat tu vas pouvoir voter en conviction ? Ne me dis pas que De Gaulle avait raison quand il te traitait de veau ? Vote pour les autres si ça te chante, mais ne viens pas pleurnicher après ! Tu l’auras bien cherché, ton abattoir !

Combien de temps vas-tu encore te laisser traîner dans la farine sans broncher ? Humilier devant tes rejetons qui d’ailleurs sont au chômage ou en "stages" de formation à répétition ? On te fout dehors à cinquante berges en t’intimant sans rire de "travailler plus pour gagner plus". Tu te fais harceler chaque fin de mois par le banquier qui te pique sans vergogne ce qui te reste d’oseille en frais de pénalités à rallonge. Tu te réveilles la nuit en nage en te demandant comment tu vas honorer tes échéances fiscales... Et tu mégotes ???

Tu ne crois pas qu’il serait grand temps de te remuer les fesses et de montrer ce que tu vaux ? Si on allait ensemble se fabriquer un de ces petits moments d’euphorie qui illuminent nos livres d’Histoire et sauvent notre réputation de râleurs gaulois nihilistes ? Qu’est-ce qu’on risque, franchement ?

Je te dis tout de suite, tu restes dans ton marigot si tu veux, mais moi je ne me poserai pas mille questions, j’y vais d’un pas décidé. Je me fous de savoir si José Bové a une chance ou non de réussir son pari. Et je ne vais pas me prosterner devant son icône. Les médias guoguenards peuvent bien invoquer leurs putains de sondages, je m’en tape, je te dis. J’y vais pour la raison suivante :

Il n’y a pas d’autre solution !

Pas d’autre solution, pour garder notre dignité, que cette INSURRECTION ÉLECTORALE !

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
aline a écrit:Voilà pour moi. Et vous, irez-vous voter ? Pour qui ? Pourquoi ?

Alors, alors... personne n'ose se "mouiller"... pas d'idées, pas interressés, sujet tabou... ????
N'ayons donc pas peur du débat contradictoire et de la confrontation d'idées ! Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Moi j'irai voter pour celui qui respectera les droits fondamentaux des etres humains en instaurant notamment le revenu minimum INCONDITIONNEL basé sur le PIB (contrairement au revenu minimum d'insertion qui ne se base pas sur grand chose et est même plutot arbitraire).

Sinon pour quelqu'un qui a fait ses preuves en tant que citoyen et pas un enarque ou je ne sais qui dont le seul mérite est d'etre né avec une cuiller en argent dans la bouche...

Heureusement qu'on a abolit les privileges de la royauté et de l'aristocratie en France Wink

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Tout juste de retour d'Aubagne. C'était super Very Happy . Plus de 2500 personnes. Bonne dynamique, bonne ambiance, loin des costards cravates et discours populistes. Une belle réunion, toutes générations, tous styles, toutes couleurs, de nombreuses interventions... avec la même envie de construire un autre monde. L'insurrection électorale est en marche, les citoyens reprennenet la main !
Un bus de l'hérault bien rempli, une pêche du feu de dieu, on s'est bien marré aller et retour, ça fait du bien ! Laughing Bon je sais, c'est pas très politique comme compte-rendu mais vu l'heure, je ne peux pas mieux faire !
La phrase du jour, le temps n'est plus à changer le pansement mais à penser le changement !

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
URGENCE DE L'ENGAGEMENT POLITIQUE

par Raoul Marc Jennar, Michel Onfray, Yannis Youlountas



Un autre monde est en marche. Nous le pressentions. Nous l'entendons désormais. Il vient. Non pas vers les femmes et les hommes qui l'attendent mais à travers eux. Et ce n'est qu'à travers eux qu'il pourra advenir. A travers leur implication politique et, nécessairement, leur engagement politique.

La grande leçon du premier février 2007, jour de la candidature collective de José Bové, se situe d'après nous dans la victoire de la rébellion citoyenne sur l'impasse provoquée par des appareils politiques peinant à s'unir. Les femmes et les hommes qui ont réussi ce formidable pari l'ont fait en s'impliquant dans le débat politique au moyen d'un regroupement puis d'une pétition.

Cependant, cette implication ne saurait, à elle seule, suffire à la réappropriation de la politique par les citoyens. Si celle-ci est confisquée, cela vient moins du fait des organisations politiques que de la démission d'une majorité de citoyens désespérés, et pour cause. Le surgissement citoyen de ce mois de janvier, qui nous rappelle celui contre le TCE, nous offre à tous l'occasion de remédier à cette démission. Mais il nous faut pour cela aller au-delà de la signature au bas d'un appel. Il nous faut tous ensemble passer à l'engagement politique. Si nous ne nous occupons pas de la politique, la politique continuera à s'occuper de nous. Pour que le monde change, il nous faut chacun incarner ce changement, tant dans nos actes de la vie quotidienne que dans notre participation aux affaires de la cité. Pour nous réapproprier la politique, nous devons être la politique. Pour ne plus la subir, nous devons la réinventer. Pour ne plus la souffrir, nous devons l'aimer.

La candidature collective de José Bové dépend doublement de l'obtention des 500 parrainages de grands électeurs (maires, conseillers généraux, conseillers régionaux...). D'une part parce que c'est une obligation institutionnelle. D'autre part parce que c'est la garantie d'obtenir le remboursement partiel des frais de campagne. Nous ne sommes pas soutenus par des lobbies financiers ni ne bénéficions des largesses d'un grand parti aux caisses pleines. Nous partons de rien avec pour seule richesse celle de la profonde nouveauté et du vrai changement. Notre défi est immense : changer la politique pour changer la vie. Mais il faut pour cela nous changer nous-mêmes, c'est-à-dire assumer ce qu'autrefois nous déléguions. Cette candidature collective, c'est la nôtre.

À tous ceux qui hésitent, parmi nous, à contacter les maires et le conseiller général de leur canton, il nous faut répondre : "osez, agissez, rayonnez. Nous sommes le changement. C'est à nous d'agir. À nous seul. À nous tous".

Plus encore que les centaines de maires des grandes communes qui reçoivent presque tous les consignes d'un parti, adressons-nous aux milliers de maires des petites communes qui font battre le coeur de la Nation et qui sont le plus souvent sans étiquette. Plus de trente mille sur quarante mille n'ont pas encore parrainé un candidat. Disons-leur qu'ils sont des nôtres, que notre candidature collective est la leur également, et que notre campagne citoyenne est une reprise en main de ce que nous avons trop longtemps abandonné : notre bien commun premier à tous les autres, la politique.

Les moments que nous vivons sont passionnants. Nous sommes tout près de réussir. Cela ne dépend que de nous. Cette responsabilité est intéressante. Car elle porte en elle non seulement l'existence future de notre campagne officielle, mais aussi l'essence profonde de notre aventure collective. Il ne s'agit pas seulement d'être efficace, mais aussi d'être, tout simplement, ce que nous aspirons à devenir : des citoyens agissants qui reprennent leurs affaires en main et qui obtiennent le respect en se respectant eux-mêmes.

Il est temps pour nous tous de nous engager. Les jours passent et l'heure tourne. Nous ne pouvons plus attendre, il nous faut choisir : soit nous entrons pleinement dans le défi politique pour choisir ensemble notre avenir, soit nous en sortons pour continuer à le subir.

L'autre monde possible, celui que nous avons autrefois appelé de nos voeux avec José Bové, est aujourd'hui en marche.

Au regard des générations passées, présentes et futures,

au regard de tous ceux qui souffrent,

au regard de tous ceux qui baissent encore les bras,

il est de notre responsabilité de refuser la fatalité, dès maintenant, pour le bien de tous.

RMJ, MO, YY.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum