FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Des peurs collectives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Des peurs collectives le Mar 18 Nov 2008 - 0:33

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Des peurs collectives


Le discours anti-secte comme support de l'idéologie néolibérale

par Maurice Duval,

ethnologue, maître de conférences à l'université Paul Valéry de Montpellier

paru dans L'Homme et la Société : Revue internationale de recherches et de synthèses en sciences sociales, n°155 janvier/mars 2005 : Sécurisation et Globalisation Editeur : L'Harmattan


Le 9 mai 2004 à Montpellier, aux abords d'un marché, la Ligue communiste révolutionnaire a été l'objet d'une forme de répression : alors qu'un militant distribuait des tracts et vendait le journal Rouge, comme la LCR le fait depuis la fin des années soixante, la police est intervenue pour lui demander de ranger son matériel et de partir, « sinon, je vous le plie en deux » aurait dit un policier au dire du militant. Ce matériel était constitué d'un panneau sur lequel étaient collées des affiches dénonçant la guerre en Irak et la politique de George W. Bush. En fait, des idées très normales quand on connaît la pensée politique de ce groupe. La police a emmené ce militant dans ses locaux, l'a fouillé par palpation, et ses affaires personnelles, son sac en particulier, ont été attentivement examinées. Les policiers ont noté ses coordonnées personnelles, adresse et téléphone, et ont vérifié le fichier central sur lequel ils ont découvert qu'il était déjà inscrit. Est-ce parce qu'il est engagé dans un mouvement contestataire qu'il est fiché, même si son mouvement d'appartenance est parfaitement légal ? Il y aurait matière à investigation sur ce point mais ce n'est pas notre propos ici. Panneaux de propagande, affiches et tracts ont été confisqués par les forces de l'ordre. Au terme de cette interpellation, un policier a prévenu le militant que s'il était repris sur la voie publique avec son journal et ses tracts dans les mêmes conditions, « cela se passerait différemment (1)».

La semaine qui a suivi cet incident, la LCR est revenue avec dix de ses militants. La police est intervenue à nouveau mais une négociation a permis que deux d'entre eux seulement soient emmenés au poste. Là, ils ont obtenu de voir l'arrêté municipal sur le fonctionnement des marchés municipaux qui justifiait l'attitude des policiers. Cet arrêté du 9 mai 2003 réactualisé le 1er avril 2004, interdit la vente de journaux politiques et toute diffusion de tracts sur la voie publique. L'article 1 stipule qu'« il est interdit d'exercer quelque action de prosélytisme que ce soit». La finalité, a-t-on expliqué, est de contrer les sectes. La LCR a demandé par courrier à la municipalité de Montpellier de s'expliquer, elle n'a jamais reçu de réponse. Rappelons que la municipalité de Montpellier est de tendance socialiste (PS), mais une municipalité de droite aurait pu prendre une mesure tout à fait semblable. Suite à cela, la LCR a lancé un appel unitaire et plusieurs mouvements se sont joints à elle quelques semaines plus tard et ce sont vingt-cinq militants qui sont revenus sans que la police ne les inquiète cette fois.

Par ailleurs, c'est le parti politique « Lutte Ouvrière » qui, dans un article du journal Le Monde, a été qualifié directement de « secte ». Or, dire que ce mouvement de la gauche radicale est « une secte », ce n'est pas argumenter légitimement contre ses idées, mais c'est suggérer qu'il est malfaisant, malsain et que sa disparition serait souhaitable.

Prenons un troisième exemple, le groupe « Longo Mai », installé dans les Alpes-de-Haute-Provence depuis que le fils d'Huguette Bouchardeau et ses amis ont créé cette communauté sur la base d'idées alternatives et anticapitalistes dans les années soixante-dix. Là, le fait de vivre leurs idées collectivement a amené quelques députés à classer ce groupe dans la catégorie « secte » dans le rapport parlementaire de 1996 (2). Or, ce groupe, que l'on partage ou pas ses idées — là n'est pas la question — a le droit de vivre et de penser différemment de la majorité de la population dès lors qu'il respecte la dignité des femmes et des hommes ce qui, manifestement, est le cas. Ce rapport parlementaire classe les « sectes » (3) en élaborant une typologie pour le moins contestable et contestée par certains chercheurs, hélas trop peu nombreux. Et dans cette classification, plusieurs catégories sont élaborées parmi lesquelles figurent « les groupes alternatifs (4) » ! Le paragraphe introductif précise : « Ils [les groupes alternatifs] proposent en général une organisation différente des circuits économiques, du mode de production, du commerce mondial, des rapports humains.(5) »

II serait grand temps de le souligner avec force, ce texte est une atteinte à la liberté de penser et notamment à la liberté de penser sur le mode de la contestation. Préconiser un système économique autre que celui dans lequel nous vivons, d'après ce rapport très officiel — qui a d'ailleurs fait un consensus quasiment général — c'est s'exposer à se faire cataloguer comme relevant d'une « secte », avec tout ce que cela implique : stigmatisation en tant que membre d'un groupe considéré comme étant le lieu d'élaboration du « Mal », avec l'idée sous-jacente qu'il serait salutaire de le faire disparaître en tant que tel. Dans ces conditions, aucune pensée politique préconisant un autre mode de production, c'est-à-dire qui ne relèverait pas de la pensée dominante, n'est plus possible. En effet, proposer de changer radicalement de société, c'est bien proposer de changer de mode de production d'abord et avant tout pour sortir du mode de production capitaliste, en d'autres termes, de changer les rapports sociaux, les rapports entre les hommes et les femmes qui vivent en société. De la même manière, dans le cadre du commerce mondial, penser les relations entre nos pays et ceux du Sud différemment de ce qu'elles sont actuellement, telle la question de la dette des pays pauvres, par exemple, ne devient pas encore un délit mais suggère que ceux qui vont dans ce sens ont une « pensée sectaire », voire qu'ils relèvent de groupes qualifiés de « sectes ».

Revenons au groupe Longo Mai. À ma connaissance, il s'inscrit dans le cadre de la loi et ne contrevient en rien à celle-ci. L'assimilation entre « sectes » et groupes alternatifs est une avancée de la pensée unique puisque le signifiant « secte » implique « Le Mal » à détruire, sans d'ailleurs que personne ne s'interroge vraiment sur le contenu réel de ces groupes considérés par certains sociologues comme étant dangereux dans 3 ou 4 % des cas. « Ces groupements ne sont pas nécessairement dangereux et j'ajouterai qu'ils le deviennent rarement (6) », écrit Roland J. Campiche. D'ailleurs, même le gouvernement et ceux qui ont en charge la question idéologique de la lutte contre les « sectes » disent explicitement ne pas savoir de quoi ils parlent. Renouvelant l'aveu d'ignorance qui figure dans le rapport parlementaire de 1996, le rapport annuel de l'Observatoire interministériel sur les sectes dit : « En conséquence, l'Observatoire estime qu'il n'y a pas lieu de définir la notion de secte (7) » [sic] ! Mais cet aveu d'ignorance quant à la définition de ce dont il est question dans ce rapport n'empêche pas d'affirmer un peu plus loin: «les sectes représentent une véritable menace pour l'État, la société et les individus, c'est la tâche de l'Observatoire de lutter contre cette menace(Cool » Les auteurs du rapport sont pris en flagrant délit de manque de logique élémentaire. Affirmer ne pas savoir définir l'objet dont on traite mais en parler tout de même serait sévèrement sanctionné par tout professeur de philosophie en classe de terminale.

Source et suite

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Des peurs collectives le Mar 18 Nov 2008 - 2:35

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
"" Coopérative européenne Longo Mai " (appelée aussi SCOP Européenne) : communauté
alternative laïque, néo-rurale et autogestionnaire, ayant pris naissance en
1973 à Limans (Alpes de Haute-Provence). Fondateur : Roland Perrot, né en 1930,
français.
Exemple typique de marginalité gauchiste (post-soixante huit) par l'alternative rurale
: "lieu de vie" collectif, mise en commun de l'amour et des biens, autarcie,
écologie, etc.
Dérapage "bourgeois" du mouvement dès 1976 : les pionniers révolutionnaires
hostiles jusque là à l'économie de profit se muent en prospecteurs de biens
fonciers et immobiliers. Vives réactions locales. Création de nombreuses coopératives
gérées depuis la "Centrale de Bâle" (Suisse) où sont étudiées toutes
les possibilités de financement (dons privés, subventions publiques, emprunts).
La phalanstère gauchiste est devenue une firme multinationale bénéficiant
de soutiens financiers et politiques. Critiques, plaintes et procès vont pleuvoir
sur le groupe, dues au fonctionnement communautaire, aux méthodes de ramassage
et d'utilisation de l'argent. Sectarisme avéré : autoritarisme du chef-fondateur,
attitudes fascisantes (méthodes "musclées" de surveillance, menace de mort,
agressions, etc.) ; exploitation éhontée des adeptes ; organisation discriminatoire,
travail dur mais gratuit, nourriture et sommeil insuffisants. Les enfants sont
propriété de la collectivité (refus de l'autorité parentale) et placés en école
privée interne à Longo Maï.

Légers assouplissements au régime de vie apportés en 1982.
En résumé, une entreprise communautaire sans réelle fraternité et solidarité
qui devait fatalement sombrer dans le sectarisme et l'inhumanité. Le 4 mars
1985, Longo-Maï, l'association suisse coopérative Longo-Maï, et 57 de ses adhérents
portent plainte pour diffamation contre le président-fondateur du CCMM, Roger
Ikor, à la suite du passage les concernant dans la brochure "Sectes-Impasse".
Le 25 septembre 1985, le Tribunal de Grande Instance de Paris déclare cette
plainte irrecevable et condamne Longo-Maï aux dépens. Deux jours après, elle
fait appel. La Cour d'Appel de Paris, dans son arrêt du 21 mars 1989, condamne
les plaignants à verser 10.000 F au CCMM, et note dans l'un des attendus : "Considérant
que l'exposé qui est fait dans le texte critiqué des modes de vie établis dans
la communauté de Longo Maï apparaît loyal et mesuré""


Choses que je peux confirmer, ayant eu affaire a eux lorsque j'habitais a Ongles et a Forcalquier.

Des "gentils" qui patrouillent armés dans les champs et campagnes environnantes, menacent les gens qui ont le malheur de s'approcher trop pres.

Au cas où ils nous liraient, je suis celui qui a envoyé un des leur a l'hopital lors d'une altercation dans un supermarché de Forcalquier, il y a 15 ans environs (ils sauront de quoi je parle). Leurs tentatives de représailles n'ont servis a rien à l'époque.
Le fait est connus aussi qu'ils accueillent des terroristes afin de s'initier a d'autres discours "novateurs", mais comme des enfants de personnalitées sont dans cette secte, aux dires de la gendarmerie, il est difficile de faire une descente sans qu'ils en soient informés. Il y a longtemps qu'ils ne font plus peur, chose qui ne leur plait pas d'ailleurs. N'est-ce pas le meme genre de pseudo-communauté qui vient de se faire alpaguer pour les actes de sabotages contre la SNCF?
Dormez braves gens, envoyez vos enfants dans ces "communautées", qu'ils y pratiquent le travail sans salaire, se fassent violés ou autres bonnes choses, car, là-bas, ils ne sont plus une personne a part entiere, mais un objet qui doit etre utilisé pour ramener des sous a la communauté.....

Vive les idées de ces gens là et de leurs comparses.

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Des peurs collectives le Mar 18 Nov 2008 - 4:23

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Sauf que comme d'habitude , tu ne donnes pas tes sources ( PREVENSECTES ) et la fin de l'histoire !

Ceux qui ont qualifié longo mai de secte, on perdu leur procés

Condamne le Centre Roger IKOR et les Editions ALBIN MICHEL in solidum à payer à LONGO MAI la somme de UN FRANC à titre de dommages-intérêts, et celle de HUIT MILLE francs (8 000) sur le fondement des dispositions de l'article 700 du Nouveau Code de Procédure Civile ;
Conclusion du procés, publié par PREVENSECTES lui même (au format PDF).

Pour ceux qui veulent écouter ce que racontent ces dangereux terroristes sectaires qui gagnent tous leurs procés en diffamation et qui essaient de vivre différemment c'est ICI

Question pour Patrick : Comment peut on critiquer les dits agissements que tu prétends lorsque soi meme on envoie un homme à l'hopital ?

Français a écrit:
Des "gentils" qui patrouillent armés dans les champs et campagnes environnantes, menacent les gens qui ont le malheur de s'approcher trop pres.

Tiens ! je croyais que tu etais un ardent defenseur de la propriété privé et que tu trouvais normal qu'un fermier avait fait feu sur des faucheurs OGM car ils etaient venus sur sa propriété ? Serait tu devenus ultra gauche anarcho autonome communiste extremo goulago stalinien altermondialiste ou l'application de la loi ne s'appliquerait pour toi qu'à une catégorie de la population et pas aux autres (sectarisme?)?

(Pour l'histoire de la SNCF, ne fait pas la meme erreur que le gouvernement et les médias financiers a en oublier la présomption d'innocence, droit inalienable de tout citoyen français, non ? )

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Des peurs collectives le Mar 18 Nov 2008 - 11:31

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
Le 4 mars 1985, Longo-Maï, l'association suisse coopérative Longo-Maï, et 57 de ses adhérents portent plainte pour diffamation contre le président-fondateur du CCMM, Roger Ikor, à la suite du passage les concernant dans la brochure "Sectes-Impasse".

Le 25 septembre 1985, le Tribunal de Grande Instance de Paris déclare cette plainte irrecevable et condamne Longo-Maï aux dépens. Deux jours après, elle fait appel. La Cour d'Appel de Paris, dans son arrêt du 21 mars 1989, condamne les plaignants à verser 10.000 F au CCMM, et note dans l'un des attendus : "Considérant que l'exposé qui est fait dans le texte critiqué des modes de vie établis dans la communauté de Longo Maï apparaît loyal et mesuré au regard des nombreux témoignages recueillis à ce suje, qui donnent l'image d'un groupement asservi aux volontés perverses et délirantes de certains de ses dirigeants -qui ne sont d'ailleurs pas dans la cause, encore que, pour l'un d'eux, nommément désigné - et mettent en évidencel'ampleur des destructions psychologiques provoquées chez ceratins et plus spécialement chez les jeunes femmes.

Aurais-tu un probleme de transparence? Ce texte est issus du meme site que tu donnes au-dessus..... Comme quoi, ils sont bien qualifiés de "secte"

Pour ma part, je ne parle que de ce que je connais pour avoir vécu là-bas et avoir eu a faire a eux.
De plus, entre tirer sur des gens qui viennent detruire ta récolte et menacer (voir plus) des gens qui se promenent dans les bois, il y a aussi une différence, non?
C'est pareil, frapper une personne agressive en état de légitime defense n'est pas un crime, que je sache (meme si là, il a morphlé un peu plus que le moyenne).
Pour ceux de la SNCF, la presomption d'innocence n'est pas grand chose a mes yeux, lorsque l'on a mis delibérement la vie de gens en danger.
Apres, chacun a le droit de cautionnet ou non ce genre de personnes et leurs idées, ainsi que leurs actes, mais la société a bien demontré que leurs façons de penser et de faire ne faisaient pas l'unanimité, pour l'instant.

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Des peurs collectives le Mar 18 Nov 2008 - 13:47

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Aurais-tu un probleme de transparence? Ce texte est issus du meme site que tu donnes au-dessus..... Comme quoi, ils sont bien qualifiés de "secte"

Aurais tu un problème avec la chronologie?
La décision de justice indiquant que longo maï n'est pas une secte date du 11 décembre 1996.

Tu vois bien au contraire que la transparence permet de mieux comprendre l'histoire et celle ci en particulier Wink

De plus, entre tirer sur des gens qui viennent detruire ta récolte
(OGM)

Parce que vouloir défendre la souveraineté alimentaire de tous les individus, ce n'est pas de la légitime défense ?

C'est pareil, frapper une personne agressive en état de légitime defense n'est pas un crime, que je sache

Tu as été blessé toi qui étais entrainé par les commandos secret de l'état français de l'époque ?

(meme si là, il a morphlé un peu plus que le moyenne).
Shocked

Tu es adepte de la secte "la guerre c'est la paix" comme dans l'oeuvre de Orwell "1984" où l'état militaro-industriel assure garantir le bien etre de tous ceux qui pensent comme lui ?

Pour ceux de la SNCF, la presomption d'innocence n'est pas grand chose a mes yeux, lorsque l'on a mis delibérement la vie de gens en danger.

T'as raison la justice ça sert à rien, ils auraient dut les exterminer en rentrant chez eux à 6h au matin sans sommation ni procès.

Apres, chacun a le droit de cautionnet ou non ce genre de personnes et leurs idées, ainsi que leurs actes

Entre les idées et les actes, il y a un fossé. Faut pas faire d'amalgames incessants non plus. Quand sarkozy dit que GDF ne sera jamais privatisé je suis d'accord avec lui, quand en acte il privatise, je ne suis pas d'accord. C'est pareil pour les mecs qui veulent la paix mais sont violents, qu'ils soient simple educateur ou leader d'un mouvement, vois tu ?

mais la société a bien demontré que leurs façons de penser et de faire ne faisaient pas l'unanimité, pour l'instant

L'histoire est pleine de période où des idées ne font pas l'unanimité (peine de mort, vote des femmes etc...) et qui pourtant aujourd'hui semblent normale. Et tu continues à te fier à la simple unanimité pour envisager d'écouter une pensée ou une idée qui serait différente de celles que tu as acquises dans ton environnement social et culturel. ça s'appelle etre un mouton ça non ?
Ou peut etre que l'etat à l'époque aurait dut exterminer sans sommation ni procès les tenants de l'abolition de la peine du mort et de l'établissement du vote des femmes?

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Des peurs collectives le Mer 19 Nov 2008 - 0:22

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
1) ah bon? Longo mai n'est plus considéré comme une secte? Bizarre, cela n'est dit nulle part....

2)Qui a demandé a trois pelerin de defendre par des actes terroristes la souveraineté alimentaire? Pas moi en tout cas, ni quelque millions de personnes. Si c'étaiot le cas, Bové serait president de la republique, que je sache.

3)ça, le comique de service ne pouvait pas le savoir, je pense que maintenant il fera plus attention avant de s'attaquer a une femme qui se trouvait malheureusement etre ma mere. Remarques, c'est bien dans leur style de s'en prendre aux femmes. Comme d'exploiter les gens (choses prouvées, que je sache) en les faisant travailler pour rien. En un temps, celà s'appelait de l'esclavagisme et je crois que c'est illégale, non, meme si celui-ci est issu d'une manipulation mentale...

4)Désolé, je suis adepte de "dieu pardonne, moi pas" si j'avais voulu le contraire, je ferais partie des votres, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (sauf les mechants patrons, chercheurs, presidents, etc...)

5)Non, la justice a raison de les faire passer au tribunal comme des terroristes, a moins que ce ne soient des supers mecs avec de supers idées de gauhe (extreme, bien sur) qui sont prets a risquer des vies de familles entieres pour rien.

6)Bien souvent, entre les idées et les actes, le fossé n'est pas si grand, je peux aussi te siter un livre: mein kampf, ça ne te dit rien?

7)Ben là, c'est raté, je suis un partisan de la peine de mort, mais peut-etre (je ne te le souhaite vraiement pas) que le jour où ta fille (ou ton fils) si tu en as, se feront enlever, violér et assassiner, reviendras-tu sur tes belles idées. Pour les femmes, par contre, je suis totalement d'accord sur le besoin de leur accorder les places a l'égal des hommes, comme quoi, tu vois, on peut etre pour certaines choses et contre d'autres.

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Des peurs collectives le Mer 19 Nov 2008 - 5:32

Léon

avatar
Membre actif
Membre actif
J'ai l'impression de m'immiscer dans une conversation entre Thierrysix et Francais... je me permets cependant d'intervenir car je suis outré des propos à priori extrémistes de Français (extrémistes ou antisémites ?!). Remise en cause de la peine de mort et valorisation de la vengeance (Français a dit : "je suis un partisan de la peine de mort, mais peut-etre (je ne te le souhaite vraiement pas) que le jour où ta fille (ou ton fils) si tu en as, se feront enlever, violér et assassiner, reviendras-tu sur tes belles idées."), dévalorisation de la pensée non-normative et références à des idées fascistes (Français dit : "Bien souvent, entre les idées et les actes, le fossé n'est pas si grand, je peux aussi te siter un livre: mein kampf, ça ne te dit rien?")... Je ne sais qu'en penser !!! Ca me laisse perplexe en tout cas, et ça m'attriste de lire des conneries pareils !

Léon

Voir le profil de l'utilisateur

8 Elle est pas belle la réalité!! le Mer 19 Nov 2008 - 12:46

Arteddu

avatar
Membre éclairé
Membre éclairé
Après ces brèves querelles qui n'aboutissent généralement à pas grand chose, si ce n'est de se faire une opignon de ceux qui les écrivent, j'aimerais inviter les forumeurs à lire ce petit article et alors se faire une petite idée de ce qu'est Longo Maï.

pour ma part je vous trouve bien triste mon cher Français avec en prime des propos qui volent bien bas.
Quand j'ai lu cet article j'ai compris à qui ces gens avaient eu à faire, et franchement je vous imagine maintenant dans mon esprit être de ceux qui auraient bien posés quelques bombes par ci par là.
Enfin! J'arrête là, en vous souhaitant à tous une bonne lecture et que le débat perdure.

http://humanismepur.free.fr/communautes/longo_mai.php afro

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Des peurs collectives le Mer 19 Nov 2008 - 15:50

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
Pour Léon:
je ne pense pas (et n'ai jamais voulu) avoir exprimé des pensées antisémites ou racistes, car je ne suis ni l'un ni l'autre. Le lien que j'ai voulu démontrer est que, tres souvent, le fossé entre les idées et le passage a l'acte était tres petit. Je le de"montre avec ce livre, celà ne veut en aucun cas dire que je cautionne ce qui s'est passé, ni ces écrits.
Pour Arteddu:
Je ne suis pas (et n'ai jamais été) un partisan des poseurs de bombes. Je crois au débat, moi, et ne fais pas de propagande sur les manieres de desobéir civilement ou autre...
Je dois dire que le texte auquel vous faites reference m'a permit de voir que Longo Mai a changé depuis que j'ai eu affaire a eux. J'ai plus tendance a accepter ce qu'ils font maintenant, ceci étant plus pacifique qu'à l'époque. Ce que le texte oublie de préciser, c'est qu'une bonne partie de la poulation alentours de Limans ne les soutenait pas non plus. Ils ont apparemment réussis leur intégration et c'est tres bien, meme si je n'adhere pas a ce style de vie personnellement. Pour ceux qui y sont et y seront, je leur souhaite de trouver leur bonheur comme celà.

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Des peurs collectives le Mer 19 Nov 2008 - 16:58

Arteddu

avatar
Membre éclairé
Membre éclairé
Le débat avance et c'est très bien.
En plus de cela vous avez donc pris la peine de lire cet article ce qui n'enlève en rien au charme de pouvoir continuer le débat.
Moi, ce qui me frappe dans cet article c'est de constater encore une fois le rôle de la Gauche Française ( En l'occurence ici Mr Alain Joxe) ministre en 1989 sous notre cher et regretté Monsieur Mitterand envoie les CRS et tutti quanti pour faire taire cette bande non pas à Bader ni à Pinder mais cette "Secte".

Et dire qu'hydra et spartakus voulaient proposer une autre voie :
Comme l'autogestion, l'organisation (alternative) et sans oublier l'humour.

Voilà pourquoi cher Français je pense comme Thierry et bien d'autres en avoir tout simplement marrrrrre de cette hypocrisie à la Française. Marrrrre d'être juste bon à produire et fermer sa gueule. Marrrre de cet état de guerre et enfin marrre de se sentir de plus en plus surveillé par cette autorité et montré du doigt des que nos idées ne servent pas la cause injuste qu'est la notre.
Pour ma part, voilà ce que je pense à ce jour :

J'écris aujourd'hui à 14H58 qui ce pays va à la dérive et fait peur.
Est-ce que demain j'irais croupir dans une géole pour avoir tenu de tel propos ?? Et pire tiens!! Les gens diront que j'étais un terroriste!.

afro

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Des peurs collectives le Mer 19 Nov 2008 - 22:12

voisine


Membre actif
Membre actif
Des propos étranges ...
Je suis d'accor avec Léon,Artedu et Thierry
Cest la majorité qui gagne!
sURTOUT LEURS ARGUMENTS

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Des peurs collectives le Jeu 20 Nov 2008 - 23:47

Léon

avatar
Membre actif
Membre actif
Voisine a écrit:Cest la majorité qui gagne!
L'essentiel n'est pas de gagner ou de perdre mais de s'exprimer en connaissance de cause, d'argumenter et de réussir à se faire comprendre ! Je comprends mieux les propos de Français après cet échange en tout cas... merci à lui d'avoir pris le temps de l'explication.

Quant à ces critères de qualification des sectes, ça m'effare de me rendre compte qu'il est si facile d'être stigmatisé et classifié dans la catégorie de secte !!! J'irai me renseigner de plus près sur les activités d'un groupe soupçonné d'être une secte désormais !

Léon

Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Des peurs collectives le Ven 21 Nov 2008 - 0:20

voisine


Membre actif
Membre actif
j'applaudis!!!

Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: Des peurs collectives le Mar 25 Nov 2008 - 12:37

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Extrait de l'anticonclusion de
Une expérience
internationale de recherche autogérée :




les « chercheurs
de survie » du réseau « Longo Maï »



Marc OLLIVIER * chercheur au CNRS en sciences sociales
Des multitudes d’hommes et
de femmes sont en lutte dans notre monde pour trouver un avenir durable
à l’humanité dans des conditions de santé, de justice et de liberté
qui donnent du sens et du sel à la vie. Les Longos sont parmi eux,
chercheurs d’itinéraires nouveaux pour y parvenir et ils développent,
avec quelques unes de ces luttes internationales, des formes de solidarité
dont l’étendue et l’efficacité nous étonnent. Leur expérience
est riche d’enseignements sur la nocivité des frontières, sur la
force et le potentiel largement sous estimé des rapports interculturels
et des actions collectives internationales, sur l’infinie source d’émotions
et d’enrichissement personnel des relations entre les humains, où
qu’ils soient.

Lire le texte complet

c'est un peu long mais tres instructif.
.
.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum