FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» Le 68è Musc'art sur Mediaterranée
Sam 16 Juin 2018 - 10:12 par P.Aime

» FINALE CHAMPIONNAT DE FRANCE BENJAMIN DE ROLLER-HOKEY
Ven 8 Juin 2018 - 21:04 par frontignanais

» 68è Musc'art demain à Côté Mer
Mer 6 Juin 2018 - 13:11 par P.Aime

» Patience, au bar!!!!!!!!!!
Dim 3 Juin 2018 - 18:32 par P.Aime

» Les jeunes de l'école de théâtre Ah Bon? progressent
Mer 30 Mai 2018 - 20:28 par P.Aime

» Musc'art 67 avec Patrick Jean
Ven 11 Mai 2018 - 10:06 par P.Aime

» La salle Calmette, un poumon salutaire pour le quartier
Lun 30 Avr 2018 - 21:50 par P.Aime

» INVITATION
Ven 13 Avr 2018 - 1:25 par frontignanais

» Un 66è Musc’art de tous les records
Mar 10 Avr 2018 - 18:08 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le capitalisme et la démocratie sont ils compatibles ?

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Noam Chomsky (dans son reportage hier au cinémistral) prétend et démontre que non. Qu'en pensez vous ?

Voir le profil de l'utilisateur

2 le capitalisme et la démocratie.... le Dim 18 Jan 2009 - 13:13

frountil claude


Membre chevronné
Membre chevronné
Voici mon point de vue
D'abord, sur la Démocratie; je considère , en premier lieu que c'est une exigence morale, c'est une valeur, un Bien. Mais souvent elle est interprétée suivant le contexte, suivant l'idéologie de ceux qui nous gouvernent.
Dans certains domaines c'est un leurre; exemple: l'élection au suffrage universel direct du Président de la République; à priori l'on considère ce mode d'élection comme la démocratie directe.
Mais notre Constitution de 1958 assure au Président un pouvoir personnel; durant son mandat , il n'est pas tenu à rendre des comptes aux citoyens , même pas aux parlementaires de l'Assemblée Nationale et du Sénat.
L'idée première est démocratique, par la suite c'est l'installation d'un excés de pouvoir, donc contradiction. La démocratie doit créér un moyen de liberté, assurer le contrôle de la collectivité sur la croissance économique voire sur la prospérité ( dans le prochain chapitre, nous verrons que nous sommes loin du compte).
Elle devrait également permettre un gouvernement du peuple par le peuple.
Dans cette société actuelle, nous constatons que ceux qui possèdent la puissance économique sont les seuls à s'imposer et à fabriquer les lois qui leur sont favorables.
La quasi totalité de la presse écrite et parlée et la plupart des candidats aux élections sont à la solde des détenteurs du Capital.
La démocratie sociale viserait à transformer les structures sociales, , conditions de travail, mode de rémunération, garantie de l'emploi.
La démocratie repose sur les droits de l'homme; ses droits deviennent des exigences; supprimer l'aliénation de l'individu. C'est au pouvoir en place qu'il incombe d'introduire la démocratie à l'intérieur de la société.
La masse des biens consommables étant limitée, il importe d'établir une autorité capable de rétablir équitablement une démocratie consentante.De plus, la démocratie doit-être représentative et directe. L'on peut citer la jeune démocratie Athénienne malgré ses imperfections.
Les Elus se devaient de rendre des comptes sur la place publique et étaient déchus s'ils avaient faillis à leurs engagements.
Dans le monde actuel, nous pouvons juger d'un rapport constant du pouvoir central , régional ,cantonal Suisse qui pratique la voie Référendaire allouée aux électeurs et qui nous démontrent un mode démocratique ( 63%)des textes repoussés par l'électorat).Un exemple frappant qui devrait inspirer pas mal de nos gouvernants.
Dans les jours suivants je traiterai de la nocivité du Capitalisme.
frountil claude

Voir le profil de l'utilisateur

3 capitalisme et démocratie... le Mar 20 Jan 2009 - 12:56

frountil claude


Membre chevronné
Membre chevronné
Mon point de vue sur le Capitalisme
Le Capitalisme fonde la société en deux classes; ceux qui possèdent les moyens de production, qui achètent la force de travail pour faire fonctionner leurs entreprises.
Et celle des prolétaires qui vendent leur force de travail pour subvenir à leurs besoins. A côté des artisans , des commerçants, des paysans travaillant individuellement.
Le capitalisme ne peut survivre que dans ce contexte; nous le savons, il est basé sur le profit et celui-ci provient de la plus-value. Durant des décennies ces profits étaient réinvestis dans l'industrie et autres. Depuis quelque temps les bénéfices sont transformés en actions, soit placés dans les paradis fiscaux. Ce qui explique clairement la cause de la crise actuelle.Dans la mesure où il n'y aplus de réinvestissement , le chômage s'accentue, la croissance stagne, baisse, le pouvoir d'achat des travailleurs s'amenuise.
Ces inégalités qui s'accentuent entre capitalistes et les autres catégories de travailleurs ( ouvriers, employés , indépendants) créent des antagonismes sociaux. Les richesses produites font apparaître une énorme concentration de capitaux.
Plus de la fortune mobilière est généralement détenue par 1,2, 3 % des ménages. En 2007 les entreprises du C.A.C. 40 ont réalisées 85 milliards d'euros de bénéfices. Total a avoué 12 millards d'euros de gains.
Le Capitalisme , contrairement à M.Sarkosy , et ses comparses, à M Barak Obama et autres dirigeants politiques internationaux ne peut s'amander. il demeure et restera toujours demandeur de plus de profit.Pour l'instant ce qui sauve ce système capitaliste c'est en particulier la fabrication des armements.

Mais à plus ou moins brève échéance le Capitalisme moura de ses propres contradictions ce qui d'ailleurs avait prophétisé "Karl Marx" en 1850-1870., aidé en cela par la mobilisation revendiquative et humaniste des citoyens victimes de ce régime .
Ma conclusion sera brève: le Capitalisme est totalement incompatible avec la Démocratie.
frountil claude

Voir le profil de l'utilisateur

fondation

avatar
Nouveau membre
Nouveau membre
« Dans l’état actuel
de nos sociétés, où un doute plane sur l’avenir, nous avons un peu perdu de vue
l’idée même de la cité, de la citoyenneté, de la politique considérée comme un
domaine de l’autogestion principale. On prend souvent pour des villes ces
immenses ceintures urbaines qui seraient mieux décrites comme un processus
apparemment sans fin d’urbanisation. De vastes étendues de béton, d’immeubles
et de tours dévorent les entités définies et à échelle humaine que l’on
appelait autrefois des villes, et elles n’épargnent pas les campagnes.



Du même coup, les citoyens
sont réduits à l’état d’électeurs anonymes. Leur principale fonction est de
payer des impôts, d’avoir la lourde charge de travailler chaque jour pour
entretenir la société telle qu’elle est, de se reproduire, et enfin d’avoir la
bienséance de s’abstenir de toute activité politique – un domaine réservé à
l’Etat et à ses représentants officiels. Notre discours déformé ne fait plus la
différence entre création d’une ville et urbanisation, ni entre citoyens et
électeurs, et le mot « politique » ne désigne plus que l’action de
l’appareil d’Etat.



[…]


Tout cela est organisé
comme une entreprise. On considère que c’est un succès lorsqu’on parvient à
dégager des excédents fiscaux et à fournir les services requis, et un échec
lorsque la municipalité est en déficit et ne fonctionne pas de façon efficace.
Quant au contenu éthique de la vie de la cité, lieu où s’apprennent la vertu
civique, les idéaux démocratiques et la responsabilité sociale, il est tout
simplement oublié et remplacé par une sorte d’esprit d’entreprise basé sur les
notions de revenu, de dépense, de croissance et d’emploi. »



murray bookchin, une société à refaire

Voir le profil de l'utilisateur http://www.utopiesdumonde.skyrock.com / www.fondation-officiel.s

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum