FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Front de Gauche: l'unité,au coeur des discours.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

P.Aime


Membre chevronné
Membre chevronné
Eh bien oui, j’étais parmi les 1000 personnes qui se trouvaient hier soir à la salle de l’Aire à ce meeting peut-être « historique » comme le voulait la majorité de l’assistance de ce soir-là. Une assistance sûrement venue de bien plus loin que Frontignan. Les deux cars garés sur le parking, ne venaient pas de Frontignan, évidemment. Le motard qui a garé sa moto près de mon vélo non plus- et qui a engagé la conversation avec moi ; ce n’est pas tous les jours que ça arrive !- Il venait de Montpellier, preuve que ce meeting a ratissé large pour qu’à quatre mois des élections européennes, « la gauche de la gauche » veuille montrer son désir de rassemblement. Un rassemblement tout de suite fortement coloré de rouge, dès l’entrée.

Au-dessus de la littérature et des tracts des partis et groupes d’extrême gauche, flottent les drapeaux du P.C.F. très affairé et organisé jeudi soir, c’était net.

Badges, brassards (comme en 68, devant les stations d’essence, sauf qu’hier soir, était écrit « accueil » sur la bande rouge !), écharpes, pulls, drapeaux….que de rouge !



Et en prime, la Cucarracha et l’incontournable Jean Ferrat pour la musique d’ambiance. Tout ce que Vileneuve-lès-Maguelone compte de militants communistes étaient aux anges !



19h30:faut bien se restaurer; c'est l'heure!

Enfin, sur le coup de 20h bien sonnées, le speaker annonce : « on y est, on est là ! », comme réjoui d’une telle assistance de 1000 personnes pour assister à ce « premier meeting du Front de Gauche pour changer l’Europe ».

C’est Denis Sieffert, le directeur de l’hebdomadaire « Politis » qui est le premier des six intervenants qui précèderont « en américaine », la vedette du soir, Jean-Luc-Mélenchon, lequel, aussitôt arrivé dans la salle, va saluer des amis assis aux premiers rangs.



Et d’évoquer très vite le cynisme du 1er ministre qui va « encourager la pollution gratuite » puis prévoit que Sarkozy va intégrer la France à l’OTAN, ceci avant d’être le premier à parler de « logique néo- libérale ». Puis il sera le seul à donner un chiffre du succès de « la vraie gauche, la Gauche nouvelle » au prochaines Européennes, 15-17%.

Lui succède Béatrice Leguier, vice-présidente du Conseil Régional, pour le Mouvement Républicain et Citoyen, qui elle, évoque la crise avec toutes ses difficultés et « la citoyenneté, la clé de voûte de toutes nos institutions ».D’où le refus du « dumping social » et la mise en relief de la laïcité, d’une « Europe sociale qui protège » et pendant que « nos amis socialistes sont sur une mauvaise voie….il faut de la fraternité entre tous les peuples d’Europe ».

L’écoute du public est religieuse et les applaudissements nourris.



Jacques Nikoloff parle ensuite pour le Mouvement Politique d’Education Populaire et lance ses trois « Non » : au Traité de Lisbonne, aux listes des partis pro-système et au caractère anti-démocratique de l’Union Européenne ainsi qu’un quatrième « non », à Nicolas Sarkozy. Et de détailler : l’UMP, le PS, le MODEM et les Verts sont tous à mettre dans le même sac car ils disent oui au Traité de Lisbonne.. « La politique de Bruxelles est tyrannique…, l’Union Européenne organise la guerre des travailleurs contre les travailleurs…et les abstentions prouvent le manque d’enthousiasme des citoyens »

L’intervention suivante est une surprise et Maurice Chenot, pour le N.P.A. de Besancenot monte à la tribune devant une salle qui scande « Unité, unité…. ».



Il est très applaudi quand il parle de « répartition des richesses » et que le NPA ne gouvernera pas avec les sociaux-démocrates, qu’il n’y aura pas d’alliance avec le PS et qu’un accord unitaire est possible pour les Européennes ….sauf « qu'il faut un Front durable. Avec de la cohérence car pas d’union non plus avec le PS aux régionales- ce qui n’est pas évident pour les autres du Front et c’est là où le bât blesse, avons-nous cru comprendre. "Il faut alors se donner les moyens de l’unité » a lancé le porte-parole du NPA, qui a reçu en retour la réponse de la salle : « Chiche, chiche ! »

Jannie Arnéguy, pour les Alternatifs, parlera bbeaucoup d’écologie, d’autogestion, de féminisme, de création d’une assemblée constituante élue par les peuples (avec, elle est la seule à en parler, une allusion aux pays de l’Est), ceci avant une longue liste de « pour » et de « contre », avant de conclure, devant les « Ahhhhhh !!! » de la salle.

Corine Escarfit, pour le CUAL (Comité Unitaire Anti Libéral) de l’Hérault parle de l’unité comme" un sport de combat et de résistance", avant de lancer un appel au NPA pour l’unité et de proposer la création de comité locaux pour débattre et d’affirmer leur soutien aux Palestiniens.

Francis Wurz, député européen communiste, veut ensuite affirmer « qu’il n’est pas contre l’Union Européenne mais contre ses structures. « Après la crise, viendra un monde nouveau, mais lequel ? Tout dépendra des mobilisations à gauche » a-t-il poursuivi. « Et devant la crise de l’Eurpe libérale et capitaliste, il faut réagir vite pour un changement de civilisation ». Avant de revenir à une position manifestement claire du P.C. : pas sur l’Europe, mais à divers niveaux-local, Région…-le travail avec le PS et les Verts est possible pour faire avancer des projets du quotidien », ce qui soulève pas mal de « Ouhhhh « dans la salle.

Enfin arrive « la » vedette de la soirée. On ne sera pas déçu. Par la longueur de l’intervention, son punch, son humour, sa gouaille parfois, et ses envolées dignes bien sûr, d’un habitué des media.



C’est donc le sénateur Jean-Luc Mélenchon, qui cherchera à donner un caractère historique à ce premier meeting national du Front de Gauche, initié par le PC, dont il salue les militants au passage, et son parti, le Parti de Gauche. « Ca paye d’oser, de se mouiller, d’entreprendre » poursuit-il. Et d’affirmer qu’il mènera jusqu’en juin « un débat argumenté et sans insultes , dans un rassemblement sur des bases claires d’un Front de Gauche, outil politique pour le peuple Français… » .Et de justifier la fondation du Front : « Non, je ne rêve pas(de faire venir Besancenot ou pas…), je travaille ! » Un travail pour des élections « d’un haut niveau politique » . Car avec Sarkozy, il parle de « forfaiture, de mystification et d’enfumage ». Avant de parler du « lamentable abaissement de la démocratie devant les diktats européens ». Et de poursuivre : « On peut faire autrement….. » et d’appuyer sur le « il faut partager, car la France est quand même riche" et « imposer un rapport de forces victorieux » avec « un Front qui n’est pas une réunions de partis politiques mais de tous ceux qui veulent participer ». Puis en tournant les puissants en dérision, il définit « l’intérêt général comme celui du peuple et pas celui du capital ». Puis de taper sur la « politique sécuritaire qui ne sert à rien, sauf à faire pression sur les cervelles ». Avant de revenir, comme ses prédécesseurs sur le fameux Traité de Lisbonne et l’OTAN, véritables pierres d’achoppement de ces élections. Ceci, « sans vouloir injurier les camarades socialistes, qui vont devoir assumer leurs choix » le moment venu.

Puis il revient au « Salaire Minimum Européen ….véritable aberration, qui n’est pas dans le manifesto de Madrid ni dans le traité de Lisbonne ». Pour le NPA enfin il précisera : « C’est un Front, pour se retrouve dans le respect mutuel sur une plate-forme, pas une fusion et ce, pour entraîner le peuple Français ».

Les applaudissements d’une salle qui se lève, sont nourris et chaleureux. Avant d'entonner une petie "Internationale" ....!Une première base est lancée. Tout reste à faire…..

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum