FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» Le 68è Musc'art sur Mediaterranée
Sam 16 Juin 2018 - 10:12 par P.Aime

» FINALE CHAMPIONNAT DE FRANCE BENJAMIN DE ROLLER-HOKEY
Ven 8 Juin 2018 - 21:04 par frontignanais

» 68è Musc'art demain à Côté Mer
Mer 6 Juin 2018 - 13:11 par P.Aime

» Patience, au bar!!!!!!!!!!
Dim 3 Juin 2018 - 18:32 par P.Aime

» Les jeunes de l'école de théâtre Ah Bon? progressent
Mer 30 Mai 2018 - 20:28 par P.Aime

» Musc'art 67 avec Patrick Jean
Ven 11 Mai 2018 - 10:06 par P.Aime

» La salle Calmette, un poumon salutaire pour le quartier
Lun 30 Avr 2018 - 21:50 par P.Aime

» INVITATION
Ven 13 Avr 2018 - 1:25 par frontignanais

» Un 66è Musc’art de tous les records
Mar 10 Avr 2018 - 18:08 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Partage des bénéfices du travail

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Partage des bénéfices du travail le Mer 6 Mai 2009 - 18:48

frountil claude2


Membre actif
Membre actif
M. le Président de la République a commandé voici quelques mois uneétude sur ce sujet à M.Cotis, Directeur général de l 'I.N.S.E.E.
Ce rapport vient d'être présenté et révélé par le journal "Les Echos".M. Sarkosy préconise depius son élection un partage équitable de la valeur ajoutée 'en clair: les bénéfices réalisés par l'entreprise).
1/3 pour l'investissement------1/3 pour les actionnaires......1/3 pour les salariés.
Voilà la réalité actuelle chiffrée par la Commission Cotis.
57% pour l'investissement----36% pour les actionnaires----7% pour les salariés.
Nous sommes loin du compte; comment va réagir M. Sarkosy?.... Nous attendons son verdict....
frountil claude

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Partage des bénéfices du travail le Mer 6 Mai 2009 - 20:35

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Salut Claude !

Comme je n'avais pas les meme chiffres que ceux que tu cites, je suis allé fouiner un peu pour mieux comprendre (j'avais 75 pour actionnaires, 15 salariés et 10 investissement) et voici donc l'explication sur le site de "Solidaires" http://www.solidaires.org/article24004.html

Partage de la valeur ajoutée brute ?

Elle correspond à la richesse créée dans l’entreprise, ce que les salariés ont ajouté par leur travail aux biens et services achetés par l’entreprise. On parle de valeur ajoutée brute car elle intègre la « consommation de capital fixe », c’est-à-dire l’usure des équipements. Elle fait l’objet d’un partage entre salaires et profits - après paiement de l’impôt sur les sociétés et des intérêts des emprunts -, qui constitue la formation des revenus primaires.

Selon l’Insee, la part des salaires dans la valeur ajoutée brute était de 66,3 % en 1960. Elle augmente lentement de 1960 à 1970, puis plus rapidement jusqu’en 1982 où elle atteint 74,1 %. Elle redescend à 63,5 % en 1998. Elle a légèrement augmenté pendant la période Jospin, puis se stabilise plus ou moins depuis. En 2007, elle était de 65,1 %. Un des problèmes de ces chiffres, c’est que l’Insee compte la participation et l’intéressement comme faisant partie de la masse salariale. Si on raisonne en salaire strict (salaire direct et cotisation sociale), la part salariale est évidemment plus basse. Quoi qu’il en soit, on peut dire grosso modo que la part de la richesse produite revenant aux salariés a baissé d’environ 10 points (15 %) entre 1982 et aujourd’hui. Cela correspond à un transfert de 180 milliards d’euros de la masse salariale vers les profits, somme que nous utilisons souvent pour appuyer la faisabilité de nos revendications en matière de salaire, retraite, protection sociale… Si l’on rapporte la masse salariale (salaire direct et cotisation sociales) aux dividendes versés aux actionnaires, ces derniers en 2007 représentaient 12,4 % de la masse salariale contre 4,4 % en 1982 (calcul fait par Michel Husson du Conseil scientifique d’Attac).

L’éventuelle mesure de Sarkozy ne peut pas porter sur cette valeur ajoutée : réduire la part revenant aux salariés de 2/3 à 1/3 serait une détonante régression sociale (diminuer par 2 l’actuelle masse salariale !)

Partage du profit ?

Comment s’effectue aujourd’hui le partage du profit ? Une note de l’Insee (16/02/09) indique que 42 % est distribué, essentiellement aux actionnaires, que 6 % vont aux salariés sous forme d’intéressement et de participation et 52 % reste à l’entreprise pour ses investissements, y compris l’amortissement et ses placements. Passer ces 3 parts (42% actionnaires, 6% salariés, 52% entreprise) à 33,3% chacune ne semble pas non plus envisageable car la pérennisation de l’entreprise impose de remplacer les équipements usés et la baisse des investissements paraît, à juste titre, exclu.

Partage d’une partie du profit ?

Si, du profit, on retire l’amortissement, qui est simplement le remplacement indispensable d’équipements usés, on arrive, pour les sociétés non financières, à des résultats sensiblement différents : 75 % va aux actionnaires, 16 % aux salariés et 9 % finance le développement des entreprises (calcul fait par Guillaume Duval d’Alternatives économiques).

Quoi qu’il en soit, son application supposerait une baisse considérable des dividendes versés aux actionnaires et une augmentation de la participation et de l’intéressement.

Solidaires demande une augmentation des salaires et non de la participation et de l’intéressement, particulièrement inégalitaires, qui ne touchent qu’un salarié sur deux et défavorisent les salariés des petites entreprises : un salarié sur dix est concerné dans les entreprises de moins de 50 salariés. Ils bénéficient beaucoup plus aux cadres qu’aux autres catégories et concernent peu les personnels précaires.

Nicolas Sarkozy refuse que la baisse des dividendes se traduise par un rééquilibrage de la part des salaires dans la valeur ajoutée. Cela s’explique, outre les caractéristiques des mécanismes de participation, par le fait qu’il est beaucoup plus difficile de remettre en cause le salaire qui « est rigide à la baisse » alors que l’intéressement et la participation, qui est de plus bloquée cinq ans, peuvent l’être beaucoup plus facilement. De plus, l’intéressement et la participation ne sont pas prises en compte pour le calcul de la retraite.

Ce « partage des bénéfices en 3 tiers » n’est-il qu’un effet d’annonce ? Le MEDEF a réagi aussitôt : « seul l’actionnaire peut décider du montant des dividendes », qui relève du « droit de propriété », et insiste en affirmant qu’il « n’était ni du ressort de l’Etat, ni des salariés d’en décider ».

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Partage des bénéfices du travail le Jeu 7 Mai 2009 - 19:35

frountil claude2


Membre actif
Membre actif
Bonjour "Thierry", J'ai puisé ces informations sur le site du journal "L'Expension" quotidien sérieux, objectif qu'en aucun cas ne peut-être taxé sympathisant envers la Gauche.
M Sarkosy gouverne par ce genre de communication , de déclarations pour frapper l'opinion publique mais en fait il ne tient pas à les réaliser; c'est de la pure démagogie.
Coutumier de cette façon de s'adresser aux citoyens l'on peut se rappeler sa campagne électorale avec principal slogan; j'assurerai une augmentation du pouvoir d'achat et en fait il a fait voter l"bouclier fiscal" favorable aux plus aisés. C'est un véritable divorce entre les actes et les paroles
Il conserve toujours l'appui de son électorat mais une majorité de Français réalise sa supercherie et exprime leur déceptionpour son action. Malheureusement pour l'instant la Gauche désunie ne peut présenter une alternative ce que personnellement je déplore.
frountil claude

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum