FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» Le petit Journal de demain jeudi 20 avril
Mer 19 Avr 2017 - 16:27 par P.Aime

» Le Petit Journal de ce jeudi 13 avril.
Jeu 13 Avr 2017 - 10:21 par P.Aime

» Frontignan dans Le Petit Journal du jeudi 6 avril
Mar 4 Avr 2017 - 12:38 par P.Aime

» Le Petit Journal de demain jeudi 30 mars
Mer 29 Mar 2017 - 12:43 par P.Aime

» Dans Le Petit Journal de jeudi 23.
Mar 21 Mar 2017 - 17:29 par P.Aime

» Iris de la Gardiole et question.
Mar 14 Mar 2017 - 22:15 par P.Aime

» Dans Le Petit Journal de jeudi.
Mar 14 Mar 2017 - 9:47 par P.Aime

» Le Petit Journal de demain mercredi 1er mars
Mar 28 Fév 2017 - 16:54 par P.Aime

» le petit Journal du 22 février arrive demain mercredi
Mar 21 Fév 2017 - 22:58 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Un paysan sans terre de passage à Frontignan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
 forum frontignan, un paysan sans terre de passage à Frontignan

Mickael, 25 ans, paysan sans terre, et sa jument étaient de passage hier et aujourd'hui encore à Frontignan pour un retour vers leur région d'adoption, l'Ariège, après 5 mois de voyage dans le sud de la France.

Parti fin août 2009 pour faire une pause face aux difficultés à trouver une terre qu'il pourrait soigner, il s'arrete dans les PO pour faire les vendanges d'un viticulteur en conversion bio. Malheureusement, ces terres qui ont été maltraités pendant plus de 20 ans ne permettent pas encore une production naturelle en quantité et la période de vendanges s'avère etre courte. Un paysan des cévennes l'invite alors chez lui où il va passer quelques temps à prendre plaisir à la récolte et au travail des chataignes. Il y rencontre aussi une autre voyageuse à cheval, déjà croisée en Ariège, avec qui il va faire 3 semaines de routes communes en direction de la provence pour la cueillette des olives. Ensuite, petit séjour en woofing dans une ferme en permaculture près de Nice avant de partir pour la corse où un berger lui proposait un travail pour l'hiver. Malheureusement, les ferry n'ont plus de box pour le transport des animaux et Michael décide de retourner en Ariège pour continuer sa quête d'une terre qu'il aime et qu'il considère comme sacré.



Enthousiasmé par son périple nomade pendant le quel il se sentait encore plus libre d'etre détaché de nombreuses contraintes matérielles (même si il vivait déjà modestement par choix auparavant; pas d'électricté, de téléphone portable, de télé etc..), il témoigne de l'accueil chaleureux qu'il a reçu tout le long de son périple, des petites phrases des passants ou des habitants qui lui lance des "toi t'es un survivant" ou "ça c'est la liberté". Les jeunes ,des cités qu'il traverse, viennent à sa rencontre, intrigués par le personnage et son cheval et le questionnent longuement sur cette façon de vivre.

Le temps de voyage est également pour lui un moment de sérénité où il se pose de nombreuses questions de société : Comment se fait il qu'un humain n'ai pas accès à un bout de terre sur lequel il est né ? De quel droit seul ceux ayant des facilités financières sont ils privilégiés par rapport aux autres terriens ? Sera t il condamné, paysan sans terre, à errer sur une planète qui est la sienne ? Pourquoi la législation empêche t elle à ceux qui désirent vivre sobrement et écologiquement (yourte, habitat nomade etc...) de le faire ?

Mais tout cela ne le décourage pas. La bienveillance de la population qu'il a croisé et leurs désirs d'une vie moins aliénante le rassure et l'invite à continuer à démontrer que ce mode de vie peut apporter le bonheur dans le respect de la terre et d'autrui. Il parle volontiers de structures comme Terre de lien ou Halem, qui tentent de faire reconnaitre sur le plan législatif et organisationnel le droit à la liberté d'une vie sobre et heureuse dans une société conviviale.



Bonne route à vous !



Dernière édition par thierrysix le Mar 19 Jan 2010 - 20:36, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

P.Aime


Membre chevronné
Membre chevronné
Touchant, révélateur et désolant. Mais ton copain ne peut vraiment pas trouver de terres en Ariège? Il y en a tellement d'abandonnées. N'a-t-il pas assez de fonds pour s'offrir bâtiments et matériels?Les banques, bien sûr, ne veulent pas suivre? Alors ne se contenterait-il pas de son "statut" de paysan nomade, qui finalement peut rendre bien des services aux "vrais" paysans installés?Où est-ce qu'il fait étape?Et l'abri pour son cheval, comment fait-il?Heureusement, question accueil il semble bien servi. Tout n'est pas perdu dans notre pays.
Un certain lien avec ce que j'ai écrit sur "La Graine" hier soir. Vu? Je le remets ici? Marrant...

Voir le profil de l'utilisateur

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
On lui avait mis des terres à disposition qu'il a du quitter pour des raisons de propriété et de fermage. D'autres terres sont parfois disponibles mais complètement isolées de ses congénères; pas terrible à n'importe quel age mais encore plus à 25 ans, non ? sinon pas de fonds mais je ne crois pas qu'il veuille s'endetter. il travaille la terre sans machine et ses outils ont tous étaient récupérés.Travailler pour les enrichir les autres, est ce vraiment une forme de liberté ?

pour les étapes, il a sa tente et se nourrit de cueillette ou de récupération des surplus de surconsommation de notre société et en dernier ressort achat de nourriture. Mais il est assez souvent accueilli pour le gite et le couvert. Et pour le cheval il faut effectivement un coin de verdure.

Voir le profil de l'utilisateur

eve

avatar
Membre expérimenté
Membre expérimenté
c'est magnifique l' esprit d'un jeune pour la liberté de vivre avec la nature et de la nature.Son sang circulant dans ses veines doit ressembler à de la sève. Il me fait penser à un druide, car je n'ai aucun doute sur son désir de respect et d'amour pour la terre.Il vit comme on devait vivre au commencement du monde, dans le monde sans choix autre que la terre.
merci pour ce témoignage
eve

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum