FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Dim 19 Nov 2017 - 22:18 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète à Sète
Mer 15 Nov 2017 - 19:37 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Lun 13 Nov 2017 - 20:39 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète aux Halles de Sète ce mardi 14
Lun 13 Nov 2017 - 14:46 par P.Aime

» Musc'art 61 sur Médiaterranée
Jeu 9 Nov 2017 - 14:53 par P.Aime

» A la salle Izzo, une exposition en or.
Sam 21 Oct 2017 - 10:54 par P.Aime

»  60è Musc'art: pour la Guadeloupe et une Dame aux yeux verts
Jeu 12 Oct 2017 - 17:28 par P.Aime

»  Va-t-on ouvrir les yeux et la bouche, un jour?
Mar 10 Oct 2017 - 14:00 par P.Aime

» les douceurs du mistral
Dim 24 Sep 2017 - 18:46 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[ France ] Les propos de François BAYROU contre Nicolas SARK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Les propos de François BAYROU contre Nicolas SARKOZY

Discours du 18 avril 2007 à Paris (POPB Bercy)

Nicolas Sarkozy a déclaré, ce matin : "François Bayrou est à Gauche" et on sent qu'en prononçant cette phrase, il y a, chez lui, comme une vraie insulte. C'est presque comme s'il avait dit que j'étais un immigré, que j'égorge les moutons dans ma baignoire ou que je suis un pervers génétique.

Cela me fait plaisir de ne pas recevoir le label de la Droite à la mode Sarkozy, car elle est le contraire de ce que j'ai cru et voulu toute ma vie.

Je veux vous dire que je ne suis pas assuré que, si, à ce moment [de la guerre en Irak], Nicolas Sarkozy avait été Président de la République, la France aurait eu l'attitude qui a été la sienne. Je suis persuadé qu'elle aurait été du côté de Tony Blair, du côté de José Maria Aznar et du côté de Berlusconi, puisqu'il a été leur ami.

Discours du 16 avril 2007 à Lyon (Palais des Sports)

La société que nous présente Nicolas Sarkozy, est une société qui se caractérise par sa dureté, une société dans laquelle ceux favorisés par la naissance ou par la situation ont toutes latitude de transmettre aux générations qui viennent, qu'elles aient du mérite ou pas, les fortunes acquises, une société dans laquelle le bouclier fiscal est décidé pour exonérer les plus riches d'un certain nombre de contributions fiscales dont on va laisser la charge aux classes moyennes.

Je n'aime pas une société dans laquelle on laisse entendre que tout est décidé à la naissance ou avant la naissance dans le patrimoine génétique des uns ou des autres, parce que cette société-là conduit inéluctablement à une idée que Nicolas Sarkozy avait déjà présentée quand il était ministre de l'Intérieur : la tentative de repérer les petits-enfants prédélinquants dès trois ans.

Vous aurez beau mettre tous les douaniers, tous les policiers, tout les charters, toutes les murailles, tous les grillages que vous vous voudrez, tant que vous n'aurez pas rééquilibré l'extrême misère et l'extrême richesse, les pauvres viendront chez les riches.


Interview du 16 avril 2007 sur France 2 (Question ouverte)


Il faut écarter un projet de société violent , qui ne correspond pas à ce que beaucoup de Français, y compris de droite, y compris de l'UMP, veulent pour la France. Le projet de société de Nicolas SARKOZY ne ressemble pas à ce qu'est le projet de société de la France républicaine.

La manière dont Nicolas SARKOZY a fait sortir un certain nombre de thèmes et de détestations , un certain nombre d'idées qui n'avaient jamais été envisagées dans une campagne électorale, ceci est une dérive pour la France.

C'est très bien de vouloir réduire les électeurs de Jean-Marie LE PEN, mais seulement si en même temps on réduit les idées de Jean-Marie LE PEN. Or Nicolas SARKOZY veut réduire les électeurs de Jean-Marie LE PEN, mais en multipliant les idées de l'extrême droite, en les validant.

Si vous dressez les Français les uns contre les autres pendant la campagne, après vous ne pourrez plus cicatriser les blessures que vous aurez créées. Voilà pourquoi je suis en confrontation avec Nicolas SARKOZY. Son projet est un projet très dur où, au fond, le pouvoir est en épreuve de force permanente avec une grande partie de la société.


Discours du 5 avril 2007 à Agen

Quand vous excitez ainsi des sentiments anti-immigration, oh, il n'y a pas de mal à les faire flamber. C'est tellement plus facile de faire flamber les sentiments de détestation que les sentiments de compréhension.


Discours du 2 avril 2007 à Reims

Je ne suis pas de ceux qui prétendent que c'est facile de mener une politique de sécurité. J'ai toujours pensé que c'était difficile, mais, ce que je n'aime pas, ce sont les rodomontades de ceux qui, ayant la charge de ce difficile secteur, considèrent qu'ils peuvent publier des communiqués de victoire et expliquer à tout le monde que le travail a été fait et que les choses ont profondément changé.

Je pense qu'il faut éviter de faire monter les tensions, de faire monter les affrontements entre les différentes catégories de Français . Je pense que les peuples sont très fragiles et très sensibles à cela. C'est très facile de pousser les peuples vers des sentiments primaires, des sentiments de rejet.


Interview du 28 mars 2007 sur la Chaîne Parlementaire

La méthode de Nicolas SARKOZY de passer par un mini-traité pour relancer l'Europe, cela va fragiliser l'Europe , car on la laissera entre les mains d'un monde de technocrates qui ne parlent pas la même langue que les gens.

Depuis que Nicolas SARKOZY est ministre de l'intérieur, la police est devenue uniquement une force de répression ; et toute sa politique a été fondée sur des opérations médiatiques coup de poing.

Interview sur France 2 le 19 mars 2007 (Question Ouverte)

L'UMP avait promis de faire la tolérance zéro en matière de sécurité. Y sont-ils arrivés, alors qu'ils ont tous les pouvoirs depuis 5 ans ? Même chose pour les zones de non droit, que l'on avait promis de supprimer. Elles sont à présent si nombreuses que les forces de l'ordre n'ont pas le droit d'y entrer, ni même le ministre de l'intérieur .


Interview sur RTL le 11 mars 2007 (Grand Jury)

Je ne suis pas d'accord avec ce raisonnement mécaniste consistant à ne pas remplacer 1 fonctionnaire sur 2 , car cette promesse répétée de la droite à chaque élection n'est pas tenable, en particulier dans l'Education nationale, l'Université, la Justice.

Voir le profil de l'utilisateur

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Encore des propos de gauchiste dans la bouche d'un gauchiste. Pfff, il savent juste critiquer ces gauchistes !

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum