FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[ France ] 6 mai 2007, fiction ou anticipation ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
6 mai 2007, fiction ou anticipation ?


http://www.dailymotion.com/video/x1sxzw_la-france-dapres

http://www.dailymotion.com/video/x1u8aq_la-france-dapres-2

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
la lettre de Jacques Blin...

LENDEMAIN DE DEUXIEME TOUR


Sarkozy est président de la République. Pour cela il a labouré, consciencieusement, les terrains des peurs, travaillé la dimension d’un espoir illusoire, face à l’absence d’espoir de la part des forces de gauche et antilibérales. Il s’est accaparé la mémoire de nos camarades, victimes des Papon et consorts pendant la Résistance, afin de les mettre au service d’un « populisme » dangereux. Il a craché sur les idéaux de 1968 pour dire son mépris du social et des valeurs de Liberté. Avec d’autres il a lancé l’idée que « La mode de la repentance est une mode exécrable ». Il va falloir désormais enseigner les bienfaits de la colonisation et à quelques jours de la Commémoration de l’abolition de l’esclavage, il va falloir accepter « la version moderne » de celui-ci. Son discours xénophobe et raciste a été banalisé par d’autres, sans que pour autant les ripostes du camp de la fraternité et de la démocratie soit à la hauteur. Ceux et celles que l’on appelle désormais « les peoples » ont « pris Sarko dans leurs bras », lui conférant ainsi une auréole « d’homme fréquentable ». Il a réussi son coup, il va pouvoir mettre en œuvre son projet de société ultralibérale et sécuritaire. Il va museler les libertés syndicales et démocratiques. Continuant dans le ton de sa campagne, Il va jeter les bases d’une autre conception de la démocratie en approfondissant les perversités de cette Vème République. Ainsi le « discours des idéologues » qui l’ont rejoins, tel Tapie, c’est de dire que la Droite était unie. L’échec de la Gauche et sous-entendez des autres, c’est d’avoir présenté des divisions. Certes, cela est vrai en grande partie, mais là où le discours est le plus pervers, c’est qu’à travers ce message on veut stigmatiser toute pensée qui s’inscrit dans une démarche de construction. Ainsi dans le débat Royal – Sarkozy, à les entendre lui seul avait un projet, celui de nous « protéger » de nous en remettre à lui, de lui faire confiance. Tout ce que le discours de Ségolène ouvrait à la construction citoyenne (même insuffisante à mes yeux), au dialogue, se traduit chez ces gens – là par absence de politique et de projet. Il actualise la vieille devise « élisez moi, je ferais le reste ». Cette version 2007 de la Délégation de Pouvoir, doit fortement interroger les pratiques politiques de celles et ceux qui n’ont pas créé les conditions de montrer à la population que la démocratie pouvait avoir un visage créateur, qu’ils pouvaient en être acteur. Partisan de ce mot qui se banalise lui aussi, pragmatique, il a créé l’illusion d’une vie quotidienne faite de la réalité qu’il a imposé, les médias nous on construit des certitudes de cette réalité au demeurant illusoire. Cela me renvoie à Aragon dans le « Paysan de Paris » qui écrivait « La certitude est réalité. De cette croyance fondamentale procède le succès de la fameuse doctrine cartésienne de l’évidence . Nous n’avons pas fini de découvrir les ravages de cette illusion ».

Lire la suite

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Communiqué d'Attac : Résister et proposer
6 mai 2007

>
> L'élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République marque
> un tournant de la vie politique française à plus d'un titre. C'est en
> premier lieu la victoire d'une droite dure et décomplexée qui a réussi
> à diffuser dans la population, y compris dans certaines couches
> populaires, les idées propres à satisfaire avant tout les milieux
> financiers et les groupes sociaux les plus fortunés, et aussi à
> intégrer dans son projet les principaux thèmes de l'extrême droite. En
> développant une rhétorique identitaire à caractère xénophobe et
> nationaliste et en pratiquant un discours à double sens, elle a pris à
> contre-pied toutes les forces se réclamant du mouvement social et
> citoyen : le slogan sur la « valeur travail » masque la destruction du
> droit du travail et de la protection sociale ; la rengaine «
> travailler plus pour gagner plus » dissimule l'aggravation criante des
> inégalités, la stagnation des salaires et l'envol des profits ; le
> martèlement sur la sécurité fait oublier la restriction des libertés ;
> l'incantation à la modernisation de la France ouvre la voie à son
> alignement sur les dogmes néolibéraux.
> Le second tour de l'élection présidentielle confirme aussi l'échec de
> toutes les gauches. Échec de la gauche traditionnelle qui n'a pas
> réussi à rendre crédible un projet de transformation sociale
> véritable, empêtrée qu'elle est dans des dilemmes terribles :
> accompagner la mutation du capitalisme visant à tout marchandiser ou
> bien en combattre la logique en lui mettant des bornes solides ;
> approfondir la dérive libérale de l'Europe ou bien engager celle-ci
> vers un objectif social et écologique. Échec également de la gauche
> anti-libérale qui, dans une cacophonie désastreuse, a enterré la
> construction de l'unité qui avait permis la victoire contre le traité
> constitutionnel européen en 2005.
> La situation devant laquelle le mouvement social et citoyen se trouve
> exige un examen approfondi des raisons pour lesquelles le
> néolibéralisme ne recule pas, mais se durcit, en dépit des résistances
> que lui opposent ceux qui refusent la dégradation des conditions
> d'emploi, les délocalisations, la disparition progressive des services
> publics, la baisse de la fiscalité sur les plus riches, la dégradation
> écologique, la pénétration des OGM dans les campagnes, etc.
> L'association Attac voit dans cette exigence de réflexion une nouvelle
> raison de poursuivre son travail d'éducation populaire pour que les
> citoyens puissent se réapproprier la politique, c'est-à-dire peser
> effectivement sur les décisions qui les concernent, bien au-delà des
> simples échéances électorales. A ce titre, les rendez-vous essentiels
> sont devant nous : la résorption du chômage appelle une répartition
> juste des richesses, sans laquelle il ne peut y avoir de base sociale
> populaire à la transformation sociale ; les services publics pour tous
> demandent des impôts progressifs sur tous les revenus ; des retraites
> équilibrées ont besoin, non de fonds de pension, mais de cotisations
> sociales progressant au rythme de la richesse produite ; l'écologie
> exige une régulation planétaire ; un monde vivable pour tous et en
> paix doit impérativement substituer la coopération à la concurrence
> dont sont surtout victimes les plus démunis dans les pays les plus
> pauvres ; la solidarité, la justice et la démocratie sont
> incompatibles avec les impératifs dictés par les capitaux circulant
> librement.
> C'est autour de ces propositions que la résistance au néolibéralisme
> pourra être active, offensive et efficace. Attac prendra toute sa part
> à une telle dynamique qui aura du sens si elle devient celle des
> citoyens.
>
>
> Attac France,
> 66-72 rue Marceau,
> 93100 Montreuil-sous-Bois
>

Voir le profil de l'utilisateur

KLIKLAC


Membre actif
Membre actif
Triste et désolant



Dernière édition par le Mar 8 Mai 2007 - 13:09, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

KLIKLAC


Membre actif
Membre actif
KLIKLAC a écrit:Triste et désolant de pousser un pays à voir et entendre de telles contre vérités et violences FICTIONS (mais les violences au soir du 2ème tour, il fallait s'y attendre après la déclaration de Mme Royal).
Voilà, comment l'on pousse au crime des gens qui n'y auraient pas pensé, comment l'ont abat un pays, comment on démontre l'irrespect total (mais au combien démesuré) que l'on porte à un vote citoyens.
Les gens qui parlent ainsi et qui poussent le vice à tourner une vidéo (accessible dès le lendemain du 2ème tour, tiens, tiens ?) ont ils vraiment conscience de leurs petitesses, de leurs irresponsabilités, de leurs démonstrations subversives à l'égard de leur Pays et des âmes qui le composent ?
Je suis sûr que non .
Quelle tristesse.
C'est vomissant de haine et d'intolérance.
Moi qui ai voté plusieurs fois à gauche, je suis aujourd'hui atterré de tant de méchanceté, de démagogie, de mensonges auxquelles les gens peuvent être poussés quand ils n'ont pas eut ce qu'il voulait (ou exigeait) au nom d'une soit disant LIBERTE (ah... LIBERTE CHERIE).
Aussi, je les plains et les excuses très sincérement malgré la haine qu'ils développent et impriment sur certains êtres au nom d'une Liberté et d'une tolérance qu'ils revendiquent à chaque détour de leurs phrases.

Salutations.



Dernière édition par le Lun 7 Mai 2007 - 19:46, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

KLIKLAC


Membre actif
Membre actif
Veuillez m'excuser mais littéralement révolté et malheureux de ces images et écrits divers, j'ai fait des retouches dans mon texte et je ne sais pourquoi elles se sont mises en encadré ?
Le dernier texte est donc dans l'encadré.
Veuillez encore m'excuser pour cette fausse manip.
Salutations.

Voir le profil de l'utilisateur

Admin

avatar
Admin
Admin
c'est parce que vous avez cliqué sur le bouton "citer" au lieu de "éditer" que le texte apparait en encadré. Vous pouvez supprimer le "mauvais" message en cliquant sur la petite croix en haut à droite du dit message, lorsque vous etes connecté.

Voir le profil de l'utilisateur http://frontignan.bbfr.net

KLIKLAC


Membre actif
Membre actif
Oui, mais il n'y avait que la case "citer" lorsque j'ai fait apparaître le texte.
Merci quand même.
Salutations.

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Je viens de recevoir cette analyse de l'écrivain Tahar Ben Jelloun que je partage totalement.


Les raisons de l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française

Par Tahar Ben Jelloun.

Ce soir Nicolas Sarkozy deviendra président de la République française.
Cette certitude n’est pas un pari, encore moins un désir. C’est un fait
préparé depuis longtemps. Cela fait des années que la France s’est mise
sur le chemin de l’ambition dévorante de ce fils d’immigrés hongrois
qui, à vingt ans avait nourri l’ambition de devenir un jour président de
ce pays. Cela fait longtemps que Nicolas Sarkozy a tracé cette voie et a
travaillé en profondeur et dans tous les sens pour atteindre ce but. Le
terrain a été balisé, tracé. Ce n’était pas facile ni simple, mais cet
homme complexé par sa petite taille a su surmonter tous les obstacles, a
su trahir ses mentors et amis, a su écraser ses ennemis, a su faire feu
de tous bois avec à la base une idée fixe : arriver par tous les moyens
y compris les plus détestables. Pour cela il avait besoin d’une force
intérieure, d’une volonté inébranlable, d’une intelligence qui ne
s’encombre d’aucun principe si ce n’est celui de sauver les apparences.
Celui qui occupera la fonction de chef d’Etat n’est pas parvenu à ce
résultat par hasard ni par accident de l’histoire comme ce fut le cas de
Jacques Chirac en 2002, élu à plus de 80% des voix pour faire barrière à
Jean-Marie Le Pen, président du Front national. S’il est arrivé c’est
parce qu’une partie de la France a voulu en finir avec la culpabilité
historique, avec les traditions généreuses et solidaires de cette
nation, ce qui a eu pour conséquence la banalisation du discours
raciste, discours parfois enrobé de mots qui font passer la pilule, en
finir avec une France terre d’asile et soutien aux peuples en
difficulté, terre d’accueil et de célébration des droits de l’homme. La
France solidaire des grandes causes humanitaires a changé. On a eu
beaucoup de mal à intéresser les Français à la tragédie du Darfour et
Jacques Chirac a reçu normalement le chef d’Etat soudanais au sommet de la francophonie.

On a petit à petit vu et entendu des intellectuels réclamer de la France
de ne plus se sentir responsable de son passé colonial et de ses
conséquences, de ne plus perdre son énergie dans une coopération avec
des pays du Sud et surtout de se tourner vers l’Europe du Nord et de
l’Est, vers l’Amérique et son modèle politique. On a vu une France
considérer l’immigration comme une plaie, un fardeau sans lui
reconnaître son apport positif à l’économie du pays ni à sa culture, à
considérer les enfants issus de cette population comme des citoyens de
deuxième zone, des Français non reconnus et traités comme des bâtards de la République, comme s’ils étaient des étrangers sans papiers, sans
droits. De là sont nées des propositions de loi pour « reconnaître les
bienfaits de la colonisation », pour oublier la guerre d’Algérie, pour
rendre difficile pour ne pas dire impossible le principe du regroupement
familial, pour verrouiller les frontières de ce pays et considérer
l’islam comme obstacle majeur à toute tentative d’intégration. La
révolte des jeunes dans les banlieues l’automne 2005 a été considérée
comme « une manifestation ethnique » alors que c’était celle d’une
jeunesse française que la France a ignorée et cantonnée dans des
conditions de vie injustes et que Sarkozy a insultée en utilisant des
mots vulgaires et humiliants ( le chômage atteint 40% dans ces quartiers).
Ces mêmes intellectuels dit « néo-conservateurs » ont fait circuler des
pétitions contre « le racisme anti-blanc », ont soutenu l’intervention
américaine en Irak ainsi que la politique israélienne même quand elle
mène l’Etat hébreu à envahir un petit pays comme le Liban et détruire
ses infrastructures sous prétexte de lutter contre le terrorisme du
Hizbollah.

Ce sont ces mêmes intellectuels qui, très tôt, ont apporté leur soutien
au projet de Sarkozy et l’ont encouragé dans ses choix sécuritaires à
l’intérieur et pro-américain à l’extérieur. Cela a autorisé Nicolas
Sarkozy à aller chercher les voix des électeurs de l’extrême droite, à
faire campagne en puisant dans le programme du Front national, à
proposer un ministère de « l’immigration et de l’identité nationale », à
clamer partout sa volonté de s’opposer fermement à l’entrée de la
Turquie dans l’Europe et enfin à en finir avec l’héritage de la révolte
de mai 1968. C’est un retour en arrière qui flatte une médiocrité de
penser, une sorte de simplisme populiste d’un niveau bas.
Cet homme qui ne s’intéresse qu’à lui-même a su choisir ses amis : il
est du côté des puissances industrielles et médiatiques dans la mesure
où ces grands patrons sont aussi des propriétaires de groupes de
journaux, de radios et de chaînes de télévision.

Enfin, celui qui a érigé la trahison en pratique de la réal-politique a
été rejoint durant sa campagne par des personnalités qui ont trahi leur
camp traditionnel. Le cas le plus choquant est celui d’Eric Besson,
l’économiste de Ségolène Royal qui a rompu brutalement avec la candidate socialiste pour tomber dans les bras de Sarkozy et surtout de faire campagne avec lui en révélant les secrets de son travail précédent.
Avant lui, il y a eu l’historien Max Gallo, ancien ministre de François
Mitterrand, l’acteur Roger Hanin, beau frère et ami de Mitterrand, André
Glugsman professeur de philosophie et bien d’autres qui voient en
Sarkozy l’homme qui les venge d’un humanisme qui a oublié la fameuse «préférence nationale». Il a été chargé de les représenter et d’incarner cette France qui continue de penser que l’Occident n’a pas de compte à rendre à son passé colonial notamment.

Voilà comment la France dans sa majorité vient d’offrir cinq années à un
homme et à son équipe décidés à mener ce pays vers un libéralisme
décomplexé, avec une pensée où l’égoïsme, les valeurs marchandes et la
trahison ne sont pas choses honteuses.

Nicolas Sarkozy entre dans le club des chefs d’Etat du cynisme, club où
il retrouve ses amis, ses semblables, l’espagnol José Maria Aznar,
l’italien Silvio Berlusconi, et surtout G.W.Bush.
Il reste l’autre France. Souhaitons lui bon courage.

Tahar Ben Jelloun

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Notre cher Président, Naboléon Sarkonazy, président de tous les Français, en particulier ceux qui travaillent, qui souffrent et se lèvent tôt, fraîchement et largement élu commence son mandat, totalement décomplexé, par une petite fiesta entr'amis et une nuit (environ 2000 € la nuit) au Fouquet's. Il se prend ensuite quelques jours de vacances, ce qui n'est pas scandaleux en soi, à bord d'un yacht loué à 193000€ la semaine ! Une bagatelle, près de 15 ans de smic !!!!! Vous trouvez-ça normal ? Décent ?



http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20070508.FAP1157/lescapade_en_yacht_de_nicolas_sarkozy_suscite_quelques_.html

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/252461.FR.php

http://www.rtl2007.fr/actualite/0/sarkozy-se-fait-belle-sur-paloma-6698.html

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Et alors Kliklac, c'est pas de la fiction ça !!! Vous qui me sommiez de répondre à des questions que vous n'aviez pas posées, vous trouvez normal cette débauche de luxe que le Président Sarkozy crache à la figure de ses électeurs ? 15 ANS de SMIC !!!!!!

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
APPEL AUX UNIVERSITAIRES
du syndicat national de l’enseignement supérieur

Avec l’élection de Nicolas Sarkozy comme Président de la République, le mouvement syndical et le mouvement social se voient
confrontés à des responsabilités accrues pour lutter contre les régressions et proposer une alternative réelle. Le SNESUP s’est
clairement prononcé sur le programme présidentiel de Nicolas Sarkozy comme sur son action dans les précédents gouvernements
et les enjeux du 6 Mai dernier (communiqués des 24 Avril et 3 Mai).

Les objectifs énumérés dans « la France d’après », les mesures de brutale rupture avec les acquis sociaux, les menaces sur les
droits et libertés, visent ouvertement à exacerber les inégalités sociales et à briser les solidarités. Ce dangereux projet de société
s’est décliné au moyen de slogans populistes inspirés des thèmes de l’extrême droite. En opposition avec la démarche critique de
l’intellectuel, du scientifique et du citoyen, certaines postures de N. Sarkozy appellent une dénonciation de fond : attaques contre
« l’esprit de Mai 68 », propos liberticides, reconduites à la frontière de jeunes scolarisés ou d’étudiants, refus de visas à des
étudiants ou collègues étrangers, stigmatisation des banlieues, alignement de la justice des mineurs sur celle des majeurs, … Un
an après le mouvement contre le CPE, ces projets tournent le dos aux aspirations de la jeunesse.

Au plan économique et social, c’est la primauté aux intérêts des employeurs, la généralisation du contrat de travail précarisé, la
volonté de juguler le droit de grève. A l’opposé des attentes citoyennes sur les services publics, le non remplacement d’un
fonctionnaire sur deux lors des départs à la retraite constitue une violente agression contre l’Ecole et les fonctions publiques.
Concernant l’Enseignement Supérieur et la Recherche, N. Sarkozy veut faire passer une loi durant l’été avec :
- accès sélectif à l’université (orientation connectée au « marché de l’emploi », réorientation autoritaire) ; mise en cause des Sciences
Humaines et Sociales, notamment de formations dites « sans débouchés » ;
- réforme antidémocratique des universités avec CA réduit (20 membres, avec 5 élus) et pouvoir accru des présidents ; « autonomie»
renforcée (cursus, recrutement, salaires des chercheurs et enseignants-chercheurs) ;
- financement des études faisant largement appel aux étudiants et à leurs familles ;
- multiplication des contrats précaires, notamment pour les jeunes docteurs, de nature à dissuader encore plus d’étudiants de se diriger vers
une carrière scientifique ;
- transformation des EPST, tels le CNRS ou l’INSERM, en agences de moyens, sans politique scientifique propre.
Les ambitions sur le plan scolaire sont cantonnées au « lire, écrire, compter », avec une approche autoritaire et ségrégative sur la
façon d’inculquer « le goût de l’effort et du travail » et de « récompenser le mérite ». Les mesures annoncées (autonomie des
établissements scolaires, suppression de la carte scolaire et des ZEP) sont extrêmement régressives. Dans une telle situation, les
IUFM sont exposés à des injonctions dogmatiques au détriment d’une formation des enseignants liée à la recherche, au bénéfice
des élèves.

Le SNESUP réaffirme que :
- l’accès d’un plus grand nombre d’étudiants à l’université requiert une augmentation pluriannuelle des moyens, avec des emplois de
titulaires et impose un collectif budgétaire
- la lutte contre l’échec (notamment, en premier cycle) nécessite des parcours et méthodes pédagogiques diversifiés et des conditions de vie
et d’études des étudiants améliorées (allocations d’études, logement étudiant, etc.).
- la vie démocratique des établissements est la condition nécessaire de l’implication de tous les personnels dans les activités d’enseignement
et de recherche et leur articulation essentielle ;
- le développement de la recherche doit concerner tous les domaines de la connaissance et s’appuyer sur les coopérations entre
établissements et organismes, à l’inverse des dispositions du « Pacte pour la recherche ».

Le SNESUP appelle les universitaires à intervenir dès maintenant, avec les mouvements sociaux et citoyens, comme
intellectuels et comme citoyens, particulièrement à l’occasion de la campagne des législatives de juin prochain.

Le SNESUP comprend l’inquiétude et la colère des étudiants devant les menaces qui pèsent sur les libertés et les universités. Il
appelle les enseignants du supérieur à rechercher les convergences avec les préoccupations portées par ceux-ci et à favoriser leur
expression déterminée et responsable. Il s’opposera à la criminalisation des interventions citoyennes.

Le SNESUP appelle les universitaires à organiser des Etats Généraux de lutte dans les universités, à signifier au nouveau gouvernement qu’aucun projet de modification des textes sur les universités ne saurait être conduit sans un large débat avec la communauté universitaire et l’ensemble des parties prenantes du service public. Le SNESUP s’opposera aux mesures de régression portées par les propositions du nouveau président. Il contribuera à construire, dans sa fédération la FSU et dans une dynamique unitaire la plus large, le rapport de forces nécessaire pour les repousser.

Il lance un appel aux universitaires pour qu’ils rejoignent le SNESUP, quel que soit leur statut.

Paris, le 10 Mai 2007

syndicat national de l’enseignement supérieur
78, rue du faubourg saint-denis – 75010 – Paris
Tél. : 0144799610 – Fax : 0142462656 –
Courriel : accueil@snesup.fr
Site web : www.snesup.fr
Numéro 30 – 10 mai 2007

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
4 mois fermes pour un journaliste au casier judiciaire vierge, suite aux émeutes du dimanche 6 mai à Bastille.
Lien vers la dépêche de Yahoo : http://fr.news.yahoo.com/09052007/290/quatre-mois-de-prison-ferme-pour-des-violences-a-la.html

Qui est Romain ?
Romain a 29 ans. Originaire de Valenciennes où ses parents enseignants demeurent toujours aujourd’hui, il affiche un parcours sans tâches et un casier judiciaire vierge. Après des études de droit et de journalisme, ce fan de musique est amené à travailler pour MCM, M6, Europe 2 TV et divers sites web musicaux. Musicien, bassiste dans un groupe de rock, il joue régulièrement sur Paris. Une personnalité attachante, un grand timide, rêveur, parfois naïf, un Gaston Lagaffe… Mais certainement pas un militant ou un casseur.

Les faits :
Domicilié vers l’hôtel de ville, Romain arrive place de la Bastille vers 22h avec 4 amis. Deux d’entre eux étaient avec lui lors de l’arrestation vers 23h50. Qu’ont-ils fait de 22h à 23h50 (heure de l’arrestation) ? D’abord simples observateurs, ils ont participé à un sit-in, ils ont pris des gaz lacrymo dans les yeux et se sont retrouvé pris au piège entre casseurs et CRS. Ils ont bien tenté de rentrer chez eux mais les accès menant à Hôtel de Ville étaient bloqués (rue Saint-Antoine et Boulevard Beaumarchais).

Romain a été interpellé par un policier en civil qui a déclaré l’avoir vu envoyer 3 pavés en direction des policiers (sans blesser personne). Or les 4 personnes qui ont passé la soirée avec lui sont formels sur ce point : Romain n’a pas envoyé de pavé et ils sont prêts à en témoigner. Le soir même, ils ont tenté d’intercéder en sa faveur mais n’ont récolté que des menaces d’être embarqués eux aussi.
A 23h50, il faisait nuit et il y avait beaucoup d’agitation et Romain ne se distinguait pas de la masse avec son gros pull kaki.

Romain a effectivement ramassé un pavé et l’a gardé avec lui comme un « trophée », un témoin des événements qu’il allait ramener chez lui. Logique pour un jeune homme qui se fait dédicacer des disques quand il rencontre un groupe ou un artiste qu’il admire. Logique aussi pour quelqu’un qui avait par exemple fait un reportage photo sur les manifestations anti-CPE avec un ami journaliste


Mercredi 9 mai, comparution immédiate

Nous avons été plusieurs à nous déplacer, amis et collègues, sans nouvelles de lui depuis dimanche soir. Tout l’après-midi d’autres cas ont été jugés, vol de portable, bagarre pour une fille, « émeutiers », et pour tous, la procureure a requis 6 mois ferme, quels qu’en soient les antécédents judiciaires. L’avocat commis d’office partait perdu d’avance, résigné, nous expliquant que le juge était le même qui avait donné 6 mois ferme pour l’affaire de Gare du Nord début mai.
Plusieurs faits nous ont interpellés :
- Inutile de citer les témoins, pas le temps et pas la peine (selon l’avocat), alors même que ceux-ci étaient présents à l’audience. L’audience a ressemblé à du badinage de justice et a été vite expédiée.
- Une évidente présomption de culpabilité pesait sur Romain
- Le salaire et le statut d’intermittent de Romain ont été mentionnés et on ne l’a pas pris au sérieux
Précisons que Romain a été humble, qu’il s’est exprimé clairement et s’est excusé de n’avoir pas saisi la gravité de la situation dimanche soir.


Et maintenant ?

Au lieu du sursis ou des TIG que nous attendions, Romain a écopé de 4 mois ferme.
Son cas a interpellé les journalistes présents au tribunal, certains ont pu relayer l’information nationalement. Il n’est pas seul à faire les frais et à servir d’exemple pour les émeutes du 6 mai. 39 majeurs et 12 mineurs ont été placés en garde à vue pour cette seule soirée (cf Le Parisien)
Au mauvais endroit, au mauvais moment, Romain a servi de bouc émissaire pour un événement dramatique qui le dépasse. Honnêtement nous aurions tous pu être à sa place et le voir repartir menottes aux poignets nous a profondément choqués.
Nous ne comptons pas en rester là. Tous les soutiens et relais d’information sont les bienvenus.

Fabienne Pietrus

Quelques amis ont assisté à l’audience , disponibles pour tout éclaircissement sur l’affaire. Je peux donner leur tél en privé.

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Dans le même ordre d'idée que mon précédent post, trois lycéens ont été arrêtés et gardés en garde à vue pour quelques tags anti sarko dans l'enceinte du lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès. Ils ont été gardés toute la nuit et soumis à un prélèvement ADN. De l'avis général et notamment celui de la ligue des Droits de l'Homme, "il est totalement disproportionné de garder des jeunes en garde à vue pur quelques tags". jamais personne n'a jamais été traité ainsi pour des graffitis racistes. L'affaire aurait pû être traitée en interne par quelques sanctions administratives, le proviseur du lycée en a décidé autrement, les jeunes mineurs comparaissent cet après-midi devant le tribunal pour enfants de Nîmes.

Sur un autre registre, les syndicats des journalistes et reporters sans frontières dénoncent la censure du JDD qui n'a pas publié l'article sur Cécilia sarkozy révélant que celle-ci n'a pas voté le 6 mai dernier. Ils ont dénoncé une nouvelle ingérence de la direction du groupe Lagardère. "Après Paris-Match, qui a été supervisé par les services du candidat UMP pendant toute la campagne présidentielle (...) c'est au tour du Journal du Dimanche de se voir censuré par la direction du groupe Lagardère pour plaire au nouveau président élu, à moins que ça ne soit sur son ordre".

Voir le profil de l'utilisateur

niala


Membre actif
Membre actif
une video du 6 mai.



http://pochpower.org/t_moignage_et_vid_o_du_6_mai_2007_place_de_la_bastille

Voir le profil de l'utilisateur

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Et dire que la police est là pour rassurer et "garder la paix"!!!! affraid

Alors comme la réalité n'est pas drôle du tout,
rappelons-nous Coluche,

"La police c'est trop t'ingrat comme métier. C'est vrai !
C'est t'ingrat la police, parce que par exemple...
parce que j'vois, parce que les gens y nous aiment pas !
C'est con !
Parce que nous on est là pour les protéger hein ?
Vous avez remarqué les gens ?
Plus y a de flics autour d'eux, plus y z'ont peur !
C'est flagrant, c'est dans les manifs.
Les gens y z'ont peur parce qu'on est là !
Bon, on est obligés de taper hein !
On le fait pas pour le plaisir, hein ?... On est obligés hein ?...

... Eh, une fois c'est arrivé !
On a tapé sur un flic !
Ah, la crise eh !
ils ont dit que c'était une bavure !
T'aurais vu la gueule de la bavure !
Moi, ça m'a fait passer l'envie de baver !"


http://www.youtube.com/watch?v=6Cvj6NRpTXo

Voir le profil de l'utilisateur

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
merci pour le site niala, il y a des choses interressantes et droles Wink

Voir le profil de l'utilisateur

niala


Membre actif
Membre actif
thierrysix a écrit:merci pour le site niala, il y a des choses interressantes et droles Wink



mais de rien.Wink

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum