FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Dim 19 Nov 2017 - 22:18 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète à Sète
Mer 15 Nov 2017 - 19:37 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Lun 13 Nov 2017 - 20:39 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète aux Halles de Sète ce mardi 14
Lun 13 Nov 2017 - 14:46 par P.Aime

» Musc'art 61 sur Médiaterranée
Jeu 9 Nov 2017 - 14:53 par P.Aime

» A la salle Izzo, une exposition en or.
Sam 21 Oct 2017 - 10:54 par P.Aime

»  60è Musc'art: pour la Guadeloupe et une Dame aux yeux verts
Jeu 12 Oct 2017 - 17:28 par P.Aime

»  Va-t-on ouvrir les yeux et la bouche, un jour?
Mar 10 Oct 2017 - 14:00 par P.Aime

» les douceurs du mistral
Dim 24 Sep 2017 - 18:46 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

60è Musc'art: pour la Guadeloupe et une Dame aux yeux verts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

P.Aime


Membre chevronné
Membre chevronné
Jeudi dernier, au restaurant « Côté Mer » de Frontignan plage, Angela Mamier présentait à son public le 60è Musc’art. C’était un anniversaire comme pour les autres éditions, la formule de l’invitation de deux artistes restant la même tout en variant le contenu ou la tonalité à chaque fois.
Les fidèles du cénacle avec quelques nouveaux venus ont alors porté toute leur attention à Jean Surjus, le premier intervenant, venu pour la troisième fois d’Argelès-sur-Mer, où il sera encore, le prochain week-end, l’un des principaux instigateurs du Festival du Livre de la Mer et de la Montagne, où va se rendre Angela Mamier pour la cinquième fois cette année, attachée qu’elle est à cette amitié  toute particulière qui la lie à ce Festival, porté par le regretté André Vinas, invité de Musc’art en 2014.


Après Chappe, Bourgnon et Florence Arthaud, Jean Surjus nous revenait pour la Guadeloupe.



Jean Surjus, c’est toute une passion pour la mer, la navigation, les îles lointaines et ses gens au point d’avoir pour épouse, une guadeloupéenne. C’est dire s’il ne pouvait pas éviter de parler d’entrée du récent cyclone, avec force commentaires sur l’historique, le nombre et la nature de ces phénomènes récurrents (un tous les 10 ans), leurs conséquences et ce qu’en disent les médias, « qui exagèrent souvent sur le réchauffement climatique ».





Jean Surjus en digne conférencier sur le pays de son coeur.



Alors, après avoir évoqué la profusion de crabes à ramasser comme seules  suites positives d’Irma et Maria, Jean Surjus a poursuivi en historien et en amoureux de la Guadeloupe et évoqué l’histoire de l’île depuis LouisXIII, l’installation du commerce, avec la canne à sucre et surtout le problème de l’esclavage, avec ses révolutions et ses morts, qui a heureusement connu son épilogue en 1848 grâce à Arago et surtout Victor Schoelcher, député de la Guadeloupe. Passant à des images plus gaies sur l’écran, Jean Surjus nous a emmenés dans des biguines endiablées, des concerts de « steel bands », avec des images d’animaux fabuleux et mythiques là-bas, au milieu des mangroves, avant de nous montrer comment « on chante Noël partout là-bas » avec des chants très gais, rythmés et colorés. Quand la culture et la passion pour un pays nous projette au cœur du drame mais aussi d’un paradis rêvé par certains….




Le fidèle public, toujours renouvelé, qui fait honneur à la culture frontignanaise



Après Jean Surjus, nous allions assister à une toute première à Musc’art, avec la lecture d’une courte pièce de théâtre, qu’allait lire son auteur, Gérard Faget, plus connu à Musc’art comme chanteur et guitariste, avec une autre fine lettrée de Musc’art, Cécile Dray, qui endossait un rôle bien particulier, celui d’une troublante « dame aux yeux verts » qui vient à la rencontre d’un homme qui attend son bus pour aller travailler. Et le dialogue de s’engager, et le public de ne pas rester dupe très longtemps, après avoir saisi les thèmes de la Vie, de l’Amour, du temps qui passe et, bien sûr, de la Mort, personnifiée par cette dame.




Gérard Faget et Cécile Dray, en plein gueuloir de Musc'art, pour la première fois.



Cette sorte de petit conte philosophique, joliment écrit et versifié, pas exempt d’humour (quand le vieux juge, visité par la Mort, veut la condamner pour « usage de faux » !) en forme de fable aux faux-airs de « La Mort et le Bûcheron » de la Fontaine, a suscité tout un tas de réactions dans le public, pas insensible au thème suprême qui nous touche tous, celui de cette « Dame », qui peut arriver à tout moment.  «  Exister, qu’est-ce que c’est ?  On n’existe que dans le présent…On ne sait pas ce qu’est le Temps et l’Espace….on a tous besoin des autres….des questions sur l’Eternité, le passé, le futur… » :  Musc’art trouvait là l’une de ses  vraies raisons d’exister, en établissant des ponts de réflexion et d’échanges entre un écrivain, son public et la philosophie de la vie. Nous avons tous eu après ces moments intenses, si ce n’était pas déjà le cas,  de quoi prolonger notre propre pensée sur cette « rencontre inévitable » que nous faisons et ferons  tous un jour. Merci Gérard d’avoir pareillement pensé à nous rappeler l’essentiel : la Vie et la Mort.




Du coup les hôtes de Stéphanie ont eu un peu de peine à se mettre à table ! Mais ils ne l’ont pas regretté car notre bonne cuisinière s’était encore fendue d’un superbe menu, qui a semble-t-il fait oublier la Mort à toute la tablée !

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum