FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» Triathlon demain jeudi 12 juillet aux Mouettes
Mer 11 Juil 2018 - 19:04 par P.Aime

» Climat et Transition au Cinémistral
Sam 30 Juin 2018 - 9:32 par P.Aime

» Paroles, paroles...pour les Calmette.
Mar 26 Juin 2018 - 13:28 par P.Aime

» Le 68è Musc'art sur Mediaterranée
Sam 16 Juin 2018 - 10:12 par P.Aime

» FINALE CHAMPIONNAT DE FRANCE BENJAMIN DE ROLLER-HOKEY
Ven 8 Juin 2018 - 21:04 par frontignanais

» 68è Musc'art demain à Côté Mer
Mer 6 Juin 2018 - 13:11 par P.Aime

» Patience, au bar!!!!!!!!!!
Dim 3 Juin 2018 - 18:32 par P.Aime

» Les jeunes de l'école de théâtre Ah Bon? progressent
Mer 30 Mai 2018 - 20:28 par P.Aime

» Musc'art 67 avec Patrick Jean
Ven 11 Mai 2018 - 10:06 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Joachim Kaboré- Drano:la parole de l'étoile perdue

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Francoli


Envoyé spécial
Envoyé spécial
Joachim Kaboré-Drano est un jeune écrivain – conteur frontignanais qui s’implique aussi dans les parties les plus actives de la vie associative de la ville.

Cet été, Joachim a été publié aux éditions Fédéro/ Le Pont du Rôle-Gardonne. Son recueil poétique s’intitulant « Silmandé ou la Peau du vent » fait suite à trois autres volumes : « Le son du silence », paru au Burkina –Faso en 2002, « Regard éblouissant » au Vent de terre/ Carnet des Lierles, Frontignan, en 2003 et « Vie sans pétales », aux éditions A.L. Benoît/ L’autre rive, Gard, en 2004.

Joachim Kaboré- Drano originaire du Burkina – Faso, est né en 1963 à Ouagadougou, où il a été instituteur, attaché culturel à la circonscription de l’enseignement de base de Ouaga I, membre de la Commission du FESPACO et enfin, metteur en scène.




Il fait partie de ces écrivains africains qui veulent être considérés comme des « écrivains tout court ». Leur identité africaine n’est qu’accessoire. Cela signifie que servir « le thème de la négritude » empêche ces écrivains de sortir de leur contexte social pour rejoindre le circuit mondial de la poésie actuelle.

Un critique affirmait que la littérature africaine d’aujourd’hui n’apportera rien au continent noir si elle n’est que la réplique des littératures occidentales, si ses écrivains sont d’obéissants apprentis, prêts à tous les sacrifices pour entrer chez des grands éditeurs européens.

Un livre est un produit à vendre et « l’Afrique se vend mal », c’est connu. Joachim est dans ce désir de renouveau. L’Afrique reste une source d’inspiration mais moins apocalyptique que dans les clichés véhiculés par d’autres écrivains africains avec famines, guerres, conflits, sida, corruption….

………… « La cordelette abandonnée

Sur la termitière

La cola à moitié ouverte

L’œuf dans le fond

De la calebasse neuve

N’avaient aucune fin

Que sur la route des rencontres

Et tu passes

Simandé » ( « tourbillon » en mooré)

Joachim se présente avec les pieds bien enfoncés dans son « continent imaginaire » qui relie l’Europe à l’Afrique. Il survole comme un « silmandé » , des pensées, des mondes, des réalités parallèles..

…….. « Mes errances resteront

Sur la surface du sol

De mon unique pas.

J’appartiendrai

Au secret de la terre

Nom nouveau

Féconde »….

Un style concis, sobre, pudique mais la tension couve sous la cendre de la mémoire :…. « Si la terre aïeule/ ouvre/ses reliques/je tèterai ses mamelles préservées »….







Joachim Kaboré- Drano, avec ses amis de l'"Ecole Karendogo", à la Peyrade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum