FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Dim 19 Nov 2017 - 22:18 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète à Sète
Mer 15 Nov 2017 - 19:37 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Lun 13 Nov 2017 - 20:39 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète aux Halles de Sète ce mardi 14
Lun 13 Nov 2017 - 14:46 par P.Aime

» Musc'art 61 sur Médiaterranée
Jeu 9 Nov 2017 - 14:53 par P.Aime

» A la salle Izzo, une exposition en or.
Sam 21 Oct 2017 - 10:54 par P.Aime

»  60è Musc'art: pour la Guadeloupe et une Dame aux yeux verts
Jeu 12 Oct 2017 - 17:28 par P.Aime

»  Va-t-on ouvrir les yeux et la bouche, un jour?
Mar 10 Oct 2017 - 14:00 par P.Aime

» les douceurs du mistral
Dim 24 Sep 2017 - 18:46 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[ France ] Supprimer la durée légale du travail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Laurence Parisot propose de supprimer la durée légale du travail
[2007-11-21 13:29]


PARIS (Reuters) - Alors que Nicolas Sarkozy a promis des initiatives
rapides sur la question du pouvoir d'achat, de la croissance et de
l'emploi, la présidente du Medef a reconnu qu'il existait un vrai problème
de pouvoir d'achat en France et a réitéré sa proposition de supprimer la
durée légale du travail afin d'y remédier.

"C'est vrai qu'il y a un problème de pouvoir d'achat" a déclaré Laurence
Parisot lors d'une intervention devant l'Association des journalistes
économiques et financiers (Ajef).

"Ce n'est pas simplement de l'ordre du subjectif qui ne reposerait sur
rien. C'est plus difficile qu'il y a quelques années pour beaucoup de
Français d'avoir accès à un mode de consommation contemporain
", a-t-elle
dit.

"Malheureusement, le pouvoir d'achat c'est une résultante d'une situation
économique. C'est la conséquence positive d'une croissance minimum (...).
Si aujourd'hui il n'y a pas de pouvoir d'achat plus conséquent, c'est
parce qu'il n'y a pas de croissance
", a poursuivi Laurence Parisot.

"Donc la vraie question, c'est pas comment on contribue à ce qu'il y ait
plus de pouvoir d'achat, c'est comment on contribue à ce qu'il y ait plus
de croissance
", a estimé la présidente du Medef.

"La croissance c'est une certaine quantité de travail, c'est une certaine
productivité
", a estimé Laurence Parisot précisant que pour augmenter la
quantité de travail et la productivité "il faut stimuler la production et
favoriser le développement des entreprises
".

Pour Laurence Parisot "les deux axes principaux à travailler" sont de
baisser les prélèvements obligatoires sur les entreprises et de remettre
sur la table la question de durée légale du travail pour aller vers une
durée du travail négociée branche par branche.

"Les heures supplémentaires, le dispositif (d'exonération de charges
sociales) mis en place par la loi TEPA va dans le bon sens mais a-t-il
assez de force, assez d'intensité pour qu'il y ait des effets
significatifs et rapides. Je ne suis pas certaine
", a déclaré Laurence
Parisot.

"Si j'additionne les assouplissements antérieurs plus cet assouplissement,
on arrive à de tels usines à gaz que c'est rébarbatif
", a-t-elle dit.

"C'est là que je me demande s'il ne faut pas accepter de mettre sur la table
la question de la suppression de la durée légale du travail".

"Ma préconisation c'est de rendre les choses plus simples et plus lisibles
en balayant tous ces mécanismes très complexes et en revenant à quelque chose

de beaucoup plus simple qui est la détermination du seuil de déclenchement des heures supplémentaires
branche par branche", a dit Laurence Parisot.

La suppression de la durée légale du travail figurait dans le livre blanc
intitulé "Besoin d'Air" que la présidente du Medef avait publié en janvier
au début de la campagne pour l'élection présidentielle et dans lequel le
Medef détaillait ses propositions de réformes pour les dix prochaines
années.

Voir le profil de l'utilisateur

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
Pourquoi pas, a condition que ce soit au bon vouloir de l'employé, pas du patron. Je ne suis pas contre.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum