FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Dim 19 Nov 2017 - 22:18 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète à Sète
Mer 15 Nov 2017 - 19:37 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Lun 13 Nov 2017 - 20:39 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète aux Halles de Sète ce mardi 14
Lun 13 Nov 2017 - 14:46 par P.Aime

» Musc'art 61 sur Médiaterranée
Jeu 9 Nov 2017 - 14:53 par P.Aime

» A la salle Izzo, une exposition en or.
Sam 21 Oct 2017 - 10:54 par P.Aime

»  60è Musc'art: pour la Guadeloupe et une Dame aux yeux verts
Jeu 12 Oct 2017 - 17:28 par P.Aime

»  Va-t-on ouvrir les yeux et la bouche, un jour?
Mar 10 Oct 2017 - 14:00 par P.Aime

» les douceurs du mistral
Dim 24 Sep 2017 - 18:46 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Je m'appelle Elisabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Je m'appelle Elisabeth le Mer 6 Déc 2006 - 18:33

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
Cinéma. A l’occasion de la sortie du film de Jean-Pierre Améris, « Je m’appelle Elisabeth », le cinémistral reçoit le réalisateur.

Un livre, un film, des rencontres...

Alba Gaïa Kraghede Bellugi et
le réalisateur Jean-Pierre Améris.


La sortie du dernier film de J.-P. Améris, « Je m’appelle Elisabeth », avec Alba Gaïa Kraghede Bellugi, Stéphane Freiss et Yolande Moreau, sera l’occasion de plusieurs événements au cinémistral. Un ciné-goûter, ouvert à tous, organisé par des élèves du Lycée Maurice Clavel pour les bénéficiaires du RMI de l’association Femmes en Languedoc Roussillon, ce vendredi 8 décembre, à 14h30, et une soirée-débat, également ouverte à tous, en présence du réalisateur, mardi 12 décembre, à 20h30.

Vendredi après-midi, autour de ce film bouleversant sur l’enfance, adapté du roman homonyme de Anne Wiazemsky, ce sont donc 5 élèves de Bac Pro « Service en milieu rural », Tehea, Marie-Angèle, Emma, Valérie et Séverine, qui, dans le cadre de leur formation, ont organisé une séance à petit prix pour tous, 3 €, et gratuite pour les adhérents de Femmes en LR, bénéficiaires du RMI. Plusieurs mois de travail, faits de rencontres avec l’association mais aussi d’organisation, de communication, de préparation et de ventes de plats et gâteaux orientaux, au lycée et sur le marché du samedi matin, afin de pouvoir offrir la séance « à ceux qui n’ont pas l’habitude d’aller au cinéma » explique Tehea. Ce vendredi, ces 5 élèves seront « maîtres des lieux » pour cette séance spéciale. Accueil, présentation du film, du contenu de leur projet et de l’association, thé à la menthe, crêpes… une belle démonstration de travail en équipe, de travail intergénérationnel, de passerelles entre tous, publics, associations, milieu scolaire, services municipaux et sociaux…

Mardi prochain, c’est en présence du réalisateur Jean-Pierre Améris que le cinémistral proposera une soirée spéciale « écriture et cinéma ». Une soirée qui débutera dès 18h30, à la bibliothèque municipale pour la remise des prix du concours national de nouvelles « Jean Lescure » dont le thème était le cinéma, et qui se poursuivra à partir de 20h30 au cinémistral par la projection du film suivie d’un débat avec J.-P. Améris.
A noter, d'ailleurs, la venue de Jean-Pierre Améris à Frontignan n'a pas "coulé de source". En effet, pour Priscilla Schneider, la directrice du cinémistral, ce fut une "bagarre", c'est maintenant un défi. "J'avais rencontré Jean-Pierre Améris aux rencontres Arts et essais Jeune Public. Son film m'a tellement touchée que j'ai souhaité qu'il vienne nous en parler à Frontignan. Mais les distributeurs ont parfois du mal à sortir des tournées de promotion multiplexe où ils touchent 800 personnes. Ici, au cinémistral, c'est 150 personnes maximum. Il a donc fallu convaincre. Maintenant, c'est un véritable défi, s'il y a du monde, ils nous feront de nouveau confiance, s'il n'y en a pas, vous connaissez la suite!". Jean-Pierre Améris sera donc parmi nous mardi prochain tout comme il sera dès l'après-midi au cinémistral dans le cadre d'une projection scolaire pour débattre du film avec les enfants.


Ce film, un conte tout public et tout juste sorti sur les écrans le 15 novembre dernier, relate l’histoire d’une petite fille qui confie ses peurs d’enfant à un fou sorti de l’asile que dirige son père. Un sujet qui n’a pas échappé à Jean-Pierre Améris, également réalisateur de Mauvaises fréquentations avec Robinson Stévenin et Lou Doillon, C’est la vie, avec Sandrine Bonnaire et Jacques Dutronc ou encore Poids léger, avec Nicolas Devauchelle et Bernard Campan, qui avait comme « idée fixe » depuis quelques années de réaliser un film sur l’enfance, ses sensations inoubliables, l’imaginaire qui lui est lié, ses secrets et ses désespoirs aussi.

Vendredi 8 décembre,
à 14h30, ciné-thé.
Tarif spécial, 3 €.
----------------------------
Mardi 12 décembre,
à 18h30, bibliothèque municipale, rue Député Lucien-Salette,
Remise des prix du concours national de nouvelles "Jean Lescure"
annonce de la nouvelle retenue, et lecture de celle-ci par son auteur.
à 20h30, Projection et débat en présence de J.-P. Améris
Tarifs habituels.
---------------------------
CinéMistral, rue Frédéric-Mistral 04 67 48 92 77

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Je m'appelle Elisabeth le Mer 13 Déc 2006 - 17:06

aline

avatar
Envoyé spécial
Envoyé spécial
L’enfance à fleur de peau


Priscilla et J.-P. Améris, mardi soir au cinémistral

C’est donc avec une salle pleine et sous le charme que le réalisateur a largement dialogué de ce film poétique sur l’enfance, "Je m'appelle Elisabeth", mardi denier au cinémistral.

Lorsque la lumière se rallume, c’est un peu comme si chacun avait revécu un petit bout de son enfance. Ses perceptions, ses peurs… Jean-Pierre Améris, visiblement ravi par l’accueil chaleureux du public frontignanais, a confié son désir ancien de faire un film sur l’enfance. « Je ne pensais qu’à ça, ces peurs enfantines qu’on ose pas dire ». A la lecture du roman d’Anne Wiazemsky, « j’ai eu une étincelle » confie encore le réalisateur. « J’ai senti que je pouvais me glisser dans cette histoire et y mettre des choses perso ».

Et puis, il raconte aussi son envie de faire un film sur l’enfance visible par les enfants « pas dans leur dos » sourit-il. Pari réussi, les enfants adorent, ils s’y retrouvent.

Améris parle aussi du plaisir immense qu’il a eu de tourner avec la jeune Alba Gaïa. « Une des plus belles expériences avec une actrice » assure-t-il. «Cette petite fille à la fois peureuse, audacieuse et timide, elle m’a frappé dès la 1ère rencontre. Elle m’a vraiment ému et je l’ai choisie très vite parmi 400 fillettes. On était complices, elle était en confiance, j’ai aimé la filmer».
Un conte poétique, tout entier du point de vue de la petite fille, ce qu’elle voit, ce qu’elle ne comprend pas, où il faut traverser des forêts pour grandir, un film sensible, juste et touchant à voir en famille.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum