FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le code du travail menacé

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 20:14

frountil claude


Membre chevronné
Membre chevronné
A la Libération, le gouvernement tripartite (M.R.P.*-P.S.-P.C.)applique les données du Centre National de la Résistance (C.N.R.) rédigé à Alger pendant la guerre. Entre-autre un nouveau code plus égalitaire.

M. Fillon , premier Ministre dans sa dernière déclaration publique envisage que la définition du temps de travail soit déterminée par la négociation d'entreprise et non plus par la loi .

Ainsi il accède au désir du M.E .D.E.F. précurseur depuis quelques années de cette solution. Une preuve supplèmentaire de la polique Gouvernementale et Présidentielle en faveur du Grand Patronat.

L'on profite des vacances pour soulever ce problème; ainsi le seuil des heures supplémentaires serait remis en cause. Cherchez les bénéficiaires!....

frountil claude

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 20:32

Joss


modérateur
modérateur
Cher Claude
J'ai déplacé votre sujet vers "politique-ailleurs" car l'autre forum est consacré a la politique de Frontignan.
Joss

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 21:07

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
Je pense que l'idée n'est pas si mauvaise car, au fond, elle permet aux salariés de travailler comme ils le veulent. S'ils veulent plus travailler, l'opportunité leur en est donnée, et ce serait la fin d'une dictature imposée (35H). Quoi de mieux que de proposer aux gens de prendre leurs désirs en main? Je ne comprends pas votre opposition a cela. Par contre, il est sur que les syndicat vont avoir beaucoup moins de poids, mais comme c'est déja le cas, ça ne changera pas grand-chose. En fait, je suis sur que c'est une proposition qui est en fait là pour diviser les syndicats. Faut pas le prendre pour un c.. non-plus.

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 21:23

Boucaru


Membre éclairé
Membre éclairé
Dans ce cas de figure je dis qu'il faut une référence de temps de travail. Les 35 heures c'est le minimum du temps de travail complet, il y a bien sûr le mi-temps et le trois quart temps. Jusqu'aux 35 heures ce sont des heures complémentaires, après les 35 heures elles sont majorées et donc si tu supprime cette référence, alors c'est la porte ouverte aux X heures de travail au même tarif Patrick, et là je dis NON car je suis un employé et non un employeur hein ?
J'en reste là sinon je vais finir par faire mes présentations et Boucaru me convient très bien.
Voyez Monsieur Frountil, je n'ai pas d'oeillères, mes idées sont libres.

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 21:33

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
François Fillon envisage de faire appliquer "avant l'été" une nouvelle loi sur les règles régissant la durée du travail
Selon "Le Journal du dimanche", "les heures effectuées au-delà de 35 heures
resteront défiscalisées et exemptées de cotisations sociales. Mais, en fonction des accords, elles ne seront plus toutes payées avec 25% de bonus".

La durée légale du travail de 35 heures ne serait pas remise en cause, indique également le JDD, qui cite explicitement Matignon sur ce point, mais la durée légale ne s'appliquerait pas dans les entreprises ayant l'accord des salariés.

La durée légale du travail correspond au seuil de déclenchement des heures supplémentaires, c'est-à-dire à l'horaire hebdomadaire au-delà duquel un salarié est payé théoriquement 25% de plus qu'une heure normale.

Depuis le 1er octobre, en application de la promesse de campagne de Nicolas
Sarkzoy "travailler plus pour gagner plus", les heures supplémentaires bénéficiaient d'un "triple bonus" selon le gouvernement : majoration de 25%, pas de cotisation sociale, pas d'impôt. Le texte de loi qu'envisagerait le Premier ministre permettrait de ne plus majorer de 25% les heures travaillées au-delà de 35 heures, s'il y a un accord d'entreprise. Ces heures ne sont pas prises en compte pour la retraite ou la sécurité sociale, puisqu'elles sont exonérées de cotisation sociale.

La lettre de Fillon aux syndicats
Le Premier ministre avait adressé jeudi une lettre aux syndicats et au patronat disant son intention de parvenir "à un droit de la durée du travail plus adaptable", et de mettre en question le seuil actuel de déclenchement des heures supplémentaires et leur majoration. Un accord d'entreprise pourrait déterminer librement les règles applicables en matière de durée du travail avec pour seule limite le seuil des 48 heures hebdomadaires fixés par l'Union européenne.

Dans ce document, François Fillon invite syndicats et patronat à conclure rapidement leur éventuelle négociation d'ici au 31 mars, avant que le gouvernement ne légifère. Aucune autre date n'est mentionnée.

Cette lettre envoyée pendant la trêve des confiseurs a été perçue comme une provocation par les organisations syndicales. Celles-ci ont dénoncé la volonté du gouvernement de remettre en cause la durée légale du travail, craignant une "régression sociale majeure". Pour la CGT, Bernard Thibault a dénoncé "la reprise quasi in extenso de la revendication du Medef" par le gouvernement. "Il y a une volonté sans le dire et un peu hypocrite de vouloir remettre en cause la durée légale en tant que telle et ce n'est pas acceptable", a réagi le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly.
source

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 21:45

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
Par contre, je ne suis pas d'accord sur le fait que les heures effectuées en plus ne soient pas prises en compte pour la retraite. En effet, je pense qu'il y a un moyen de compenser ce "manque de cotisations" autre part, de par les profits que cela generera.

Pour ce qui est de la sécu, avec le gaspillage qu'il y a, je pense que c'est pareil, au lieu d'appliquer une taxe (meme minime) sur les médicaments, on n'a qu'à leur demander de faire leurs réunions de travail dans leurs bureau, et non dans des palaces dans les iles, comme c'est souvent le cas.

Comme quoi, en cherchant un peu, on pourrait en trouver, du pognon.....

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 21:59

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
Comme quoi, en cherchant un peu, on pourrait en trouver, du pognon.....
c'est sur, du pognon il y en a. alors, pourquoi c'est si difficile de le répartir d'une maniére plus équitable ?

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 22:30

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
Parce que pour me pomper le mien, il va falloir se lever tot !
J'en ai pas
Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 22:32

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
alors faudra chercher ailleurs... lol!

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 22:35

Boucaru


Membre éclairé
Membre éclairé
Jeffe répartition par le travail et les salaires OUI, c'est à dire qu'une entreprise qui fonctionne bien doit en faire profiter ses employées, les intéresser à son évolution.
Faire de l'assistana comme nous l'avons connu, à savoir que celui qui reste chez lui, ai des revenus supérieurs à celui qui se fait chier à bosser, payer des frais de transport et des gardes d'enfant en bas âge, alors là NON. Il faut tout de même une justice.
Le gars qui s'est vanté d'être chômeur professionnel, n'a jamais bossé, se paye un voiture, vi dans un appart dont il est propriétaire, là faut pas pousser, comme quoi c'est possible en france pour les petits malins comme lui.

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 22:39

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Boucaru a écrit:
Le gars qui s'est vanté d'être chômeur professionnel, n'a jamais bossé, se paye un voiture, vi dans un appart dont il est propriétaire, là faut pas pousser, comme quoi c'est possible en france pour les petits malins comme lui.

Vous pouvez nous en dire plus ? des sources?

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 22:47

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
Bien sur, mais je pense que c"est un cas relativement minoritaire au vue de tout ceux qui beneficient des minimas sociaux. Mais a combien estimez vous le prejudice ? 20.000/30.000€ ? Alors pourquoi vous ne dite rien sur tout les patrons et gros actionnaires d'EADS qui ont empoché ILLEGALEMENT des millions d'€ ?
Je pense que si on veux faire la chasse aux abus, s'occuper des plus graves me parrait relever de la logique, Non. Car c'est aussi vos impots qui financent...

Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 22:47

Boucaru


Membre éclairé
Membre éclairé

Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 23:05

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
Si son histoire est vrai, ben je ne l'envie pas. C'est triste d'avoir comme projet de vie une aussi piétre entreprise. Mais je le répéte, vous ne pouvez pas generalisez a tout les beneficiaires des minimas sociaux. Des arnaques d'une toute autre envergure se passent tout les jours sous notre nez et couvert par LES GOUVERNEMENTS, tout les gouvernements. Alors, je vous le demande, Ou sont les priorités pour lutter contre les abus ? aux assedics ou a la bourse ?

Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 23:16

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
La durée légale du travail de 35 heures ne serait pas remise en cause, indique également le JDD, qui cite explicitement Matignon sur ce point, mais la durée légale ne s'appliquerait pas dans les entreprises ayant l'accord des salariés.
il y a qu'a voir les négociations chez "continental" et on comprendra vite que les mauvais patrons (car il y en a des bons et justes, si si) ne donneront pas d'autres choix que "accepte ou on délocalise". Autant dire qu'avec ce projet de loi, les 35h comme référence pour déterminer les Heures sups c'est fini. On reviendra trés vite aux 40 h sans compensation. cela s'appelle de la régression sociale. Plus de flexibilité sur le temps de travail, oui, faire fluctuer la durée du temps de travail en fonction du travail à fournir, a condition que le fruit du travail profite aux travailleurs et non aux actionnaires comme c'est le cas aujourd'hui.
je fatique de parler politique, j'arrete pour ce soir.
bonne soirée a tous

Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 23:38

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Merci boucaru ! Comment vous faites pour gober tout ça sans meme aller verifier sur internet si il est possible de vivre de la sorte ?

http://blog.monolecte.fr/post/2006/09/29/Le-Point-sur-la-table

Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 23:48

Boucaru


Membre éclairé
Membre éclairé
Vous me prenez pour un poisson ou quoi, ce gar je l'ai entendu se vanter de sa situation à la radio, puis il a écrit un bouquin, et pour finir je l'ai vu à la télé car suite à son bouquin il a bénéficié d'une émission télé qui a parlé de lui et je l'ai vue lors de cette émission dans laquelle il expliquait ses combines pour ne pas bosser et bénéficier des droits sociaux.

Voir le profil de l'utilisateur

18 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 23:54

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
je ne vous prends pas pour un poisson mais si vous allez fouiner un peu, vous verrez que beaucoup de choses ne tiennent pas la route...le lien que je vous ai laissé recense quelques unes de ces incohérences...

Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: Le code du travail menacé le Dim 30 Déc 2007 - 23:55

Joss


modérateur
modérateur
C'est une imposture du journal le Point.

L'appel au lynchage de l'hebdomadaire Le Point Dans la rubrique Société de son site web, le journal Le Point, bien connu... pour ses prises de position en faveur de la justice sociale et de la redistribution des richesses, publie cette semaine le témoignage scandaleux et édifiant d'un « parasite ».



Cet homme de 44 ans, qui vit à Roanne, qui possède une « Alfa Romeo anthracite et un appartement à lui », meublé entre autres d'un « ordinateur et webcam », qui s'habille avec des marques, qui « voit les films en avant-première », qui joue au tennis gratuitement, qui « a eu un portable dès les années 90 » bien avant tout le monde, a eu les honneurs de la visite à domicile d'un journaliste du Point qui l'a écouté vitupérer, à l'instar de son écrivain préféré François de Closet, les « kits Assedic » des fraudeurs, « la prime de rentrée scolaire », sans oublier « les charges qui pèsent sur les patrons »...

Car cet homme, qui porte des « fines lunettes à 500 euros payées par la CMU », mais « pas de baskets de marque » précise le journaliste - « on ne peut pas tout avoir »-, est chômeur depuis 24 ans et allocataire de l'ASS (allocation de solidarité spécifique), à 600 euros par mois sans rien faire, après avoir travaillé « trente et un mois sur treize ans ».

Le journaliste écrit : « Je me suis contenté de suivre la législation française à la lettre », se justifie-t-il (...) ASS. « ''Aide si sympathique''. 600 euros par mois, versés par les Assedic. A vie, et quasi sans contrôle. '' Le RMI, c'est beaucoup plus pénible, car vous êtes suivi par une assistante sociale. Forcément, dans RMI, il y a I, comme insertion ! '' L'ASS, c'est donc la planque. Sans compter l'allocation logement, le Fonds solidarité énergie, la taxe d'habitation presque gratuite, la prime de Noël, et tout ce qu'il pourrait toucher de la commune, mais qu'il se refuse à demander ».


Et il trouve le moyen de railler : « Le laxisme de mon pays m'étonne » !

Salauds de chômeurs ! Ignobles profiteurs ! Ne vous étonnez pas si vos voisins qui font les trois huit à l'usine du coin viennent hurler sous vos fenêtres qu'ils en ont marre de vous nourrir !

Le journaliste, Christophe Ono-Dit-Biot, qui se présente aussi comme professeur de français agrégé, écrivain et chroniqueur littéraire, est-il bien trop occupé avec ses multiples casquettes pour vérifier un minimum ce que lui raconte Thierry F., « chômeur » anonyme [1] ou bien joue-t-il sciemment avec la corde qui fait les bons lynchages ?

L'ASS n'est attribuée qu'aux chômeurs en fin de droit Assédic qui ont eu 5 ans (60 mois complets, au jour près) d'activité salariée dans les 10 dernières années précédents le dernier licenciement.

Avec ses deux ans et demi, Thierry F. est loin du compte.

L'ASS, ce n'est pas 600 euros par mois mais 14,25€/jour maximum, soit 14,25€/jour maximum, 441,75€ par mois ... les mois de 31 jours, 427,50 les autres.

L'allocation logement, Thierry F., n'y aurait pas droit, étant propriétaire de son logement, sauf s'il le paie encore à crédit. Et dans ce cas, elle serait sans doute loin de couvrir la totalité de la mensualité.

En revanche, il aurait le droit et le devoir de payer la taxe foncière plein pot et parfois c'est plusieurs mois d'ASS à sortir de sa poche. Ce n'est pas avec la prime de Noël, 152 euros qu'il la paierait ...

Le « Fonds solidarité énergie », cela dépend des départements. En général, il faut s'humilier en fournissant maints justificatifs de sa pauvreté pour pas grand chose, une aumône au regard de toutes les factures à acquitter. Une seule aide est accordée par année civile, sous forme de secours ou de prêt en fonction du quotient familial. Le journaliste n'a-t-il donc jamais entendu parler des personnes mortes de froid dans leurs appartements glacés ni des familles brûlées vives parce qu'elles s'éclairaient à la bougie après une coupure EDF ?

Des « fines lunettes à 500 euros payées par la CMU » ?

Le remboursement CMU, qui est fonction de la correction, va de 54,57 euros à 137,21 euros maximum (monture et verres) par an ....

« L'ASS, c'est donc la planque » ?

Alors la chasse aux chômeurs en ASS par l'ANPE et la DDTEFP, on l'a rêvée ? Les « propositions » (si-tu-refuses-t'es-radié) d'emplois « aidés », de stages de « remobilisation », il y aurait échappé, ce chômeur en Alfa Roméo qui aurait cessé toute activité à l'âge de 20 ans ?

Faire naître le bouc émissaire

Ce journaliste a au moins compris que la vraisemblance n'a pas besoin d'être au rendez-vous pour faire naître le bouc émissaire.

Même avec si l'ASS était à 600 euros, même s'il avait trouvé sa bagnole de luxe dans une pochette-surprise, comment ce chômeur l'entretiendrait-il ? Rien que l'assurance ... Et ne parlons pas des pièces détachées et du carburant.

La perversité de cet article qui les désigne comme des « parasites », comme les victimes de la prochaine chasse aux sorcières n'a pas échappé aux chômeurs.

Dommage. L'antihéros affabulateur, poujadiste, antipathique et caricatural de Roanne masque peut-être un chômeur dans lequel pas mal d'entre nous se reconnaîtraient : Il passe beaucoup de temps à servir « d'avocat-conseil à ses amis salariés ». Il fait la « nounou ». Bénévolement.

Il refuse l'exploitation salariale : (...) « son père ébéniste, qui pendant cinquante et un ans a construit des cuisines aménagées sans pouvoir s'en offrir une, fait figure pour lui de repoussoir » et a développé des stratégies de résistance à l'emploi non désiré.

Il partage cette opinion très courante dans le monde laborieux : « Le travail, il faut le laisser à ceux qui en ont besoin pour se sentir bien dans leur peau ».

L'article crapoteux d'Ono-Dit-Biot est accompagné de deux encadrés qui confirment les intentions de la rédaction du Point.

« Les « plus » du RMI »

L'un s'intitule : « Les « plus » du RMI ».

« Quand on est RMIstes, on a aussi droit à :

l'allocation logement à taux plein ; la suspension de ses dettes fiscales ; l'exonération de sa taxe d'habitation, de sa redevance, de sa cotisation à la CMU ; l'accès gratuit à la complémentaire santé de la CMU : la prime de Noël ; le tarif téléphonique social : la réduction dans les transports, la gratuité dans les musées, diverses allocations supplémentaires (en fonction de son lieu d'habitation). »

Elle est pas belle la vie de RMIstes ? Rien à payer ! Tout est gratuit ! C'est tous les jours « aujourd'hui, on rase gratis » !

« L'allocation logement à taux plein » ?

Les RMIstes sont la seule catégorie qui ne perçoit pas l'allocation logement à taux plein !

Un « forfait logement » est systématiquement déduit du RMI (moins 50 euros par mois.)

Pour la quasi totalité des RMIStes, les locataires comme les propriétaires, le RMI, ce n'est pas 433 euros par mois mais 383 euros. Les 433 euros, c'est pour les SDF, à condition qu'ils connaissent leurs droits et qu'ils sachent se faire entendre.

En outre, « Taux plein » ne signifie pas loyer payé, loin de là. L'allocation est plafonnée. Le régime est le même que pour tous les chômeurs et salariéEs et tient compte de tous les revenus des cohabitantEs et du quotient familial.

RMIstes ou non, dans la plupart des cas, il reste une partie (parfois importante) du loyer à payer.

« La suspension de ses dettes fiscales » ?

Pas plus, pas moins que toutes les personnes « en grande difficulté » sociales et surendettées (titulaires de minima sociaux, mais également actifs avec de très faibles niveaux de revenus). Il n'y a rien d'automatique. La suspension est accordée au cas par cas après des galères inextricables et des examens à la loupe et humiliants de la situation familiale et sociale.

« L'exonération de la taxe d'habitation » ?

Pas plus pas moins que les autres catégories de « pauvres », selon revenus et composition familiale.

« Exonération de la redevance » ?

Quelle redevance ? L'exonération de la redevance télé n'est pas automatique. Quant à la redevance d'ordures ménagères, elle n'est jamais exonérée.

« CMU » ?

Fonction du revenu, pas du « statut » de RMIste.

« Prime de Noël » ?

152 euros, la belle affaire ! Est remise en question tous les ans.

« Tarif téléphonique social » ?

Une réduction d'un peu plus de 50% uniquement sur l'abonnement France télécom.

« La réduction dans les transports » ?

Où ça ? Aucune réduction sur les lignes SNCF. Les chômeurs et RMIStes sont une des rares catégories à ne bénéficier d'aucune réduction sur les lignes nationales !

Réductions éventuelles sur les TER -dans les limites de la région- selon le bon vouloir des conseils régionaux : souvent conditionnées à l'inscription à l'ANPE (les RMIstes ont souvent été radiéEs en masse lors de la première campagne de radiations) ou à la recherche d'emploi.

« Diverses allocations supplémentaires » ?

Ah oui ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?

Et si Le Point parlait de la générosité du modèle patronal français » ?

Le second encadré enfonce bien le clou : les « parasites » du type de Thierry F. ne sont pas des fraudeurs, ils profitent de « la générosité du modèle social français ».

Alors Le Point a interrogé l' « administration ».

Pour l' « administration », « Thierry F. n'est (...) pas un fainéant, il est victime d'une '' trappe à inactivité ''. En clair, la reprise d'un emploi lui ferait perdre une série d'avantages dits droits connexes », les miraculeux « Plus » énumérés ci-dessus.

Le Point a « une solution simple : limiter ces droits connexes ou supprimer l'allocation en cas de refus d'activité. »

Malheureusement, note Le Point, ce n'est pas le choix de « La France » qui a « préféré l'incitation à la coercition ».

Le Point est l'hebdomadaire de François Pinault, spéculateur multimilliardaire (4ème fortune française), ami intime de Chirac.

Curieux : Le Point n'a pas hurlé au parasitisme quand les contribuables français, sur ordre de son ami le président, ont dû régler les 475 millions d'euros de la condamnation de François Pinault qui s'était joué de la loi étasunienne sur les affaires ...

Encore curieux, Le Point n'a pas réclamé la suppression des « droits connexes » quand Pinault a versé une petite indemnité de licenciement de 9 millions de francs à Pierre Blayau (alors en plein boulot de liquidation de Moulinex) pour neuf mois d'incompétences passés à la direction du groupe Pinault (Printemps-La Redoute).

Toujours extrêmement curieux, Le Point n'a jamais demandé si l'activité de Jean-Marie Messier (en 2001) justifiait un salaire équivalent à un RMI toutes les 34 secondes (36,26 millions d'euros), ni si celle de Michael Eisner, le PDG de Disney, justifie qu'une de ses ouvrières bangladaises devrait travailler 210 ans pour gagner l'équivalent d'UNE HEURE de salaire de son patron.

Mais l'important n'est-il pas que les SMICards de l'usine du coin viennent hurler « Parasites ! » sous les fenêtres de leurs voisins RMIstes plutôt que dans les salons des châteaux de leurs maîtres .

voir aussi sur les " méthodes " du " journal " le " point " et sa " déontologie "

Lire, sur le même sujet : Le Point sur la table

Lire sur Le Point et les chômeurs : Les « tricheurs » du Point

[1] vient de publier « Moi, Thierry F., chômeur professionnel », Albin Michel

Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: Le code du travail menacé le Lun 31 Déc 2007 - 0:08

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
de toute facon je pense pas qu'il y en ai beaucoups comme lui. alors je pense pas que l'arreter sauvera la France de la faillite. bolores et autre lagardere, faut voir...

Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: Le code du travail menacé le Lun 31 Déc 2007 - 0:11

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
j'ai eu ce bouquin entre les mains et le peu que j'ai lu est plus qu'invraissemblable. Ca se voit que celui qui a ecrit ca ne sait pas ce qu'est exactemant le rmi. Quant au passage télé, je vois pas en quoi ca dit que c'est vrai. On vous manipule, Monsieur Boucaru...

Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: Le code du travail menacé le Lun 31 Déc 2007 - 12:32

Boucaru


Membre éclairé
Membre éclairé
Qui moi manipulé ? j'en ai rien à branler de ce genre de bonhomme, s'il est heureux comme ça, tant mieux pour lui, s'il profite du système, c'est la faute à ceux qui ont mis en place ce système, surtout que le gar est jeune encore et plein de vie, mais il a choisi de vivre sur le dos des autres parceque des gens politiquement correct défendent cette catégorie de Suspect .

Voir le profil de l'utilisateur

23 Re: Le code du travail menacé le Lun 31 Déc 2007 - 13:17

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
Je dis juste que si vous croyez ce que raconte les JT alors vous etes manipulé. Il y a de forte chance que ce Thierry n'existe pas, que ce soit de la déserformation. Mais si ca peut vous rassurer, tout le monde est manipulé par les Jt, la pub, etc. Ca veut dire, et c'est grave, que la réalité n'est pas la meme pour tout le monde. Regarder cette grande escroquerie des armes de destruction massive de saddam ! tout le monde l'a cru et bing c'etait pas vrai et ils le savaient mais ca justifiait l'invasion de l'iraq... Pour en revenir a notre petit escro, je vous le redemande, que pensez vous des patrons et actionnaires d'EADS qui ont détourné plusieurs centaines de millions d'€ ? n'est-ce pas là un sujet bien plus grave ?

Voir le profil de l'utilisateur

24 Re: Le code du travail menacé le Lun 31 Déc 2007 - 16:54

Mathilde


Nouveau membre
Nouveau membre
Je trouve ça effarant ! Il est évident que ce bouquin n'est que manipulation... rien n'est possible, tout est faux !

Il faut resituer le livre dans son contexte : il est sorti en septembre 2006, soit pendant la campagne présidentielle... et il a dû servir à des candidats à l'élection présidentielle, c'est aussi simple.

Comme quoi les journalistes ne font pas toujours le travail de vérification des info qu'ils font circuler. C'est à chacun de prendre du recul pour savoir ce qui est à prendre et ce qui est à laisser !

A+

Voir le profil de l'utilisateur

25 Re: Le code du travail menacé le Lun 31 Déc 2007 - 17:07

Français


Membre chevronné
Membre chevronné
De toute façon, un journaliste n'est jamais qu'un homme, avec ses idées. Quel que soit son bord, il est normal que ses idées "transpirent" dans ses articles.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum