FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Dim 19 Nov 2017 - 22:18 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète à Sète
Mer 15 Nov 2017 - 19:37 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Lun 13 Nov 2017 - 20:39 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète aux Halles de Sète ce mardi 14
Lun 13 Nov 2017 - 14:46 par P.Aime

» Musc'art 61 sur Médiaterranée
Jeu 9 Nov 2017 - 14:53 par P.Aime

» A la salle Izzo, une exposition en or.
Sam 21 Oct 2017 - 10:54 par P.Aime

»  60è Musc'art: pour la Guadeloupe et une Dame aux yeux verts
Jeu 12 Oct 2017 - 17:28 par P.Aime

»  Va-t-on ouvrir les yeux et la bouche, un jour?
Mar 10 Oct 2017 - 14:00 par P.Aime

» les douceurs du mistral
Dim 24 Sep 2017 - 18:46 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

voici à quoi devrait ressembler un VRAI FRANCAIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
- :: Novopress.. France - http://fr.novopress.. -
19 janvier : journée européenne de défense des clandestins
—————————Collectif Expulsion sans Frontières
—————————Communiqué du 15 janvier 2008
:: 19 janvier : journée européenne de défense des clandestins ::
Ils veulent nous les imposer !
Dites-leur : on en a assez !
Appelez les deux principaux chefs du Réseau Education Sans Frontières et donnez-leurs le point de vue des Français !
Richard Moyon : 06 12 17 63 81.
Armelle Gardien : 06 89 49 48 47.
Photobucket

Pour en savoir plus…

Samedi 19 janvier, plusieurs organisations d'extrême gauche européennes organisent la « Journée européenne d'action contre l'enfermement des étrangers sans-papiers » que l'on peut traduire par « Journée d'agit-prop en faveur de l'immigration sans freins ». En France, le principal instigateur de cette journée est le Réseau Education Sans Frontières.

Il s'agira, pour l'essentiel, de manifestations dans moins d'une dizaine de grandes villes comme Marseille, Lyon, Montpellier et, évidemment, Paris. Ces manifestations ne rassembleront, sauf peut-être à Paris, qu'un nombre très réduit de militants, surtout si l'on ne comptabilise pas les immigrés sans papiers. Pourtant, elles bénéficieront comme toujours d'une couverture médiatique hors de proportion .

Devant leurs télévisions, des millions de Français qui souffrent de l'immigration, qui sont légitiment inquiets pour l'avenir de leurs enfants, devront subir une propagande massive et se sentiront accablés par une colère impuissante.

Le Collectif Expulsion Sans Frontières entend donner à tous ceux qui en ont assez de l'impunité de ces militants anti-français le moyen de s'exprimer. Or, comment mieux le faire qu'en disant en direct ce que l'on pense aux principaux chefs du RESF ?

Ceux-ci sont bien connus. Voici leurs portraits.

Richard Moyon
Richard Moyon a 60 ans. Il est présenté, selon les médias, comme « un des » fondateurs du Réseau Education Sans Frontières, son porte-parole ou « un de ses » porte-parole. Il est, en réalité, le fondateur du RESF et, c'est ainsi, par exemple, qu'il a été présenté lors d'un concert de soutien au Réseau à Auxerre en septembre 2006.
Richard Moyon n'est évidemment pas un novice en agit-prop. Il n'est pas ce gentil enseignant ému par le sort d'enfants clandestins que certains journalistes se complaisent à décrire. C'est un vrai professionnel de l'agit-prop qui n'en est pas à son coup d'essai. Ancien militant de Lutte Ouvrière, il est passé à la Ligue Communiste Révolutionnaire.
Vrai marxiste pur et dur, nourri au lit de l'Internationale communiste la plus archaïque, on lui doit notamment des articles « passionnants » comme « Aux origines de Lutte Ouvrière : la mystification de Robert Barcia » dans lequel il règle ses comptes avec ses anciens amis de LO.
Richard Moyon est souvent présenté comme un professeur d'histoire-géographie. Et, de fait, il est rattaché administrativement au Lycée Jean Jaurés de Chatenay Malabry. Inutile de chercher à l'y joindre puisque Richard Moyon dispose de pas moins de trois décharges syndicales accordées par la FSU, Sud et la CGT. Il faudrait, évidemment, avoir l'esprit mal placé pour imaginer que Richard Moyon utilise son temps de décharge syndicale pour le militantisme politique. Mais c'est naturellement dans ce lycée Jean Jaurés que s'est faite la première action du RESF.

Richard Moyon donne régulièrement des interviews dans lequel il distille sa propagande basée principalement sur l'escroquerie à la compassion. Cependant, parfois, il se laisse aller et profère de véritables énormités. Ainsi, dans Viva Press du 5 juin 2006, il déclarait : « Je voyais mes élèves, les Beurs, repliés sur eux-mêmes. (…) Toutes nos batailles, ensuite, la création même du Réseau éducation sans frontières sont une autre transmission du savoir, une pédagogie de l'action. Ils apprennent qu'il existe des pratiques militantes plus efficaces que de brûler des voitures ou de caillasser des véhicules de police ».
Ainsi donc, pour Richard Moyon, porte-parole du RESF, fonctionnaire de la République, brûler des voitures ou caillasser des véhicules de police est une forme, moins efficace certes, mais une forme de militantisme.
Les syndicats de police et les fonctionnaires de police, notamment de la Police des Airs et des Frontières, apprécieront… On peut d'ailleurs s'étonner que le Ministère de l'Education nationale ne s'émeuve pas d'une déclaration officielle faite par un enseignant. Il va sans dire que le Collectif Expulsions Sans Frontières ne manquera pas de se pencher sur ce dossier et de donner aux propos de M. Moyon la publicité qu'ils méritent.

Armelle Gardien
Cette documentaliste du Lycée Jean Jaurés de Chatelay Malabry, le même que celui de Richard Moyon, est un autre membre important du RESF. Elle représentait le Réseau le 21 février 2006 devant la commission sénatoriale d'enquête sur l'immigration. On peut d'ailleurs s'interroger sur ces parlementaires qui reçoivent des membres d'une organisation dont certains membres se sont retrouvés devant les tribunaux… et qui n'hésitent pas à signer leurs pétitions, tout comme certains membres ou présidents de conseils généraux sans parler de responsables politiques du plus haut niveau !
On peut aussi légitimement s'indigner de voir des élus et des fonctionnaires de la nation braver impunément les lois voire appeler à la « désobéissance civique » comme le soulignent non sans impudence les textes qu'ils signent!

Nous insistons bien sur le fait que par nature un clandestin, « un sans papier » est d'abord un délinquant sur notre sol et doit être administrativement considéré comme tel, d'autant que l'immense majorité d'entre eux sont des gens dont les demandes d'asile ou de régularisation, déjà dûment examinées par les organismes officiels compétents, ont été rejetées ! Ce n'est certainement pas par hasard !

Car rappelons-le : "Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d'un étranger en France sera punie d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 30 000 euros."
Article L622-1 Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.

Alors, voilà… maintenant vous en savez un peu plus sur ceux qui veulent écraser la France sous le poids d'une immigration déferlante et sans contrôle. Ce sont des professionnels de la haine anti française, des négateurs de notre identité.
D'ici le 19 janvier, et y compris le 19, vous pouvez les appeler et leur dire exactement ce que vous pensez de leurs actions, de leurs méthodes, de leurs objectifs. Vous le ferez, bien évidemment avec courtoisie.
Que vous soyez identitaire, nationaliste, souverainiste, patriote ou un simple citoyen excédé, vous avez enfin le moyen de réagir. N'hésitez pas !

Si, on ne sait jamais, Richard Moyon et Armelle Gardien décidaient de ne plus répondre au téléphone, il va de soi que vous pourrez leur laisser un voire plusieurs messages.

Pour joindre Richard Moyon : 06 12 17 63 81.

Pour joindre Armelle Gardien : 06 89 49 48 47.

NB : Les numéros de téléphone de ces personnes sont publics, donnés dans le cadre de leurs activités militantes, et figurent sur de nombreuses pages internet.
Dans la mesure du possible, ne manquez pas de nous faire part de la réaction et des propos des responsables du RESF que vous aurez joint ou du nombre de messages que vous avez laissé.

———————————————————–
Collectif Expulsion sans Frontières
http://www.expulsionsansfrontieres.org
Courriel : expulsionsansfrontieres@gmail.com


J'ai un drapeau pour eux >>>

Voir le profil de l'utilisateur

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Ce sont des professionnels de la haine anti française, des négateurs de notre identité.

???

Voir le profil de l'utilisateur

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Il semblerait que novopress et Collectif Expulsion sans Frontières émanent tous les deux du bloc identitaire

Voir le profil de l'utilisateur

thierrysix

avatar
Membre chevronné
Membre chevronné
Enfin, le nom de domaine du site officiel des Jeunesses identitaires a été déposé par Nos racines qui utilise la même boîte postale que le Bloc identitaire[6],[7] (ainsi que les sites : Les identitaires, Solidarité-Kosovo, Soulidarietà, La maioun, Nissa rebela, Novopress, Expulsion Sans Frontières).

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bloc_identitaire

Voir le profil de l'utilisateur

Jeffe


Membre chevronné
Membre chevronné
C'est une composante d'un nouveau courant de l'extrême droite française apparu récemment et appelé « mouvance identitaire ».
voila disons les choses. ext droite. ceux qui font des croix nazi ds les cimetiaires.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum