FORUM FRONTIGNAN site officiel des citoyens

Forum Frontignan - Site officiel des citoyens


INFOS
VILLE

INFOS PRATIQUES

TOURISME

ECOCITOYENNETE
ANNUAIRE ASSOCIATIONS



Derniers sujets
» Le 62è Musc'art à Côté Mer
Mer 13 Déc 2017 - 13:28 par P.Aime

» Jardinage: étude du sol, avec Robert Morez et le CPIE
Lun 11 Déc 2017 - 22:52 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Dim 19 Nov 2017 - 22:18 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète à Sète
Mer 15 Nov 2017 - 19:37 par P.Aime

» JOURNEE MONDIALE DU DIABETE
Lun 13 Nov 2017 - 20:39 par frontignanais

» Journée Mondiale du Diabète aux Halles de Sète ce mardi 14
Lun 13 Nov 2017 - 14:46 par P.Aime

» Musc'art 61 sur Médiaterranée
Jeu 9 Nov 2017 - 14:53 par P.Aime

» A la salle Izzo, une exposition en or.
Sam 21 Oct 2017 - 10:54 par P.Aime

»  60è Musc'art: pour la Guadeloupe et une Dame aux yeux verts
Jeu 12 Oct 2017 - 17:28 par P.Aime


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Dr Portet parle de la menace Alzheimer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le Dr Portet parle de la menace Alzheimer le Dim 3 Fév 2008 - 0:25

Francoli


Envoyé spécial
Envoyé spécial
Elle s’est de nouveau fait un peu désirer, la Dr Florence Portet pour la conférence qu’elle a donnée à la Maison Vincent Giner ce jeudi 31 janvier. Il s’est toutefois avéré qu’elle a pas mal tourné en ville et s’est battue avec les panneaux de signalisation avant de trouver la bonne adresse. Mais elle s’est largement rattrapée avec le contenu de son discours, que le Pr Lamarque a fortement applaudi, lui qui a su très utilement et intelligemment occuper l’attente avec sa passion pour la prévention et le dépistage du cancer du sein.





Un Pr Lamarque, toujours aussi captivant



C’est alors devant quelque 60 personnes -dont dix hommes, cette fois !- et même un chien ( !) que la Dr Portet, en digne élève du Pr Touchon, avec talent, jeunesse et clarté, a parlé des troubles de la mémoire et finalement de la maladie d’Alzheimer, un thème « voisin » de celui qui était annoncé, celui de la dépression chez la personne âgée. Mais il en fut bien évidemment question, la dépression étant l’une des conséquences de cette maladie d’Alzheimer, propulsée le même jour dans l’actualité par le Président de la République qui vient de lancer- enfin, pourrait-on dire !- le plan indispensable à l’accompagnement et au soutien de ces malades et de leurs familles dont le nombre ne fait qu’augmenter chaque année en France.







Un Dr Portet absolument passionnante



La Dr Portet a d’abord évoqué le « vieillissement normal » de la personne, qui implique ces « petits changements » à accepter comme les pertes de position sociale, du pouvoir de séduction et aussi la mort de proches, qui provoquent parfois un certain isolement.

Mais peuvent survenir certains troubles de l’attention, « le mot juste qui manque et que l’on cherche ». Les artères vieillissent, dont celles du cerveau, plus fines. Tout demande plus d’effort mais tant que cela n’a pas de retentissement sur la vie quotidienne, nous restons dans une certaine normalité.

Par contre, si les troubles de la mémoire prennent de l’ampleur et deviennent plus fréquents, concomitamment avec de la dépression, il faut le repérer et ne pas hésiter à en parler à un psy, ce qui « ne renvoie pas à la folie » comme on le croit encore trop souvent, affirme notre thérapeute. Des médicaments existent pour aider à la situation, même s’il ne faut pas en abuser trop vite.

Le diagnostic du Dr Alzheimer, en 1901, est quand même devenu une réalité cent ans plus tard, avec 600 000 cas prévus en 2010 et le million en 2020, 10000 nouveaux cas par an étant déclarés, chez des sujets de plus de 80 ans. La maladie peut commencer avant 60 ans ( 10000 cas en France) mais en général la moyenne se situe autour de 65 ans.

Que des lésions existent au cerveau et ça peut attendre dix ans avant qu’on en voie les conséquences, ces fameux troubles de la mémoire et des accès de démence – « présénile, avant 65 ans, « sénile », après- si la vie quotidienne est atteinte. En institution, 80% des pensionnaires sont atteints de la maladie.

Qu’un deuil survienne et cela peut déclencher la maladie. Un diagnostic immédiat permet d’organiser la prise en charge de cette maladie, incurable.

Quels sont les signes de la maladie ?

Il y a des « troubles épisodiques », des pertes de mémoire au quotidien ; des troubles « viso- spatiaux », avec des pertes de repères dans l’espace ainsi que des troubles du langage. Si c’est une « maladie de la mémoire », c’est aussi au comportement que l’on repère le malade, avec ce qui ressemble à de la dépression dans la vie de tous les jours.

On peut alors procéder à des tests de rétention visuelle et sémantique (cinq mots vus à retenir, puis à ressortir quelques instants après au cours de la conversation). Peuvent aussi suivre prise de sang, ponction lombaire (qui n’est plus ce qu’elle était, avec anesthésie locale), scanner et même IRM du cerveau, qui peut donner un clair aperçu de la destruction des cellules nerveuses de la mémoire.

Des médicaments qui ralentissent le processus, peuvent alors être prescrits chez ceux qui présentent probablement des facteurs de risques :

- l ’âge, le sexe féminin (après 75 ans surtout), des antécédents familiaux de démence parfois, de l’hypertension, du diabète, du cholestérol et un bagage culturel moindre.

Comment apporter des remèdes à cette inexorable maladie : il faut faire l’effort de (faire) garder des contacts sociaux au malade. Apporter des anti oxydants à une alimentation équilibrée avec des vitamines E, C, des Oméga 3 , du zinc….Le Dr Portet recommande d’ailleurs le poisson et le kiwi en fruit !

Côté psychologique et familial, le malade est une grosse charge pour la famille, laquelle peut se détruire ou se solidifier à cette occasion.

En France, entre 10 et 35% des patients sont traités, le Languedoc-Roussillon étant honnêtement placé avec 38% des patients traités.

Le Pr Lamarque n’a pas pu laisser l’assistance partir sans relancer les grandes orgues sur son thème favori : l’écoute, le dialogue avec le médecin, qui prend le temps de le faire.

Ce qui pourra remédier grandement au manque de moyens actuels, malgré la prise de conscience de ce désormais problème de santé publique.

Il faut former des auxiliaires de vie, des aides à domicile, dans un esprit de notion de service et de morale professionnelle, qui ont disparu et doivent retrouver ce qu’ils étaient avant. Mais le débat risquait de s’élargir à un débat de société, ce qui aurait pu mobiliser l’assistance encore plus longtemps…..

Pour toute famille touchée par la maladie d’Alzheimer, l’association « France Alzheimer » est sûrement apte à apporter toute aide utile, elle qui a tout de suite réagi, favorablement, aux propositions du Président de la République hier.





Et un public des plus attentifs

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum